Vous êtes ici : Vaping Post » ArticlesQuand Arte fait de la propagande contre la cigarette électronique

Quand Arte fait de la propagande contre la cigarette électronique

    Annonce
  • Ecigplanete

Ce mardi 22 septembre, la chaîne franco-allemande Arte va diffuser une émission ouvertement antivape. La chaîne culturelle n’en est pas à son coup d’essai, et on est en droit de se poser de nombreuses questions : Arte est-elle dans son rôle ? Et plus encore : qui donne les ordres ?

Réalité parallèle

A un certain stade, il n’est plus question de parler de biais, ni même de distorsion de la réalité : le reportage qui sera diffusé sur Arte ce soir à propos du vapotage semble bel et bien se dérouler dans un monde parallèle où les règles scientifiques, les réalités économiques et la déontologie journalistique ne sont pas les mêmes que dans le nôtre.

Que dire d’autre, en effet, d’un reportage réalisé uniquement à charge, s’appuyant sur des preuves qui n’en sont pas et des affirmations en contradiction avec la réalité ?

Les idées développées dans le reportage sont toutes très bien connues des spécialistes : la théorie de la passerelle (le vapotage serait la porte d’entrée des jeunes vers le tabac), le cheval de Troie (le vapotage serait une invention de Big Tobacco pour attirer une nouvelle clientèle), la dangerosité avérée de la vape, la nicotine cancérigène et plus addictive que l’héroïne, le syndrome EVALI qui a frappé les États-Unis durant l’été 2019 serait dû au vapotage, etc.

Mais plus encore, le thème qui est martelé tout au long est : la vape est une arme de l’industrie du tabac pour rendre accro les jeunes. Et le reportage ne fait pas dans la dentelle, en consacrant de longues minutes sur les mensonges de l’industrie du tabac, pour développer une idée sournoise : tout ce qu’on peut vous dire de positif sur la vape est un mensonge élaboré par cette même industrie du tabac.

Une énormité, que notre confrère Sébastien Béziau explique très bien sur Vap’You.

Stanton Glantz, un médecin américain, directeur à la retraite du “Center for Tobacco Control Research and Education” cumule les études très négatives à l’égard de l’e-cigarette. 

Les invités eux-mêmes ne sont pas en reste : entre le « spécialiste » Stanton Glantz venu présenter les résultats d’une étude alarmante sans qu’à aucun moment il ne soit précisé que l’étude a été retirée pour cause de fraude, et les habituels détracteurs de la vape, ce qui est frappant dans le reportage, c’est qu’il est mené uniquement à charge, et ne s’embarrasse pas de rigueur, surtout scientifique.

Nous n’allons pas non plus débunker l’aspect scientifique ici, parce que cela a déjà été fait par Philippe Poirson sur son blog Vapolitique, avec des explications étayées par une bibliographie très complète.

Le problème de la récidive

Déjà, en 2015, Arte avait suscité la colère des vapoteurs avec un reportage sur la vape dans l’émission X:enius. On y retrouvait des affirmations comme « La cigarette électronique est à mettre sur le même plan que la cigarette normale », « Vapoter comporte un risque supplémentaire pour les autres fumeurs, vous voyez quelqu’un qui vapote et vous avez envie d’une cigarette, ça produit surtout un effet de cumul », « Prétendre que la cigarette électronique permet d’arrêter de fumer est une tromperie du point de vue scientifique. Strictement aucune étude ne l’a démontré », « [Le vapotage passif] est nocif ».

Soit à peu de choses près les mêmes affirmations qu’aujourd’hui. La différence, c’est que si, à l’époque, il était simplement possible d’accuser les journalistes d’avoir mal fait leur travail, les études scientifiques en étant à leurs débuts sur le sujet, aujourd’hui, il est tout à fait permis de les accuser de mensonge. Parce que la science est passée par là, études et meta-analyses contredisant ces affirmations.

– Cigarette électronique, sur le même plan que la cigarette normale ? Non, elle est au moins 95 % moins dangereuse. (https://fr.vapingpost.com/pourquoi-la-vape-est-elle-95-moins-dangereuse-que-le-tabac-fume/)

– Vapoter donne envie de fumer théorie de la passerelle ? L’effet passerelle n’existe pas. (https://fr.vapingpost.com/une-etude-francaise-contredit-la-theorie-de-la-passerelle/)

– La vape n’aide pas à arrêter de fumer ? Si, c’est même le moyen le plus efficace pour cela. (https://fr.vapingpost.com/une-nouvelle-etude-confirme-lefficacite-de-la-vape-pour-le-sevrage-tabagique/)

– Le vapotage passif est nocif ? Le vapotage passif, lui non plus, n’existe pas (ou plutôt, pour être rigoureux, il existe dans des proportions si infimes qu’il en est négligeable)  : (https://fr.vapingpost.com/tag/vapotage-passif/)

– Tout ce que vous voulez savoir sur la nicotine : https://fr.vapingpost.com/tout-savoir-sur-la-nicotine/

On le voit, donc : les auteurs du reportage ne se sont pas donnés la peine de tenir compte des preuves scientifiques sur le sujet. Pire encore : les intervenants n’hésitent pas à diffamer leurs confrères et les institutions favorables au vapotage.

Arte dans son rôle ?

Mais la chaîne Arte est-elle dans son rôle ? Créée le 30 mai 1992, la chaîne Arte est un Groupement Européen d’Intérêt Économique composé de deux pôles : Arte France, anciennement la Sept, et Arte Deutschland.

L’initiative franco-allemande avait vocation à devenir européenne en intégrant d’autres pays en son sein. Force est de constater, 38 ans plus tard, que les résultats là-dessus se font attendre.

La ligne éditoriale de la chaîne est clairement exprimée dans ses statuts : « Le Groupement a pour objet de concevoir, réaliser et diffuser ou faire diffuser par satellite ou par tout autre moyen, des émissions de télévision ayant un caractère culturel et international au sens large, et propres à favoriser la compréhension et le rapprochement des peuples en Europe. » (source : article 2.1 du Contrat de formation d’Arte le 30 avril 1991).

Et, lorsqu’il s’agit de culture, son domaine d’exercice, Arte domine la concurrence de toute sa stature. Les esprits chagrins souligneront qu’en matière de culture, la concurrence n’est pas très vive, mais il n’empêche : le haut niveau de la chaîne dans ce domaine est incontestable, qu’il s’agisse de culture grand public, comme celui récemment consacrés à Kate Bush, plus underground comme l’émission Tracks, ou destinés aux amateurs éclairés comme ceux sur les artistes contemporains ou les musées classiques.

La culture est vue au sens large. Ainsi, documentaires de voyages, sur la vie des animaux ou sur la science côtoient des reportages sur les vignes en Australie ou la farine avec laquelle on fait le pain. Écologie, développement durable, les sujets d’actualités y trouvent leur place.

Dès lors, un reportage sur la vape, dans la rubrique « Médecine et santé » n’est pas incongru en soi. Sauf que…

… Sauf que l’on arrive à un des travers d’Arte, à savoir une conception toute relative de la pluralité des opinions. Sur un certain nombre de sujets de société ou politiques, tout sens de la nuance est banni, au point que l’on arrive à la limite de la propagande. Comme ce « reportage » sur la vape qui nous intéresse présentement où aucun défenseur du vapotage n’a été invité. Et pour cause : ce sont 90 minutes, longues et douloureuses, de propagande.

Plus de questions que de réponses

On notera la concomitance de ce que l’on peut qualifier d’attaque en règle contre le vapotage avec la volonté récemment exprimée de l’Allemagne, entre autres, de « sévir » sur le sujet. Entendez par là arrêter l’hémorragie de taxes liées au tabac en décourageant le vapotage et en le taxant à son tour pour compenser.

Sous couvert de culture et d’union des peuples, Arte est-elle un outil de propagande politique ? Si à ce stade rien ne permet de l’affirmer, poser la question est toutefois permis.

Le documentaire est produit par une société Allemande, Berlin Producers, qui a pignon sur rue et a réalisé de nombreux reportages sur des sujets variés, allant de Beethoven aux migrants, en passant par l’écrivaine Hannah Arendt ou l’orchestre philharmonique de Kinshasa. Rien de polémique. 

Contactée par nos soins, une société de production française nous explique que ce type de sociétés fonctionnent généralement sur des documentaires prévendus aux chaînes. Soit la société propose un sujet et le réalise une fois qu’une chaîne s’est déclarée intéressée, soit une chaîne contacte la société ou émet un appel d’offre pour réaliser un documentaire sur un sujet précis.

Impossible de savoir ce qui s’est passé dans ce cas précis : ni Arte, ni Berlin Productions n’ont donné suite à nos demandes.

Regarder ou pas, telle est la question

Nous aurions tendance à conseiller de ne pas regarder ce reportage, pour des questions purement pragmatiques : ne pas encourager la chaîne avec des taux d’audience supérieurs à ce qu’elle réalise habituellement sur cette case, même si cette audience est surtout celle de vapoteurs énervés.

Une saisine du CSA peut être utile : à partir du moment où le documentaire est présenté comme tel, alors les nombreuses contre-vérités qu’il contient sont à même de poser problème à la santé publique. Et, sur le sujet des fausses informations relatives à la santé, notre époque frôle la saturation…

Mais plus que cela, la communauté de la vape devrait, dès à présent, se remobiliser, parce que ce type d’attaque n’est sans doute que le début : les tenants d’une taxe sur la vape n’ont sans doute pas envie d’être embarrassés par ces plaies que sont, à leurs yeux, l’opinion publique, la démocratie et les faits.

Annonce

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.