L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le vapotage

Bon à savoir

L’OMS est un organisme international qui travaille en collaboration avec les décideurs politiques, la société civile, le secteur privé ainsi que les partenaires mondiaux de santé, dans le monde entier.

Sa principale mission consiste à aider à l’élaboration de plans de santé nationaux.

Un avis sur la vape qui diverge au fil des ans

  • 2012 : la cigarette électronique commence à se répandre à travers le monde et l’OMS semble dépassée par les événements. À cette époque, l’organisme se questionne sur sa politique à ce sujet. Plus tard cette année-là, un premier rapport préconise d’interdire la vente du vaporisateur personnel. 2012 marquera également la première coalition scientifique, formée de plus de 350 chercheurs à l’époque, s’insurgeant contre cette recommandation.
  • 2013 : le ton continue de durcir puisqu’une note interne, envoyée aux employés de l’organisation, les informe de l’interdiction de vapoter dans les bureaux ainsi que dans les voitures de fonction. La même année, elle publie un nouveau rapport soulignant les dangers du vapotage.
  • 2014 : suite à une nouvelle montée au créneau de scientifiques, l’OMS revient sur sa préconisation de 2012 et recommande désormais d’interdire la vente de cigarettes électroniques uniquement aux mineurs.
  • 2015 : l’OMS met à jour ses recommandations sur le vapotage. Celles-ci sont bourrées de contradictions et semblent démontrer que l’organisme ne sait toujours pas sur quel pied danser au sujet du vaping.
  • 2016 : l’Organisation mondiale de la santé publie un document censé servir de support aux débats qui auront lieu cette année-là lors de la Conférence des parties. Au paragraphe 5, elle indique que si la majorité des fumeurs qui ne peuvent pas ou ne veulent pas fumer passent à un dispositif moins nocif, cela représenterait « une amélioration de santé publique significative ». Un espoir pour l’avenir de la vape ?
  • 2019 : malgré les preuves scientifiques qui s’accumulent, l’OMS indique qu’il n’existe pas assez de données pour jauger des méfaits sur la santé du vapotage par rapport au tabagisme.
  • 2020 : l’Organisation publie une foire aux questions sur le vapotage. Parmi ses réponses, 10 d’entre elles sont considérées par de nombreux experts comme partiellement fausses ou complètement erronées. La même année, lors de la Journée mondiale sans tabac, l’OMS fait de la vape son cheval de bataille principal. Plus tard, l’organisme ira même jusqu’à citer une étude scientifique, qui a été rétractée, pour souligner les soi-disant liens qui existeraient entre vapotage et maladies cardiaques.
  • 2021 : le Royaume-Uni, pays qui prône la réduction du risque tabagique grâce au vapotage, menace de diminuer ses financements à l’OMS si elle continue de tenir sa position antivape. En fin d’année, l’organisme persiste et signe en publiant un nouveau rapport antivape, corédigé avec Bloomberg Philantropies, organisme aux mains du milliardaire éponyme, connu pour ses positions anti cigarette électronique. Un rapport qui conduira un ancien directeur de l’OMS à s’en prendre à son ex-employeur en l’accusant d’axer ses décisions selon le bon vouloir de Bloomberg, son principal donateur.
  • 2022 : les rapports contre la cigarette électronique continuent de paraître.

L’OMS, organisme respecté à l’international, lutte depuis plusieurs années contre la cigarette électronique. Une position qui pousse régulièrement des scientifiques du monde entier à s’en prendre à elle.

La science ignorée…

Depuis l’arrivée sur le marché du vaporisateur personnel, l’OMS indique l’étudier. Pourtant, malgré les études scientifiques à ce sujet, l’organisme semble ne retenir que les travaux dont les conclusions l’intéressent.

Si, les premières années, l’étude du vaping n’en était qu’à ses balbutiements, la science a rapidement comblé ses lacunes. Plusieurs milliers de recherches ont alors été conduites à travers le monde entier.

Malgré les preuves qui s’accumulent et semblent démontrer que vapoter est considéré comme étant beaucoup moins nocif que fumer, l’OMS ne l’entend pas de cette oreille et continue de publier différents rapports allant contre la cigarette électronique. Ses recommandations sont toujours axées autour du même principe : il faut interdire, ou au moins strictement réglementer la vape.

… donc elle contre-attaque

Depuis 2012, de nombreuses lettres ouvertes ont été envoyées à l’OMS, signées par plusieurs centaines de scientifiques dans le monde.

Toutes lui reprochent d’aller à contresens des preuves s’accumulant quant à la moindre nocivité du vapotage par rapport au tabagisme. Robert Beaglehole, ancien directeur du département des maladies chroniques et de la promotion de la santé à l’OMS, va même jusqu’à fustiger l’organisme qui l’a employé durant des années, l’accusant d’ignorer la science au détriment des idées de son principal donateur, Michael Bloomberg, milliardaire foncièrement antivape.

L’entrisme de l’argent dans les politiques de santé publique

Michael Bloomberg est un homme d’affaires devenu multimilliardaire avec les années. En 2023, sa fortune personnelle était estimée à 94,5 milliards de dollars, selon Forbes.

Parmi les nombreuses utilisations de son argent, l’homme, qui a également occupé le poste de maire de New York pendant plus de 11 ans, se trouve une association à but non lucratif, baptisée Bloomberg Philanthropies. Selon ses propres mots, son objectif est « d’assurer une vie meilleure et plus longue au plus grand nombre de personnes en se concentrant sur cinq domaines clés : les arts, l’éducation, l’environnement, l’innovation gouvernementale et la santé publique ».

Concernant le secteur de la santé publique, l’association se focalise autour de grands sujets distincts comme la prévention des risques routiers, alimentaires, liés aux drogues, mais aussi au tabagisme.

Ce dernier point est crucial puisqu’il concerne directement le vapotage. Aux États-Unis, la cigarette électronique étant considérée comme un produit du tabac, de nombreuses associations, dont Bloomberg Philanthropies, la combattent au même titre que le tabagisme.

Pour elles, il est vital d’éviter que le vapotage ne se répande parmi les populations du monde, puisque considéré comme aussi dangereux pour la santé que la consommation de tabac fumé.

Ainsi, puisque l’OMS poursuit un objectif similaire au sien, le milliardaire, par le biais de sa fondation, lui adresse régulièrement des dons de plusieurs centaines de millions de dollars.

Problème, au fil des ans, les philanthropes milliardaires comme Michael Bloomberg ou Bill Gates, seraient devenus la deuxième plus grosse source de revenus de l’OMS. Rendant de fait l’organisme très dépendant de leurs dons.

Et quelle meilleure manière pour plaire à ses donateurs que d’aller dans leur sens ? Ce que semble faire l’OMS avec sa politique antivape, qui a tout pour satisfaire les idées prohibitionnistes de Bloomberg, son fidèle donateur.

Les dernières nouvelles en rapport avec l’OMS

Consultez ci-dessous l’ensemble de nos derniers articles concernant l’Organisation mondiale de la santé, au sujet de la cigarette électronique.

Le vapotage surpasse désormais le tabagisme chez les jeunes

  • Le 14/05/2024 par Alistair Servet

Le dernier rapport de l’OMS montre que les mineurs vapotent désormais plus qu’ils ne fument. De quoi inquiéter l’organisation.

Journée mondiale sans tabac : la vape directement visée

  • Le 2/05/2024 par Alistair Servet

Pour l’OMS, vapotage et sachets de nicotine sont uniquement destinés à attirer les jeunes dans la dépendance.

Deux anciens dirigeants de l’OMS critiquent sa position sur la cigarette électronique

  • Le 12/02/2024 par Alistair Servet

Ils l’encouragent à apporter son soutien aux pays qui veulent utiliser des modes d’administration de nicotine alternatifs pour combattre le tabagisme.

L’OMS appelle à « une action urgente » contre la cigarette électronique

  • Le 15/12/2023 par Alistair Servet

Effet passerelle, taxes, interdiction des arômes, transformation en médicament… Les recommandations de l’OMS inquiètent.

OMS : un nouveau rapport hors-sol sur l’épidémie mondiale de tabagisme

  • Le 12/08/2023 par Alistair Servet

L’organisme se félicite de l’efficacité de la lutte antitabac et rappelle que la vape n’est rien d’autre qu’un produit de Big Tobacco.

Offensive antivape : l’OMS en roue libre

  • Le 17/04/2023 par Guillaume Bailly

L’OMS s’attaque une fois de plus à la vape, avec une solution simple : on interdit tout, et on taxe ce qui reste.

Future TPD : la Commission européenne lance une consultation publique

  • Le 15/03/2023 par Guillaume Bailly

La Commission européenne lance une consultation publique dans le cadre de la future TPD. Le moment ou jamais de défendre la vape.

Santé Publique France partage son expérience avec l’OMS

  • Le 2/08/2022 par Guillaume Bailly

Santé publique France et le Secrétariat de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac ont signé le 5 juillet un protocole d’accord.

OMS : la désinformation sur la cigarette électronique continue

  • Le 3/06/2022 par Alistair Servet

Le vapotage, c’est toxique et ça n’aide pas à arrêter de fumer. En plus, c’est même dangereux pour l’entourage.

Un ancien directeur de l’OMS s’en prend à l’organisme

  • Le 28/12/2021 par Alistair Servet

Lors d’un discours, il a accusé l’OMS de s’être égarée et d’axer ses décisions selon les idées de l’un de ses plus gros donateurs, Michael Bloomberg.

100 experts urgent une nouvelle fois l’OMS de revoir sa position sur la cigarette électronique

  • Le 5/11/2021 par Alistair Servet

L’OMS respectera-t-elle un jour la science ? Une fois n’est pas coutume, quoi que. À l’occasion de la tenue de la 9e session de la Conférence des Parties (COP-9) de …

France, un député relaie à son tour la propagande de l’OMS

  • Le 27/08/2021 par Guillaume Bailly

Après un Sénateur, c’est au tour d’un Député français d’interpeller le Ministre de la santé sur le rapport de l’OMS

France : la propagande antivape de l’OMS trouve un relais politique

  • Le 18/08/2021 par Guillaume Bailly

Pascal Allizard, sénateur du Calvados, a adressé une question à Olivier Véran reprenant les récentes affirmations de l’OMS

Rapport de l’OMS : les défenseurs de la cigarette électronique s’indignent

  • Le 29/07/2021 par Alistair Servet

Une analyse « fondamentalement erronée », un rapport « épouvantable », les réactions ne manquent pas suite au rapport de l’OMS sur la vape.

OMS : le nouveau rapport qui assassine la vape

  • Le 28/07/2021 par Alistair Servet

Réalisé en partenariat avec un anti-vape notoire, le document fait preuve d’une véritable malhonnêteté concernant la cigarette électronique.

OMS et cigarette électronique : une position contradictoire

  • Le 8/07/2021 par Alistair Servet

Pour Christopher Snowdon, le Secrétariat de la Convention-cadre pour la lutte anti-tabac (CCLAT) doit être réformé ou dissous.

L’OMS continue son cirque antivape

  • Le 28/05/2021 par Alistair Servet

À l’approche de la journée mondiale sans tabac, l’OMS rappelle que rien ne prouve que vapoter aider à arrêter de fumer.

Le Royaume-Uni pourrait s’en prendre à l’OMS si elle continue sa politique antivape

  • Le 12/04/2021 par Alistair Servet

Des parlementaires encouragent le gouvernement à réduire ses financements à l’OMS si elle continue de lutter contre la cigarette électronique.

Une pétition pour que l’OMS arrête de mentir sur le vapotage

  • Le 26/03/2021 par Alistair Servet

Celle-ci lui demande d’axer sa politique sur des preuves scientifiques solides et d’arrêter de mentir concernant la cigarette électronique.

L’OMS une nouvelle fois ciblée par une organisation de défense du vapotage

  • Le 4/02/2021 par Alistair Servet

Elle demande à l’OMS de « cesser de colporter des mensonges » concernant un lien imaginaire entre cigarette électronique et COVID-19.