Vous êtes ici : Vaping Post » Politique » Le Royaume-Uni maintient sa volonté d’éliminer le tabagisme d’ici à 2030

Le Royaume-Uni maintient sa volonté d’éliminer le tabagisme d’ici à 2030

    Annonce

Dans un récent rapport, le National Health Service est revenu sur sa volonté et les moyens qu’il compte mettre en oeuvre afin d’éliminer le tabagisme d’ici à l’année 2030.

Proposer la vape en tant que solution alternative au tabagisme

Comme tout un chacun le sait, le Royaume-Uni met depuis plusieurs années maintenant, le vapotage très en avant afin de diminuer le nombre de fumeurs à l’intérieur de ses frontières. Il faut dire que le pays s’est rapidement placé en tant que leader des pays « pro-vape ». Dès 2015, lors de la publication de son rapport indiquant que le vapotage est « au moins 95 % moins nocif que le tabagisme ».

Ainsi, depuis plus de 4 ans maintenant, le Royaume-Uni ne cesse de tenter de faire switcher ses consommateurs de tabac vers les produits du vapotage. Que ce soit à l’aide de vidéos expliquant les atouts de la vape face au tabac fumé,  en publiant régulièrement divers rapports scientifiques afin d’étudier les bénéfices du vapotage par rapport à la cigarette de tabac, ou encore en octroyant à la cigarette électronique, un mois entier durant l’année, afin de faire sa promotion.

Des actions qui s’accompagnent d’ailleurs de nombreuses autres idées telles que la distribution de starter kit dans les banques alimentaires, la possibilité de réduire les taxes sur les produits de la vape ainsi que l’autorisation de leur prescription en tant qu’outil de sevrage tabagique, ou encore la promotion du vapotage sur les paquets de cigarettes. Une liste naturellement non exhaustive puisque le pays déborde d’idées quant à la recherche de moyens de faire cesser sa population de fumer.

Moins de 15 % de fumeurs

Tandis que certains pays combattent la vape, et que d’autres continuent de se montrer frileux à son égard, le Royaume-Uni, lui, continue sur sa lancée.

Une lancée qui semble le diriger dans la bonne direction puisque selon le ministère de la santé du pays, les Britanniques ne seraient désormais « plus que » 14 % à fumer, soit un taux de tabagisme parmi les plus faibles d’Europe.

Mais le pays ne compte pas s’arrêter là. En effet, il y a quelques années, il annonçait sa volonté de devenir un pays sans fumeur, d’ici à l’année 2030. Une ambition qu’il continue de porter aujourd’hui.

Pour ce faire, le pays prévoit de proposer une aide pour cesser de fumer à tous les fumeurs qui sont admis à l’hôpital, d’ici à l’année 2023.

Une résolution à saluer mais que le pays juge tout de même insuffisante.

Ainsi, dans son récent rapport, le National Health Service (NHS) indique également vouloir « poser un ultimatum à l’industrie du tabac » afin de rendre la cigarette « obsolète », avec des fumeurs qui arrêtent de fumer ou « se tournent vers des produits à risque réduit comme les cigarettes électroniques ».

Le pays fait également preuve d’un pragmatisme rare. Il explique ainsi reconnaître que « dans certaines zones » plus pauvres, le tabagisme demeure bien plus élevé que dans d’autres. Ainsi, une femme enceinte sur quatre fumerait dans la ville de Blackpool, alors qu’elles ne seraient qu’une sur cinquante dans la région de Westminster.

Des inégalités auxquelles le pays compte bien « s’attaquer ».

Le Royaume-Uni déconseille le tabac chauffé

Parmi les reproches que certains détracteurs de la vape font au Royaume-Uni, l’un revient souvent, celui de dire que le pays fait la promotion d’un produit dont « on ne connaît pas les effets sur la santé ».

Les anti-vape accusent alors les autorités britanniques d’être irresponsables.

Pourtant, dans son rapport, le NHS démontre que non, il ne conseille pas n’importe quel produit afin de réduire le nombre de fumeurs.

Ainsi, s’il explique que de nombreuses recherches sont maintenant disponibles pour « appuyer l’utilisation de la cigarette électronique comme solution de rechange plus sûre au tabagisme » et pour « aider les gens à cesser de fumer ». Un discours bien éloigné de celui qu’elle tient lorsqu’il s’agit de parler des produits du tabac chauffé (IQOS etc.).

En effet, concernant ceux-ci, le National Health Service recommande aux fumeurs « d’arrêter complètement de fumer plutôt que de se tourner vers ces produits », car ils sont « relativement nouveaux sur le marché ». L’organisme rappelant au passage que la recherche à ce sujet n’en est qu’à « ses débuts » et que la majorité des études déjà conduites l’ont été par l’industrie du tabac.

Le reste de l’actu au Royaume-Uni

Un directeur de PHE s’indigne du traitement de la vape aux USA

  • Publié le 22/10/2019

Les décisions du CDC remisent en cause La « crise sanitaire » se poursuit aux Etats-Unis. En effet, en date du 15 octobre 2019, les Centers for disease control and …

Le Royaume-Uni ne s’inquiète pas des vapoteurs malades aux USA

  • Publié le 16/10/2019

La vape mieux réglementée en Europe Malgré le nombre croissant de vapoteurs malades aux Etats-Unis, divers experts du Royaume-Uni se sont récemment montrés peu inquiets quant au fait qu’un tel …

UK : les vape shop ont le vent en poupe

  • Publié le 2/10/2019

3,6 millions de vapoteurs dans le pays Selon un communiqué de l’organisme financier 365 Business Finance, le nombre de vape shop au Royaume-Uni continuerait son ascension. En effet, d’après les …

Annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *