Vous êtes ici : Vaping Post » Les investissements de Big Tobacco dans les produits sans combustion

Les investissements de Big Tobacco dans les produits sans combustion

Mis à jour le 19/10/2023 à 15h21

Nous avons retracé depuis 2002 les différents investissements de l’industrie du tabac dans les produits dits à “nocivité potentiellement réduite”, n’incluant pas de combustion de tabac. Parmi eux se trouvent la cigarette électronique, les inhalateurs de nicotine, mais aussi le tabac chauffé ou mâché, les sachets de nicotine, ou encore le SNUS. Cet historique est mis à jour régulièrement.

Pourquoi Big Tobacco investit-il dans les produits à risque réduit ?

Depuis plus de dix ans maintenant, les ventes de tabac ne cessent de diminuer. La faute à des politiques gouvernementales dans le monde, toujours plus dures avec le tabagisme, à cause des millions de morts qu’il cause chaque année. Mais pour les géants du tabac que sont, par exemple, Philip Morris International, Japan Tobacco International, Reynolds, Altria, British American Tobacco et d’autres, ce recul des ventes induit forcément une diminution du chiffre d’affaires.

En 2007, un nouveau produit est apparu sur le marché : la cigarette électronique. Si sa popularisation n’a commencé qu’en 2010, au fil des années, de plus en plus de fumeurs dans le monde ont remplacé le tabagisme par le vapotage. Des fumeurs qui arrêtent de fumer, et représentent des clients perdus pour l’industrie du tabac. Afin de maintenir ses finances, celle-ci a donc décidé de se lancer sur le marché du vaping. À grands coups de millions de dollars, fruits des ventes d’un produit mortel depuis plus d’un siècle pour certains, les fabricants de cigarettes se sont doucement fait une place au sein de ce nouveau secteur.

Avec l’essor du vaporisateur personnel et le gain en popularité du thème de la réduction du risque tabagique, d’autres produits sont nés, ou d’anciens outils jusqu’alors réservés à certains pays seulement, se sont mis à intéresser les fumeurs. C’est par exemple le cas du SNUS qui, s’il était uniquement consommé en Suède jusque dans les années 2020, a commencé à se répandre ailleurs dans le monde, bien qu’il reste encore interdit en Europe.

Certains fabricants de tabac ont également lancé un nouveau type de produit, inventé par leur soin cette fois : le tabac chauffé. Dans le domaine, c’est Philip Morris qui mène la danse avec son désormais célèbre IQOS. Une danse à laquelle d’autres cigarettiers tentent désormais de participer.