Vous êtes ici : Vaping Post » Guides » E-liquide DIY : les recettes concentrées

E-liquide DIY : les recettes concentrées

    Annonce
  • Vaze
  • Vaporesso

Les recettes concentrées sont le moyen le plus simple de réussir des liquides DIY savoureux. Leur utilisation et facile, et donne d’excellents résultats s’ils sont correctement dosés. Voici quelques conseils pour en tirer le meilleur. 

Le principe des recettes DIY concentrées

Nous avons vu dans nos précédents articles sur le DIY comment faire la base, nicotinée ou non. On peut maintenant faire de la vapeur, il ne reste plus qu’à lui ajouter du goût. Certes cela n’est pas une obligation, on peut vaper la base seule si on se contente du hit, de la sensation en gorge. Mais comme cela n’est satisfaisant que pour une infime minorité de vapoteurs, on va partir du principe qu’ajouter des arômes, c’est quand même plus chouette.

Pour ce faire, il existe deux manière de procéder

  • soit on utilise des arômes simples, comme pomme, menthe ou vanille, que l’on utilise seuls ou mélangés selon ses goûts. On en parle dans un autre article consacré aux arômes et la création de recettes.
  • soit on achète une recette concentrée, dans laquelle les arômes sont déjà mélangés dans des proportions (gustativement) harmonieuses. Il s’agit donc bien de recettes, puisqu’elles mélangent différents arômes, et elles sont concentrées, donc prévues pour être diluées dans une base. 

Certains liquides existent d’ailleurs en version prêt-à-vaper, ainsi qu’en recette concentrée pour le DIY. Il s’agit finalement de la même chose, à ce détail important que dans le second cas vous faites le mélange base/arômes vous-même, alors que dans le premier le fabricant l’a fait pour vous.

Une solution avantageuse

On l’a vu dans l’article d’introduction au DIY, un des avantages à faire ses liquides soi-même est le prix. Pour produire un e-liquide, les fabricants réalisent d’abord un concentré en mélangeant des arômes purs, puis mélangent une dose de ce concentré à la base. Vendre le concentré directement évite la seconde étape, permet donc de réduire les coûts de production et le prix de vente. C’est le même principe qu’Ikea par exemple, vendre un meuble en kit revient moins cher que de le manufacturer complètement et permet de faire baisser le prix final.

La comparaison ne s’arrête d’ailleurs pas là puisque dans les deux cas, le produit final doit être facile à réaliser par n’importe qui. Et contrairement au meuble en kit, au moins avec le DIY vous n’aurez pas à chercher où se place la vis qui vous reste toujours en trop une fois le montage terminé, ni à vous demander si elle est vraiment indispensable et si votre étagère va tenir malgré tout debout.

Le DIY est facile, on va le voir tout à l’heure, et il est avantageux pour votre portefeuille, ce qui se calcule rapidement en prenant un exemple, avec des prix tirés d’un site en ligne.

Prix du e-liquide

Liquide prêt-à-vaper : 6,50€ les 10ml

Prix du même liquide en DIY

Concentré à diluer à 10% : 7,90€ les 10ml, soit 0,79€ le ml
Base DIY en 125ml : 3€, soit 0,024€ le ml
Booster 20mg/ml en 10ml : 1,90€, soit 0,19€ le ml

Pour faire 100 ml de liquide en 12 mg/ml de nicotine, on va utiliser 6 boosters, 30 ml de base et 10 ml de concentré, pour un coût total de 7,9+ 11,4+0,72= 20,02€ les 100 ml. Soit moins du tiers des 65€ que coûtent les 10 bouteilles de e-liquide correspondant.

Le calcul est encore plus avantageux si on vape avec moins de nicotine. Si on refait le calcul précédent avec un liquide en 3 mg/ml de nicotine, les 10 ml de DIY reviennent à 7,9+2,85+1,80= 12,55€. La différence est nette par rapport au 12 mg/ml, on est à moins de 20% du prix du e-liquide, et elle l’est encore un peu plus si on prend la base en 1 ou 5 litres.

Le booster revient effectivement plus cher que la base, et plus on vape à un taux élevé de nicotine plus le liquide DIY revient cher. Mais si on reproduit le précédent calcul pour un liquide en 20 mg/ml de nicotine, les 100 ml de DIY ne coûtent toujours que 17,1+7,9=25€, soit 2,5€ les 10 ml. Aucun e-liquide industriel ne peut rivaliser avec un tel tarif. 

Le dosage en concentré

Faire son liquide DIY avec une recette concentrée est tout ce qu’il y a de plus simple. Le fabricant de la recette indique le dosage en pourcentage du concentré. Il suffit de le diluer dans cette proportion avec la base. Par exemple, si le concentré se dilue à 10% et que vous souhaitez faire 200ml de liquide, vous mélangez 10% de concentré, soit 20ml avec 90% de base, soit 180ml.

Le plus simple pour bien mélanger le concentré dans la base et de mettre le liquide dans une bouteille, de la fermer (la bouteille, vous avez le droit de discuter en même temps) et de secouer vigoureusement le tout. La chemise hawaïenne et Wild Again en fond sonore ne sont pas indispensables, mais vous aideront à ressembler à Tom Cruise dans Cocktail, ce qui donne tout de suite un autre cachet au tableau. On peut également utiliser un mélangeur de laboratoire, efficace mais nettement moins glamour. Ou n’importe quel moyen qui finira par touiller tout ça proprement.

La grande question reste, justement, le dosage. On l’a vu dans notre guide sur les bases, plus on a de glycérine végétale, moins les arômes sont présents. C’est vrai à dosage égal, il faut donc doser davantage les arômes quand on a plus de VG dans la base.

Les fabricants les plus diligents indiquent soit une fourchette de dosages, par exemple 10 à 15%, soit et c’est encore mieux le dosage de concentré en fonction de la base. Par exemple, 12% de concentré dans une base 70/30, 15% dans une base 50/50 et 18% dans une base 30/70.

Si vous n’avez qu’un seul chiffre, il s’agit en général du dosage pour une base à 50%PG/50%VG. Diminuez un peu la concentration si vous avez plus de propylène glycol, et augmentez la si vous avez plus de glycérine végétale. Dans le doute, faîtes un essai avec 10 ml de liquide, et corrigez en fonction du résultat pour faire le liquide en plus grande quantité.

Quoi qu’il en soit, les dosages renseignés ne sont qu’indicatifs, vous les modifierez probablement en fonction de vos préférences personnelles. Évitez toutefois de sur-concentrer massivement les arômes car moins il y en a, plus la vape est théoriquement safe. Il ne reste plus qu’à laisser steeper votre liquide avant de le vaper, on en parle en détail dans l’article consacré au steep.

Les recettes concentrées en vidéo

On creuse encore le sujet

D’autres guides sur le DIY sont disponibles pour parfaire votre culture du Do Iy Yourself :

  • Comment choisir sa base ? Nos explications sur les différents principes à connaitre pour préparer correctement sa base.
  • Les packs prêts à l’emploi permettent de s’affranchir de certaines étapes. Plus rapides et plus pratiques, nous vous expliquons le principe des solutions toutes prêtes.
  • Les e-liquides avec nicotine et commercialisés sur le territoire français sont limités à 10ml maximum. Les boosters de nicotine sont une solution proposée par fabricants pour que les vapoteurs puissent utiliser des flacons plus importants.
  • Le principe du steep permet au liquide d’arriver à maturation, c’est à dire pour que les arômes prennent parfaitement leur place dans la solution. Un bon liquide est un liquide steepé. Suivi le guide.
  • Les e-liquides nécessitent d’être correctement conservés si l’on veut profiter de leurs saveurs pendant longtemps. Voici un guide pratique sur la conservation des e-liquides.

Pour lire toute l’actu de la vape en un seul clic chaque vendredi, il y a aussi une magnifique newsletter prête à l’emploi. Et c’est nous qu’on l’a fait tout seul.

Annonce

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.