Vous êtes ici : Vaping Post » Guides » E-liquide DIY : comment choisir et faire sa base ?

E-liquide DIY : comment choisir et faire sa base ?

    Annonce

Première étape dans la conception de vos e-liquides, le choix et la réalisation de sa base DIY. Nous vous présentons les différentes options, les proportions PG/VG, et la mise en pratique.

Choisir sa base DIY

Un liquide de cigarette électronique est principalement composé de base, d’arômes et éventuellement de nicotine. Nous parlerons des deux derniers dans des articles spécifiques, la base quant à elle représente environ 80 à 90% de l’ensemble et elle  est à l’origine de la vapeur elle-même. Seule, elle n’a pratiquement aucun goût -d’où les arômes- ni de hit -d’où la nicotine. De là à penser que toutes les bases se valent il n’y a qu’un pas qu’on se gardera bien de franchir.

La base DIY est composée de glycérine végétale (la “VG”) et/ou de propylène glycol (le “PG”), dans des proportions variables. Il convient donc de choisir la composition qui répond le mieux à vos attentes.

Le propylène glycol

Pour tout savoir sur le propylène glycol, vous pouvez consulter l’article que nous lui avons consacré. En résumé et pour ce qui nous intéresse ici, il a plusieurs propriété essentielles pour le choix de votre base.

Plus il y a de propylène glycol dans votre base :

  • plus les arômes seront intenses et définis
  • moins on utilise d’arômes
  • plus votre base sera fluide
  • plus vous aurez de hit (la sensation en gorge)
  • moins vous aurez de vapeur

La glycérine végétale

L’essentiel à retenir ici est que plus vous avez de glycérine végétale dans votre base :

  • moins les arômes sont présents
  • plus on augmente la concentration d’arômes
  • plus votre base sera visqueuse, épaisse
  • plus la vape sera douce (moins de hit) et sucrée
  • plus vous aurez de vapeur

Explication de la base pour les e-liquides DIY

L’atomiseur

Si on peut choisir son matériel en fonction de son apparence ou de son prix, le premier critère doit rester la vape qu’il propose. On choisit d’abord un style de vape, puis un atomiseur qui lui correspond, ensuite une box ou un mod pour le faire fonctionner et pour finir un liquide adapté. L’ordre est essentiel, on choisit d’abord une vape, ensuite le matériel qui la procure.

Les deux principales caractéristiques d’un atomiseur sont liées, il s’agit de la puissance à laquelle on peut vaper avec et de son flux d’air plus ou moins ouvert. Les faibles puissances, par exemple 10 watts, correspondront à un flux d’air serré et souvent à une inhalation indirecte. Les fortes puissances vont de pair avec un flux d’air ouvert et une inhalation directe.

Dans le premier cas, on recherche plutôt le hit et on a peu de vapeur quoi qu’il arrive. Les bases avec plus de propylène glycol correspondent mieux. Et dans le second cas, on aura plus de vapeur avec une base plus glycérinée qui est également moins irritante et passe mieux à haute puissance.

Les atomiseurs sont d’ailleurs conçus en fonction. Les résistances prévues pour une vape à 10 watts ont de petites arrivées de liquide, puisqu’elles en consomment peu. Elle fonctionnent mieux avec des liquides fluides : les bases fortement glycérinées sont plus visqueuses, passent difficilement par ces petites arrivées de liquide et vous risquez le dry hit. A l’inverse, les résistances prévues pour les hautes puissances ont de larges ouvertures d’arrivée de liquide pour suivre la forte consommation, et les bases trop fluides risquent de provoquer des fuites ou des engorgements de la résistance.

Il y a bien entendu une bonne marge de manœuvre et la seule règle à suivre est de n’écouter que vos préférences personnelles. Mais on peut prendre comme case départ une base moyenne en 50%PG / 50%VG, et aller vers plus de PG pour une vape indirecte à basse puissance et flux d’air serré, par exemple 70%PG / 30%VG. Et inversement, aller vers plus de VG pour une vape à plus forte puissance, en inhalation directe avec un flux d’air ouvert.

Les bases DIY toutes prêtes

La solution la plus simple est bien entendu d’acheter directement la base DIY toute prête. Il en existe avec différentes proportions PG/VG, en général du 20/80 au 80/20. Le premier chiffre indique le taux de propylène glycol, le second celui de glycérine végétale. Il s’agit d’une notation fréquente, mais vérifiez bien les taux de chaque composant, certains fabricants inversent les deux chiffres. On peut également vaper en 100% VG, que l’on soit intolérant au PG ou que l’on souhaite faire du “cloud chasing”, par contre la vape en 100% PG est très marginale, car facilement irritante et sans production de vapeur satisfaisante.

Vous trouverez ces bases dans des bouteilles de 100, 250, 500 et 1000 millilitres le plus souvent, certains fabricants vont jusqu’à des conditionnements de 5 litres. Vous pouvez adapter en fonction de vos habitudes de vape, et par exemple si vous vapez en général à 40  watts et de temps en temps à 10 watts quand vous voulez ou devez faire moins de vapeur, prendre une base 30/70 en 1 litre et une base 70/30 en 100 ml. Vous pouvez ainsi faire deux version de votre liquide préféré, chacune dans un atomiseur adapté que vous utilisez en fonction du moment.

Faire sa base DIY

Pour plus de souplesse ou si vous souhaitez un mélange intermédiaire par rapport à ceux proposés en standard, il est possible de faire vous-même votre base en mélangeant du propylène glycol et de la glycérine végétal selon vos proportions. Vous pouvez ainsi facilement adapter votre base au liquide que vous allez faire, et au style de vape que vous vous envisagez avec seulement deux bouteilles, une de PG et une de VG.

Il va de soi que pour ces deux composants vous ne devez utiliser que des produits conçus et commercialisés pour la vape. Leur pureté et l’absence d’autres composants sont garantis, il en va de votre santé. Vous pouvez toutefois acheter du PG et de la VG purs en pharmacie -vérifiez bien que la composition est à 100%-  mais ils sont souvent plus chers et moins disponibles, surtout pour le PG, qu’en magasin de vape. Peu d’intérêt donc, mais gardez l’idée sous le coude, elle peut servir en dépannage.

Réaliser le mélange est on ne peut plus simple : pour faire par exemple une base en 70%PG / 30%VG, mélangez… 70% de PG avec 30% de VG. Le doctorat en chimie n’est effectivement pas indispensable, c’est le moins qu’on puisse en dire. Donc pour faire 100ml de cette base en 70PG / 30VG, vous mesurez 70ml de PG que vous versez dans une bouteille ou un récipient, vous ajoutez 30ml de VG, vous mélangez bien et c’est prêt.

Pour le récipient, vous pouvez utiliser du verre ou du plastique alimentaire. C’est également valable pour mélanger les arômes et éventuellement la nicotine, n’utilisez que des récipients de qualité alimentaire. Pour faire le dosage, vous pouvez utiliser un verre gradué ou une seringue. Il existe des verres gradués de toutes les contenances, et des seringues jusqu’à 60ml pour ce que j’ai pu trouver. Celle de la photo est achetée en pharmacie et utilisée par les vétérinaires pour faire prendre les médicaments par voir orale au bétail. On est dans le DIY, vous pouvez improviser! Tant que vous restez dans les produits spécifiques à la vape, l’alimentaire ou le médical, on ne le répétera jamais assez.

Vous pouvez faire le mélange dans un récipient à part ou directement dans la bouteille qui servira à le stocker. Cette solution à ma préférence, simplement parce qu’il est facile de mélanger en secouant la bouteille une fois refermée. Pour la bouteille bien sûr, si vous pensez recycler un bidon d’huile moteur, vous n’avez pas été attentif, reprenez l’article depuis le début.

Enfin et pour être complet, on peut aussi faire le dosage avec une balance. Il faut pour cela une balance précise au moins au gramme près. Il ne s’agit pas de affichage en grammes, mais bien d’une précision de mesure au gramme, contrairement aux balances basiques utilisées en cuisine. Il faut également réaliser un petit calcul supplémentaire par rapport aux mesures en volume, pour tenir compte des densités des composants. La glycérine végétale à une densité de 1,26 g/cm³, le propylène glycol 1,04 g/cm³.

Comment choisir et faire sa base en vidéo

Pour aller plus loin…

Nous vous proposons une série d’articles pour faire le tour de la question du DIY :

  • Si vous êtes un peu flemmard, et ça se comprend, les packs prêts à l’emploi sont là pour vous. Nous vous expliquons tout en détail (et rapidement).
  • Depuis la transposition de la TPD dans le droit français, les e-liquides commercialisés sur le territoire sont limités à 10ml si ils contiennent de la nicotine. Les boosters de nicotine sont une alternative pour se fabriquer des flacons d’une contenance bien supérieure.
  • Les fabricants de e-liquides n’ont pas attendu très longtemps pour se mettre à la page du DIY. Nous vous présentons le principe des recettes concentrées qui rendent cette technique du fait-maison accessible à tous.
  • Créer sa proprerecette : faîtes parler l’artiste qui est en vous et impressionnez vos amis en concoctant vos propres liquides. On n’est jamais mieux servi que par soi même …
  • Un bon liquide doit passer par une phase de maturation durant laquelle les arômes vont pouvoir pleinement s’exprimer. Nous vous expliquons le principe du steeping (maturation).
  • Comment protéger vos liquides préférés, qu’ils soient de votre propre création ou à la base de recettes concentrées. Nous vous proposons un guide pratique sur la conservation des e-liquides.

Fan de bricolage vapologique ? Mordu de coils en spires espacées et d’Agnès Buzyn (si ça existe) ? Abonne-toi à notre newsletter, elle est faite pour toi ! [wysija_form id=”2″]

Annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *