Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Kits » Test : Pod Teros – Joyetech

Test : Pod Teros – Joyetech

  • Par , le 18/07/2018 à 12h00
    Annonce

Joyetech nous propose son Teros, un pod joliment fait, simple à utiliser, et qui produit surtout une très bonne vape en inhalation indirecte. Il est tout à fait adapté pour débuter la vape et pour vaper modérément ou discrètement.

Pod chic

Le design du Teros est réussi : c’est un petit objet, sa prise en main ressemble à celle d’un galet, il se glisse dans une poche sans la déformer, et dans un petit sac sans prendre de place. La qualité de construction, en acier brossé, est étonnamment bonne pour un objet de ce type.

C’est un pod, un vrai, c’est-à-dire que son utilisation est simplifiée au maximum : pas de bouton, la vape se déclenche automatiquement quand on aspire une bouffée, pas de réglage de puissance et presque pas d’entretien.

Sa vape est très agréable, évidemment en inhalation indirecte : le tirage et le hit sont sensiblement les mêmes que ceux d’une clope, comme sa production de vapeur, seule  la sensation sur les lèvres change, puisque l’embout est assez large. Les saveurs, qui sont parfois le point faible de ce type de matériel, sont ici bien mises en valeur. La mise en route automatique fonctionne bien, sans avoir à aspirer fort. Son autonomie se situe autour de 100 à 120 bouffées, soit l’équivalent d’une dizaine de clopes. Ceux qui fumaient plus devront donc penser à le recharger dans la journée, ou en avoir un deuxième en réserve. 

Pour moi, ce qui détermine si un pod est performant ou non, c’est la réponse à une question : en vapotant 10 ou 15 bouffées pendant une pause au boulot, est-ce que j’ai la même satisfaction qu’avec une clope ?
Avec ce Teros, la réponse est oui, à condition d’utiliser un dosage suffisant de nicotine, on y reviendra, et c’est valable pour tous les pods qui fonctionnent bien.

Le Teros est constitué de deux éléments : une batterie qui constitue le corps du pod, et un réservoir qui contient la résistance. C’est un réservoir remplissable, il s’emboîte sans le moindre jeu, et deux petits aimants le maintiennent en place. 
La batterie du Teros est régulée en tension, ce qui permet de vaper toujours à la même puissance. C’est est agréable, mais ça ne permet pas de vaper plus longtemps, comme Joyetech tente de nous le faire croire dans sa communication (on y revient aussi, à la fin de cet article).

Au final, le Teros est un excellent pod, il est dans le haut du panier ce ce genre de vapoteuse. Il se recharge rapidement (15 à 20 mn) avec un bon chargeur de smartphone, et il est possible de recharger tout en vapotant.

Revue technique

Le Teros est livré dans un jolie boite en carton noir, accompagné d’un câble usb pour sa recharge. Deux réservoirs sont fournis, pour 15 à 30 jours d’utilisation avant de devoir en racheter. Le manuel est simple, bien fait et en français. 

Les caractéristiques essentielles du Teros de Joyetech

Type de matériel kit débutant
Dimensions mod 90 mm sur 29 sur 12
Batterie 480 mAh / 1,85 v
Charge USB
Capacité du réservoir 2 ml
Résistances industrielles
Poids du kit 57,5 g

Petites observations enjouées


Le réservoir d’un pod est un point névralgique : il contient la résistance et c’est de lui que dépend la qualité de vape. Celui du Teros est de bonne facture : il est fiable, ne fuit pas, et délivre une vape agréable. Le hit bien présent sans être trop fort avec des liquides bien dosés en nicotine, c’est-à-dire le plus possible. J’insiste sur ce point : un pod est fait pour avoir des dosages forts en nicotine, notamment pour les défumeurs, si possible 18 mg/ml. Certains trouvent alors le hit trop fort, surtout au début, quand on a encore la gorge blessée par la fumée. Ils peuvent se tourner momentanément vers les liquides aux sels de nicotine au dosage maximum (20 mg/ml), moins courants et plus chers, mais moins piquants.

Le réservoir peut justement être rempli du liquide que l’on souhaite (2 ml) jusqu’à une proportion PG/VG de 50/50. Le remplissage est facile avec l’embout d’une fiole classique de 10 ml, mais les embouts de type twist sont trop larges.

Le réservoir contient la résistance, qui s’encrasse au fil de la vape. Il faut donc le changer régulièrement : tout les 5 à 7 remplissages avec des liquides encrassant comme les saveurs tabac et sucrées, et jusqu’à 10 (voire 15) avec des liquides très propres, les mentholés par exemple.

Enfin, on peut avoir deux stratégies d’usage de ces réservoirs : soit on en utilise un seul, que l’on change quand sa résistance est foutue. Soit on en utilise plusieurs en parallèle, remplis de liquides différents, pour pouvoir changer de saveurs facilement. Dans ce cas, il sera utile d’avoir une petite boite ou ranger les réservoirs non utilisé, pour éviter que la poussière les encrasse.

Petite observation narquoise

La capacité annoncée de la batterie du Teros est de 480 mAh, alors que la plupart des pods annoncent 300 mAh. Dit comme ça, cela laisse penser que l’on pourra vaper plus longtemps avec le Teros qu’avec d’autres pods, et c’est bien ce que Joyetech veut nous faire croire. Elle affirme en effet que ses nouvelles batteries de faible tension (1,85 v au lieu des 3,7 habituels dans la vape) permettraient de vaper plus longtemps. C’est une aberration électrique. Explications ! 

Pour ceux qui ne s’intéressent pas du tout à la technique, passez directement à la conclusion, mais sachez que le pod Teros n’est pas plus autonome que les autres, il l’est même un peu moins, même si dans les faits ça ne fera pas grande différence.
Pour ceux qui veulent en savoir plus, lisez la suite !

Les pods fonctionnent en général à une puissance de 8 watts environ. Les lois qui régissent l’électricité nous disent que la puissance est égale à la tension au carré divisée par la résistance : P=U²/R. Pour avoir 8 watts avec une tension de 3,7 volts, comme sur la plupart des pods, il nous faut donc une résistance de 1,7 ohm. Pour avoir la même puissance avec le pod Terros et ses 1,85 volts, il faut une résistance de 0,4 ohm. Et en effet, la résistance des réservoirs du Teros est bien de 0,4 ohm.

Mais alors, est-ce que le Teros consomme moins d’énergie que les autres ?
Non, bien sûr, les deux consomment 32 Joules pour une bouffée de 4 secondes, quelle que soit la valeur de la résistance. C’est la puissance qui compte pas la tension. Les Joules, ce sont des watts par secondes, 8 w pendant 4 s, ça fait donc 8 x 4 = 32 J, quelle que soit la tension de l’accu ou la valeur de la résistance.

Mais pourtant Joyetech annonce 480 mAh, contre 300 en général sur les autres pods, c’est donc que le Teros est plus autonome, non ?!
Eh bien non ! Là aussi, c’est une habile manipulation des chiffres. Ces 480 mAh ne représentent pas une autonomie, mais une capacité à délivrer 480 mA pendant 1 heure. Mais la tension compte aussi. Un accus qui délivre 480 mA pendant 1 heure à 1,85 v ne contient pas plus d’énergie qu’un accus délivrant 300 mA pendant 1 heure à 3,7 volt, c’est même le contraire.

L’énergie réellement disponible se mesure en watts/heure ou en Joules, il faut donc multiplier la capacité par la tension pour la connaître.
Sur le Teros, 480 mAh, avec une tension de 1,85 volts, ça nous donne 0,9 Wh ou 3240 Joules, ce qui nous fera en gros 100 bouffées de 4 secondes.
Sur un pod à 300 mAh, avec une tension de 3,7 volts, ça nous donne 1,1 Wh ou 3960 Joules, donc en gros 120 bouffées de 4 secondes.
CQFD : désolé pour tous ce chiffres, mais face à la propagande publicitaire, il fallait démontrer des faits : le Teros n’est pas plus autonome que le VIE UD par exemple, testé ici il y a peu, c’est même l’inverse !

Bref au-delà de cette entourloupe commerciale, le pod Teros n’en reste pas moins excellent dans son registre, et en gros aussi autonome que les autres, mais pas plus. Joyetech ferait donc mieux de se passer de publicité mensongère.

En résumé

On aime

  • Le design agréable
  • La prise en main
  • La vape serrée et les saveurs
  • L’autonomie dans la norme
  • Les réservoirs remplissables

On n’aime pas

  • Le mensonge commercial sur l’autonomie de la batterie

Conclusion

4,5 /5
 

Le Pod Teros fait partie de meilleurs pods actuels, il est joli, facile à utiliser et à entretenir, et sa vape est parfaite en inhalation indirecte. Pour ne rien gâcher, les saveurs des liquides sont bien restituée, et son autonomie est dans la bonne moyenne, équivalente à 10/12 clopes, mais pas supérieure à celle des autres bons pod, comme Joyetech tente de la faire croire.

 

Le Teros de Joyetech en images

Les derniers articles sur la marque Joyetech

Test : Pod Teros – Joyetech

  • Publié le 18/07/2018

Joyetech nous propose son Teros, un pod joliment fait, simple à utiliser, et qui produit surtout une très bonne vape en inhalation indirecte. Il est tout à fait adapté pour débuter …

Test : Riftcore Duo – Joyetech

  • Publié le 5/07/2018

Encore une fois, Joyetech innove : le Riftcore Duo est un atomiseur RTA qui doté d’une résistance spéciale en céramique. Sa durée de vie est annoncée pour un million de …

Test : Batpack / Joye ECO D16 Kit – Joyetech

  • Publié le 19/05/2018

La sortie du Batpack Kit de Joyetech aurait pu marquer une nouvelle étape majeure dans l’évolution du matériel de vape, avec une alimentation par deux piles AA classiques. Pas de chance, …

Mais aussi :


 

Pour ne rien manquer de l’actualité de la vape, rejoignez les 6 500 abonnés à notre newsletter et recevez chaque semaine nos derniers articles !

Annonce

Name of Reviewed Item: Pod Teros de Joyetech Rating Value: 4.5 Image: https://fr.vapingpost.com/wp-content/uploads/2018/07/Teros.Vig-1.jpg Review Author:Review Date:

Les commentaires sont fermés.