Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Pods » Test : eGo AIO 2 – Joyetech

Test : eGo AIO 2 – Joyetech

  • Par , le 29/11/2023 à 18h11
    Annonce

Si vous ne fumez pas, ne vapotez pas.

Le premier modèle d’eGo AIO a marqué les esprits à sa sortie, en 2016. Compact et simple à prendre en main, il avait de quoi séduire dans un marché en plein développement. L’eGo AIO 2 ressemble à s’y méprendre à son ainé. Mais en 2023, ce dispositif entre kit et pod est-il toujours aussi pertinent ?

Evolution ou mise à jour ?

L’eGo AIO 2 n’a pas fondamentalement changé visuellement. En format tubulaire, le dispositif intègre le réservoir de 2 ml qui ne peut pas se retirer. Simple à utiliser, il ne demande que quelques manipulations pour fonctionner. Pour autant, on retrouve les mêmes défauts que sur le modèle précédent. Si la vape est plutôt agréable, à l’aube de 2024, le setup mérite, à notre sens, un vrai coup de jeune.

Caractéristiques techniques

Dimensions du pod19 x 123 mm
Poids du pod72 g
ChargeUSB-C
batterie1700 mAh
Plages d'utilisationautomatique
Capacité du réservoir2 ml

Le coffret comprend :

  • Pod
  • Cordon USB
  • Mode d'emploi

Des changements à envisager

L’eGo AIO 2 dispose d’une connectique USB-C pour recharger rapidement la batterie de 1700 mAh. L’autonomie n’est pas très importante, mais le corps de batterie ne fait que 19 mm de diamètre pour 123 mm de haut en incluant le réservoir de 2 ml. L’ensemble est donc cohérent avec le format du dispositif.


Le niveau d’e-liquide est visible à tout moment avec la double fenêtre en verre du réservoir qui contient l’e-liquide. À chaque appui sur le bouton de déclenchement, une lumière illumine l’intérieur du réservoir. Selon le niveau de batterie restant dans le mod, la couleur de la LED change (7 niveaux différents). Cela permet de toujours situer le niveau de liquide, mais aussi de connaître l’état de charge de l’eGo AIO 2. Le bouton de déclenchement est de forme carrée et dépasse suffisamment pour le sentir sous le doigt.


Le remplissage se fait en dévissant le haut du clearomiseur intégré. On remplit directement dans le réservoir comme sur les premiers modèles d’eGo AIO. Absolument tous les embouts de flacon sont compatibles. Sur l’eGo AIO, une inscription indiquant le niveau de liquide maximum est indiquée. En effet, il ne faut pas remplir jusqu’en haut le réservoir sous peine d’observer un débordement en revissant la partie supérieure sur laquelle se visse la résistance.

Le top cap du clearomiseur dispose d’une sécurité enfant qui oblige à appuyer dessus pendant que l’on visse ou dévisse lors des phases de remplissage. L’idée d’une sécurité est pertinente, mais, dans les faits, la manipulation n’est pas très pratique.


Le réglage du flux d’air se fait au sommet du réservoir. De type top airflow, l’air entre à la jonction de la partie supérieure du réservoir et de son bouchon. Deux petits points indiquent si l’arrivée d’air est ouverte ou non.

On fluctue ce volume d’air en tournant la bague mobile. C’est ici notre point de déception : d’une part, les deux points gravés sont petits et, selon la couleur de l’eGo AIO 2, pas réellement visibles. D’autre part, la précision du réglage du flux d’air est plus que hasardeuse. Que l’on tourne d’un côté ou d’un autre, la sensation perçue à la vape est quasi similaire, sans réel impact ni dans le ressenti ni dans la chaleur de la vapeur.


Deux résistances BFC de 0,8 ohm sont fournies dans la boîte. En soi, il s’agit plutôt d’une bonne idée, mais une proposition avec deux valeurs différente serait d’autant plus pertinente qu’elle permet aux débutants de tester différentes sensations et style de vape.

La BFC 0,8 ohm s’utilise entre 14 et 20 W pour une inhalation indirecte à directe très restreinte. Le rendu aromatique est agréable et pertinent. La configuration de la résistance permet une excellente hydratation de la fibre qu’elle contient même lorsqu’on enchaîne les inhalations. La vapeur est légèrement tiède.

Si l’eGo AIO, à ses débuts, a séduit par sa compacité et la qualité de ses saveurs, l’eGo AIO 2 semble n’avoir que peu évolué. Ce n’est pas spécialement un point négatif, mais il aurait fallu que le dispositif propose des correctifs par rapport aux premiers modèles pour le rendre encore plus performant. L’airflow n’est pas précis et reste peu visible, et l’accès au remplissage n’est pas des plus pratique.

En résumé

On aime

  • Facile à utiliser
  • Qualité de la vape
  • Système lumineux dans le réservoir
  • Compacité
  • Prix

On n’aime pas

  • Airflow symbolique
  • Accès au remplissage
  • Deux résistances identiques

Conclusion

3,7 /5

L'eGo AIO 2 n'est pas un mauvais dispositif. La vape est de qualité et son utilisation est particulièrement simple. Pour autant, un peu plus d'évolutions seraient un plus. L'airflow n'est pas efficace et l'accès au réservoir peu pratique.

Le eGo AIO 2 en images

Les commentaires sont fermés.