Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » Etoiles, pâquerettes et commissaires

Etoiles, pâquerettes et commissaires

    Annonce
  • Calumette
  • le petit vapoteur
  • Pulp
  • Vaporesso
  • Innokin

C’est vendredi, et vous savez ce qu’il y a, le vendredi ? Que celui qui a répondu “le week end !” sache qu’il est maudit par tous les conseillers en vape qui travailleront dans leur boutique demain. Non, le vendredi, c’est le jour de l’article du vendredi.

Le nom de la pâquerette

Tandis que je jette ces lignes sur un parchemin numérique d’une main tremblante, à la lueur d’une bougie à LED, tandis qu’une pluie acide bat au carreau, presque arrivé au terme d’une vie de pêcheur, je me rappelle encore d’un temps où les expressions avaient du sens.

Par exemple, l’interjection « il a fumé la moquette, lui ». Cette référence aux stupéfiants et à l’herbe qui fait rire signifiait que l’individu visé faisait n’importe quoi, qu’il était dans un état de délabrement intellectuel tel que le revêtement du sol lui semblait délicieusement consommable dans ses fumées clandestines.

Las ! Tout s’enfuit, et l’époque avance d’une telle façon que nous, devenus les aînés, ne la comprenons plus, sous les assauts d’une industrie toujours déterminée à régner malgré la révolution à ses portes, comme si Louis XVI s’était rêvé décapitant Danton, Robespierre et toute la smala.

L’autre jour, j’ai appris, nulle par ailleurs, que dans ces nobles colonnes du Vaping Post qui abritent mes errances sémantiques et mes phrases trop longues, que c’était fini. Désormais, on ne dira plus « il a fumé la moquette, lui » pour stigmatiser un fou en pleine excentricité, on dira « il a fumé le thé, lui », et ce sera considéré comme normal.

Ne comprenant plus ce monde, je me suis retiré dans une bibliothèque, où je compulse à longueur de journée des livres de science.

Science sans conscience

C’est bien, la science. Franchement, nulle ironie : la science, c’est vraiment bien, parce que les gens qui la font mettent les bonnes personnes aux bons endroits. C’est important.

Tenez, les astronomes, par exemple. Je les aime bien, eux. Ils pointent leurs instruments vers le ciel, là où ils sont sûrs de ne pas voir quelqu’un s’allumer un sachet de Lipton ou se rouler un Elephant-OCB pour se le mettre derrière l’oreille et le fumer plus tard.

Comment ça, « pour l’instant » ? Ne commencez pas à essayer de me gâcher ma journée, sinon ça va mal finir. Ma journée, oui, mais pas que.

Bon, donc, les astronomes pointent leurs télescopes vers le ciel, et ils voient des étoiles, chose étonnante.

Enfin, ils ne sont pas étonnés de voir des étoiles, du moins, je suppose que, durant leurs longues années d’études, quelqu’un a bien dû leur dire à un moment où à un autre que s’ils levaient les yeux au ciel ils verraient ce genre de choses, c’est juste que ces étoiles-là sont étonnantes. Parce qu’elles sont très jeunes et qu’elles se situent au centre de notre galaxie.

Alors, des étoiles jeunes, il y en a partout, ce n’est pas le problème, il suffit de nuages de gaz et de poussière et, avec un peu de patience, la gravité fera son boulot.

Mais justement, au centre de la galaxie, il y a un trou noir, et un trou noir, concernant la gravité, c’est un peu le boss. Le chef. Le cador. Le patron. Et avoir sa propre gravité à soi quand un trou noir fait la loi dans le quartier, ce n’est pas possible.

Et pourtant, elles sont là, elles sont jeunes, à peine 100 000 ans, ne vous laissez pas distraire par ces chiffres, à 100 000 ans, une étoile ne sait même pas marcher ni dire « papa » ou « maman », et donc, les astronomes sont aussi surpris de voir des étoiles à cet endroit-là que vous de marcher pieds nus sur un Lego. D’ailleurs, métaphoriquement, c’est tout aussi douloureux, vous, vous avez mal au pied, mais eux, ils ont mal à leurs équations.

Et donc, les astronomes, ils voient ces étoiles qui ne devraient pas être là, que font-ils ? Et bien ils ont décidé de chercher à comprendre pourquoi elles étaient là, ce qui va leur prendre des années d’intenses efforts. Et vous savez pourquoi ils font ça ? Parce que ce sont les bonnes personnes au bon endroit. C’est important.

Parce que si c’était, à la place des astronomes, un exemple au hasard, des Commissaires européens, eux, ils auraient regardé dans le télescope, vu les étoiles, et décrété « il n’y a rien, là ». Comment je le sais ? Facile : c’est déjà ce qu’ils font avec tous les ex-fumeurs que la vape a sortis du tabagisme.

Les commentaires sont fermés.