Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » Les vendeurs de vape, ces survivants qui s’ignorent

Les vendeurs de vape, ces survivants qui s’ignorent

    Annonce

Il y a pas mal de jeunes gens qui rêvent du job ultime, celui qui leur permettra de faire de leur passion un métier, celui qui leur offrira la possibilité de se révéler à la face du monde comme quelqu’un de compétent, empli de connaissances et de sagesse : vendeur dans une boutique de vape. Mais…

Formation de vendeurs de vape, cours sur les Mods Tubulaires.

Vendeur de vape, ce métier à risque

Pour être vendeur dans une boutique de vape, il faut être à la limite du surhomme.

Courageux, solide, le vendeur devra ignorer la peur en ne pas craindre de mettre en jeu son intégrité physique.

La plupart du temps, ça se passe bien, jusqu’à ce que rentre dans la boutique LE client. Oh, on le connaît, il a fait plein de petits boulots : responsable des installations extérieures pour les TAAF pendant un hivernage sur le plateau de l’Ouest Antarctique, routier en Sibérie, mineur de fond en Chine, c’est un dur, un vrai. Il n’est pas là pour rigoler.
Et il arrive au magasin en vous expliquant qu’il y a un truc bizarre avec sa vape, depuis quelques jours, il requiert votre avis, et pour cela, il vous tend son mod. Pas le choix, il va falloir tester son mod dans les mêmes conditions que lui.

Lui, il vape du Sub-zéro en 18 mg de nicotine à 50 watts en inhalation indirecte.

Être vendeur dans une boutique de vape, c’est ne pas avoir peur de la mort.

Vendeur de vape, ce métier à risque, bis

Pour être un vendeur de vape, il faut être constamment attentif et concentré. Parce qu’il y a cette cliente, là, un peu distraite. Elle vous explique que, depuis quelques jours, elle a un goût bizarre avec son set-up.

Vous la connaissez, c’est une dame calme et pondérée, qui aime une vape paisible en tirage serré sur un atomiseur conçu à cet effet. Vous lui avez personnellement réglé sa box sur 14 watts. Tout va bien, machinalement, vous lui prenez le set-up des mains, vous enfilez un petit capuchon d’hygiène en caoutchouc, vous appuyez sur le bouton fire en tirant une bonne bouffée avant même que la drôle d’odeur n’ait le temps de parvenir à votre cerveau.
“Ben ouais” expliquera votre collègue aux pompiers venus vous réanimer “un dry hit à 75 watts, ça pardonne pas”.

Etre vendeur en boutique de vape, c’est constamment vérifier les réglages de la box de votre client, toujours penser à vérifier qu’il n’a pas tripoté sa box, et être attentif aux odeurs de brûlé. Vigilance, vigilance constante, le danger est partout.

Vendeur de vape, ce métier à risque, ter

Pour être vendeur de vape, il faut être aussi perspicace que Sherlock Holmes.
Ce client, par exemple, qui rentre dans la boutique. Il vous explique qu’il a rempli son atomiseur, l’autre jour, avec son liquide en 3 mg de nicotine, et que depuis, ça lui arrache la gorge.

Vous sortez à peine de trois semaines de coma après avoir fait un dry hit à 70 watts sur un ato plein de Sub-zéro, aussi, circonspect, vous vérifiez que la résistance ne sent pas le brûlé, que les réglages en watts ne sont pas trop élevés. Tout est normal. Le client vape des liquides tout faits et du DIY, selon les circonstances.

Confiant, vous mettez la protection de drip tip, tirez sur sa vape, et vous humiliez devant tous les clients présents dans la boutique en toussant comme un tordu. Après avoir réitéré l’opération une seconde fois, avec les mêmes résultats, sans avoir la moindre idée de la source du mal, vous tendez le set-up à votre collègue, qui aura peut-être une idée.

Lui, circonspect, vérifie que la résistance ne sent pas le brûlé, que les réglages en watts ne sont pas trop élevés. Tout est normal. Confiant, il met la protection de drip tip et tire dessus à son tour. Après que vous lui ayez prodigué les gestes de premiers secours, et une brève concertation, vous vous demandez si ça ne viendrait pas tout simplement du liquide.

Le client, qui l’a oublié dans sa voiture, part le chercher. La piste est prometteuse. Après tout, une erreur d’étiquette, ça arrive.

Dix minutes plus tard, le client revient, penaud “Ouais, euh, désolé, les gars, mais bon, en fait, je rechargeais ma vape au volant du camion, quoi, vous savez, je suis chauffeur routier international, et bon, hein… Je crois que je me suis un peu planté de flacon, au lieu de mettre mon liquide, j’ai mis directement la bouteille de booster… “

Alors, oui, vendeur de vape en shop, ça a ses bons côtés. Ça en a même beaucoup. Mais il est très curieux comme un bon vieux dry hit qui vous prend par surprise à 70 watts a tendance vous les faire oublier. En fait, le vendeur de vape, c’est quelqu’un qui doit vivre le meilleur en craignant constamment le pire.

Annonce