Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » BPCO : la vape n’est pas considérée comme un facteur de risque

BPCO : la vape n’est pas considérée comme un facteur de risque

Mis à jour le 3/01/2024 à 12h34
    Annonce

La Global initiative for chronic obstructive lung disease ne cite pas le vapotage comme un facteur de risque de cette maladie pulmonaire.

Tabagisme et vapotage, une grande différence

Le tabagisme serait responsable de la moitié des cas de BPCO dans le monde.

Le tabagisme serait responsable de la moitié des cas de BPCO dans le monde.

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie pulmonaire courante. Ses symptômes se manifestent par une toux et des crachats, généralement matinaux. La BPCO connaît plusieurs stades d’évolution. Si ses symptômes sont d’abord légers et intermittents, leur fréquence augmente avec le temps. La toux devient ainsi chronique, et de nouveaux problèmes apparaissent, comme une dyspnée, c’est-à-dire un essoufflement qui, s’il survient d’abord lors d’activités physiques, finit par être présent en permanence, y compris au repos. 

Le facteur principal causant la bronchopneumopathie chronique obstructive est le tabagisme

Il y a quelques jours, la Global initiative for chronic obstructive lung disease (GOLD), une organisation mondiale spécialisée dans la BPCO, dont l’un des objectifs est de « recommander des stratégies efficaces de prise en charge et de prévention de la BPCO à utiliser dans tous les pays », a publié un rapport (au format PDF) dans lequel il préconise de donner une nouvelle définition à la maladie. 

En savoir plus sur la GOLD

La Global initiative for chronic obstructive lung disease (GOLD) est une organisation internationale qui a pour objectif de sensibiliser à la maladie pulmonaire obstructive chronique et d’améliorer les soins de santé pour les personnes atteintes de cette maladie dans le monde entier. 

La GOLD a été créée en 1997 en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et d’autres organisations internationales de santé. Elle publie des directives pour la prise en charge de la BPCO, qui sont utilisées dans le monde entier pour guider les cliniciens. Les directives de la GOLD recommandent des stratégies de prévention, de diagnostic et de traitement pour aider à réduire la charge mondiale de la maladie.

Elle profite de l’occasion pour rappeler les facteurs de risques de la BPCO. Si le tabagisme y est présent en tête de liste, parce que représentant plus de 50 % des causes de BPCO dans le monde, nulle mention n’est faite du vapotage. De quoi rappeler que les conséquences de l’utilisation d’une cigarette électronique sont bien différentes de celles du tabagisme. 

Les facteurs de risques ainsi cités sont :

  • Le tabagisme et l’exposition passive à la fumée de cigarette ou à d’autres types de fumée de tabac. Les exemples cités sont la pipe, le cigare, le narguilé, et la marijuana. 
  • La combustion du bois, des excréments d’animaux, du charbon ou des résidus de récolte.
  • L’exposition professionnelle à des poussières organiques et inorganiques, les agents chimiques et les fumées.
  • La pollution atmosphérique.

Questions annexes sur la cigarette électronique et les poumons

La cigarette électronique donne-t-elle de l’eau dans les poumons ?

Depuis plusieurs années, le vapotage est accusé de créer de l’eau dans les poumons. Mais qu’en est-il réellement ? On vous explique tout.

Vapoter est-il dangereux pour les poumons ?

Quels sont les effets de la cigarette électronique sur les poumons ? Est-ce aussi dangereux que le tabagisme ? Le point sur les études.

Cigarette électronique et emphysème pulmonaire

L’un de nos lecteurs est touché par un emphysème pulmonaire et se demande s’il peut vapoter pour remplacer le tabac. Réponse d’un pneumologue.

Vous n'avez pas trouvé de réponse à votre question ?
Nous pouvons vous aider.

Posez votre question sur la vape

Une réponse à “BPCO : la vape n’est pas considérée comme un facteur de risque”

  1. BaptisteS dit :

    Bonjour,
    Je suis convaincu de l’efficacité de la CE dans l’arrêt du tabac etc… Cependent j’émet des doutes sur la pertinence de l’affirmation. Ce n’est pas parce-qu’ils n’évoquent pas la vape que cela est exempté de risque. Dans le papier publié il ne font aucune mention du protocole. Il est probable qu’ils n’aient pas mesuré l’impacte de la vape sur le BPCO. Pour des raisons qui leurs appartiennent.
    Mais en aucun cas ce papier scientifique permet d’affirmer que la vape ne présente pas de risque de BPCO.
    Cependant il est net que les gens souffrant de BPCO se sentent mieux en vapant.