Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Une nouvelle étude confirme que vape et tabac chauffé aident à arrêter de fumer

Une nouvelle étude confirme que vape et tabac chauffé aident à arrêter de fumer

Mis à jour le 20/07/2023 à 10h58
    Annonce

Dans les deux groupes de participants, le matériel utilisé a permis d’atteindre des taux de sevrage tabagique complet compris entre 30 et 40 % après 12 semaines.

L’étude en bref

L’objectif était d’analyser le taux de sevrage tabagique avec le vapotage et le tabac chauffé au bout de 12 semaines, auprès d’une population n’ayant pas l’intention d’arrêter de fumer. La recherche comptait 211 participants, qui ont été séparés en deux groupes, l’un pourvu d’une cigarette électronique et l’autre d’un IQOS. Les chercheurs ont relevé qu’entre les semaines 4 et 12, entre 30 et 40 % des participants avaient arrêté de fumer. D’autres avaient considérablement réduit leur consommation de cigarettes. Des résultats qui concordent avec ceux de travaux scientifiques précédents. Aller directement à la conclusion.

vape tabac chauffé arrêter de fumer

Une recherche menée sur 3 mois

Il y a quelques jours, une équipe composée de 12 chercheurs a publié les résultats d’une étude1 dont l’objectif était de comparer « l’efficacité, la tolérabilité et la satisfaction/adoption du produit » des produits du tabac chauffé et de la cigarette électronique, auprès d’une population composée de 220 fumeurs, recrutée pour l’occasion. La particularité de cette étude résidait dans le fait que les participants déclaraient ne pas avoir envie d’arrêter de fumer. En moyenne, ils étaient principalement des hommes (57,3 %), âgés de 41 ans, avaient fumé un paquet de cigarettes par jour pendant 24 ans, et avaient déjà tenté d’arrêter de fumer par le passé à deux reprises.

L’étude a été menée sur une durée de 12 semaines. Les participants ont été séparés en deux groupes :

Le premier s’est vu fournir un starter kit JustFog Q16 équipé d’un réservoir de 1,9 ml et d’une résistance de valeur 1,6 Ohm. Ils avaient le choix parmi trois e-liquides : un classic doux, un classic, et un produit mentholé, tous de la marque « Puff ». Ces liquides étaient composés de 50 % de PG, 40 % de VG, et 10 % d’eau. Leur taux de nicotine était de 16 mg/ml.

Le second groupe a reçu un IQOS 2,4. Là encore, les participants pouvaient choisir parmi trois variétés de bâtonnets de tabac, classique, doux ou mentholé.

Ces produits ont été sélectionnés, car ils seraient les plus vendus dans leur catégorie, sur le marché italien, pays d’où proviennent les chercheurs et les participants. Tout au long de la recherche, ces derniers ont été accompagnés par des psychologues présents pour leur dispenser des conseils motivationnels personnalisés.

L’abstinence et la réduction du tabagisme observées

Le principal critère d’évaluation de l’étude était le taux d’abstinence continue de la semaine 4 à la semaine 12. Les autres critères pris en compte étaient l’abstinence ponctuelle à partir d’une semaine jusqu’à la fin de l’étude, et le taux de réduction continue.

Concernant les questions de perception des dangers du produit utilisé et de satisfaction qu’il apportait, des questionnaires ont été distribués aux usagers. Nous ne parlerons pas de leurs résultats puisque les chercheurs n’ont rien relevé d’intéressant à ce sujet.

Résultats

Au total, 211 participants sur les 220 de départ sont arrivés au terme de l’étude. Le tableau ci-dessous représente le taux d’abstinence continue et de réduction continue entre les deux groupes de la semaine 4 à la semaine 12.

Cigarette électronique et tabac chauffé, étude aide à arrêter de fumer

Taux d’abstinence tabagique continu (CAR) et taux de réduction du tabagisme continu (CRR) des semaines 4 à 12, pour les produits du tabac chauffé (HTP) et de la cigarette électronique (EC).

Les chercheurs notent que « des taux élevés d’abandon du tabac ont été observés pour les deux groupes ». Ils étaient de 39,1 % pour l’IQOS et de 30,8 % pour le vaping. Des taux de réduction du nombre de cigarettes fumées ont également été notés. Ils étaient alors de 46,4 % pour l’IQOS et de 39,3 % pour le vaporisateur personnel.

Note

Il est important de rappeler que le taux d’abstinence pour le groupe des vapoteurs aurait probablement été plus élevé si les participants avaient eu le choix de leur matériel de vapotage. Puisque chaque fumeur est différent, il convient de trouver le matériel qui fonctionne le mieux pour chaque personne.

C’est l’une des grandes forces de la cigarette électronique. Puisque des centaines de dispositifs existent, proposant un tirage différent (direct ou indirect), des puissances de fonctionnement différentes, une quantité de vapeur différente, et des milliers de saveurs à travers les e-liquides, chaque fumeur peut trouver la combinaison qui fonctionne le mieux pour lui. Un travail de recherche qui n’a pas été réalisé dans le cadre de cette étude puisque tous les participants ont eu le même matériel, avec la même résistance, et un choix très restreint concernant les e-liquides. Autant d’éléments qui ont factuellement réduit les chances de succès du sevrage tabagique pour ce groupe.

Une rapide réduction du tabagisme

Réduction prévalence tabagique à 7 jours cigarette électronique et tabac chauffé

Prévalence à sept jours de l’abstinence et de la réduction du tabagisme dans les groupes d’étude de la cigarette électronique (A) et des produits du tabac chauffés (B).

Après les sept premiers jours de l’étude, 53,6 % des participants du groupe IQOS avaient déjà arrêté de fumer. Ils étaient 40,2 % pour le groupe équipé du kit JustFog. Les taux de double utilisation ont été élevés pour les deux groupes lors des deux premières semaines de l’étude, avec des valeurs de 60,9 % pour l’IQOS et 47,7 % pour la vape. Au fur et à mesure des semaines, ces taux de double usage ont diminué progressivement.

Enfin, aucun événement indésirable majeur n’a été relevé durant l’étude. Certains participants ont simplement décrit une toux, notamment dans le groupe de la cigarette électronique, dont ils ont jugé la gêne comme « légère » ou « modérée ». Les auteurs de la recherche précisent aussi que « aucun changement significatif de la fréquence cardiaque moyenne au repos, de la pression artérielle et de l’IMC pendant l’utilisation du produit n’a été observé entre et au sein des groupes d’étude ».

Note

La toux fait en effet partie des effets indésirables pouvant se produire lorsqu’un fumeur commence à utiliser une cigarette électronique. La toux disparaît généralement au bout de quelques jours, voire semaines. Dans le cas contraire, les e-liquides contenant des sels de nicotine peuvent être envisagés. Beaucoup plus doux pour la gorge, ils permettent aux consommateurs les plus sensibles de pouvoir continuer de vapoter tout en éliminant cette gêne.

Concernant les effets du vapotage sur la santé dont parlent les chercheurs, ou plutôt leur absence, ces informations confirment celles d’autres études menées auparavant dont les conclusions étaient que passer du tabagisme au vapotage permettrait d’améliorer la condition cardiaque2. Une autre étude3 arrivait à la conclusion qu’un fumeur souffrant de BPCO améliorerait son état de santé en passant du tabagisme à l’IQOS.

Confirmation des résultats d’études précédentes

Dans leurs conclusions, les scientifiques notent que leurs résultats concordent avec ceux de précédentes études ayant relevé une baisse du taux de prévalence tabagique dans les pays où ces produits étaient mis en avant. L’exemple du Japon est notamment cité, puisque le nombre de fumeurs a considérablement diminué dans le pays depuis l’arrivée du tabac chauffé sur le territoire.

Ils relèvent également que dans le groupe IQOS, le taux de double usage au cours des deux premières semaines a été bien supérieur à celui du groupe de vape, ce qui pourrait indiquer « des courbes d’apprentissage différentes pour les 2 produits ».

De plus, les auteurs notent que les dysfonctionnements des produits utilisés, quantifiés comme étant « relativement rares » pourraient expliquer le taux de succès de sevrage tabagique. Pour eux, ces résultats sont cohérents avec la notion selon laquelle « une expérience sensorielle positive et le plaisir du produit peuvent contribuer à l’efficacité des produits sans combustion en termes de résultats de renoncement (au tabagisme, N.D.L.R.) ».

« Cette étude a confirmé l’efficacité des cigarettes électroniques pour la substitution de la cigarette et le sevrage tabagique et a révélé pour la première fois que l’utilisation de produits du tabac chauffé peut favoriser l’abstinence de fumer en combinaison avec des conseils motivationnels », concluent-ils.

Ce n’est pas la première fois qu’une recherche indique que la cigarette électronique aiderait à arrêter de fumer même les fumeurs qui ne souhaitaient pas le faire. En 2021, une étude5 conduite auprès de 600 Américains indiquait dans ses conclusions que dans le cas de l’utilisation d’un vaporisateur personnel, un fumeur qui ne désire pas arrêter de fumer aurait quand même huit fois plus de chances de le faire.

Note

Si cette étude est bienvenue parce que confirmant les résultats de travaux précédents qui indiquaient que la cigarette électronique et le tabac chauffé peuvent aider à arrêter de fumer, il convient de ne pas faire l’amalgame entre ces deux produits pour autant.

Bien que le tabac chauffé soit un outil utile dans l’arsenal de lutte contre le tabagisme, il reste un produit du tabac, fabriqué par des cigarettiers, dont les méfaits sur la santé, bien que moindres par rapport à ceux du tabagisme, restent supérieurs à ceux du vapotage4.

À propos de cette étude

Parmi les chercheurs ayant participé à cette étude, trois font partie du Center of Excellence for the acceleration of Harm Reduction (CoEHAR), organisme de recherche sur la réduction des méfaits du tabac. Parmi ses financeurs se trouve la Foundation for a Smoke-Free World, association créée par le cigarettier Philip Morris International.


1Caponnetto P, Campagna D, Maglia M, Benfatto F, Emma R, Caruso M, Caci G, Busà B, Pennisi A, Ceracchi M, Migliore M, Signorelli M. Comparing the Effectiveness, Tolerability, and Acceptability of Heated Tobacco Products and Refillable Electronic Cigarettes for Cigarette Substitution (CEASEFIRE): Randomized Controlled Trial. JMIR Public Health Surveill. 2023 Apr 4;9:e42628. doi: 10.2196/42628. PMID: 37014673; PMCID: PMC10131829.

2J Am Coll Cardiol. 2019 Nov 15. Epublished DOI:10.1016/j.jacc.2019.09.067.

3Polosa, R., Morjaria, J.B., Prosperini, U. et al. Health outcomes in COPD smokers using heated tobacco products: a 3-year follow-up. Intern Emerg Med 16, 687–696 (2021). https://doi.org/10.1007/s11739-021-02674-3.

4Dusautoir, Romain, et al. “Comparison of the Chemical Composition of Aerosols from Heated Tobacco Products, Electronic Cigarettes and Tobacco Cigarettes and Their Toxic Impacts on the Human Bronchial Epithelial BEAS-2B Cells.” Journal of Hazardous Materials, Elsevier, 7 July 2020, https://doi.org/10.1016/j.jhazmat.2020.123417.

5Kasza KA, Edwards KC, Kimmel HL, et al. Association of e-Cigarette Use With Discontinuation of Cigarette Smoking Among Adult Smokers Who Were Initially Never Planning to Quit. JAMA Netw Open. 2021;4(12):e2140880. doi:10.1001/jamanetworkopen.2021.40880.

Les dernières études scientifiques sur la vape

VERITAS : les effets du vapotage chez les non-fumeurs seront...

  • Publié le 25/04/2024

Une étude débutée l’année dernière devrait permettre de répondre à la question d’ici quelques mois. Un travail très attendu.

« Il faut éviter les comparaisons directes entre les méfaits...

  • Publié le 22/04/2024

La qualité au rabais Nouvelle entrée dans notre florilège des pires études sur la cigarette électronique. Baptisée Risk and safety profile of electronic nicotine delivery systems (ENDS): an umbrella review …

19 % de risques supplémentaires d’insuffisance cardiaque pour les vapoteurs...

  • Publié le 9/04/2024

Une nouvelle étude, non publiée dont seul le communiqué de presse a été rendu public, affole déjà la presse internationale.