Vous êtes ici : Vaping Post » Tabagisme » Philip Morris souhaite un monde « sans fumée »

Philip Morris souhaite un monde « sans fumée »

    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Innokin
  • Vaporesso
  • Geekvape
  • VDLV
  • Dlice

Jeanne Pollès, Présidente de Philips Morris France, s’est récemment exprimée lors d’une interview radiophonique, l’occasion pour elle de faire part de la vision de son entreprise pour un monde « sans fumée ».

« Des solutions existent à la problématique de la cigarette »

Hier, 26 novembre, Jeanne Pollès, Présidente de Philips Morris France, s’est adonnée à la première interview radio de sa carrière. Interrogée sur Radio Classique, ce fût l’occasion pour la dirigeante de parler de la vision de sa société. 

L’interview, dirigée par le journaliste Dimitri Pavlenko, démarre lorsque l’homme parle de l’industrie du tabac comme de la « grande muette de l’économie ». 

Jeanne Pollès réagit : 

« C’est moins le cas aujourd’hui, parce que nous portons une vision qui est un monde sans fumée, parce que des solutions existent à la problématique de la cigarette. Chacun s’accorde à dire que les méfaits du tabac viennent principalement du fait qu’il y a combustion. Les innovations d’aujourd’hui, ce sont des produits avec du tabac qu’on chauffe et aussi des produits avec de la nicotine, les cigarettes électroniques ».

La directrice s’exprime ensuite sur l’iQos, le produit du tabac chauffé de l’entreprise, en rappelant que sa société a investi « plus de 4,5 milliards de dollars pour le développement de produits basés sur la science et l’innovation » sans oublier de rappeler au passage que selon certaines études (pour la très grande majorité dirigée par PMI), les émissions toxiques qu’il dégagerait seraient « réduites à hauteur de 95 % ». 

Jeanne Pollès juge également, concernant le prix du tabac dans notre pays, que « la réglementation qui est une des plus extrêmes au monde », « les niveaux de prix » et « bientôt la trajectoire vers le paquet à 10 euros », sont des choses positives puisque tous ces éléments « aident certaines personnes à arrêter de fumer la cigarette traditionnelle », ce qui est « très bien » et même, ce qu’il « a de mieux ». 

S’ensuit un refrain concernant le rôle que doit jouer le gouvernement afin de transmettre aux citoyens l’information expliquant « qu’il existe de meilleures alternatives » à la cigarette de tabac.

Elle continue en partageant sa vision du lobbying, qu’elle décrit comme « un échange d’informations entre gens qui prennent des décisions », avant de conclure : 

« Philip Morris se met à parler parce qu’on a des solutions à la problématique de la cigarette. Et on doit pouvoir créer un monde sans fumée ». 

Une société finalement prise de schizophrénie, tout comme la santé publique accroc aux taxes d’ailleurs, qui vise toujours dans son développement sans fin à renforcer ses rentrées de liquidités via la croissance de ses « produits à nocivité potentiellement réduite » tout en assurant le renforcement de ses « produits combustibles ».

Pour un monde sans fumée, il faudra attendre un peu. 

Nos derniers articles sur le tabagisme

La lutte contre le tabagisme serait plus efficace avec la...

  • Publié le 6/12/2022

Dans les pays proposant des alternatives moins nocives au tabagisme, le nombre de fumeurs ne ferait que diminuer.

Dossier : Big Tobacco financerait en partie l’attaque russe sur...

  • Publié le 2/11/2022

Les activités de 3 géants du tabac auraient rapporté près de 7 milliards d’euros de taxes à l’État russe depuis le début de la guerre.

Le mois sans tabac 2022, c’est parti

  • Publié le 31/10/2022

Et c’est reparti pour une nouvelle édition du Mois Sans Tabac, opération conjointe de Santé Publique France et de Tabac Info Service.

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.