Vous êtes ici : Vaping Post » Tabagisme » Décès de Robert Molimard, « père de la défume en France »

Décès de Robert Molimard, « père de la défume en France »

    Annonce
  • Ecigplanete

Ce 9 janvier 2020 marque le départ de Robert Molimard, grand homme de la tabacologie française. Précurseur dans la recherche sur le tabagisme dans notre pays, il fut l’un des premiers à s’intéresser au sort des fumeurs, et aux manières de les aider à s’en sortir.

Une vie dédiée à aider les fumeurs

C’est par le biais de la page Facebook Je ne fume plus #JNFP l’asso que nous apprenons aujourd’hui avec regret que Robert Molimard, considéré par beaucoup comme le « père de la défume », en référence à ses ouvrages [1], est décédé.

Né le 16 décembre 1927 dans le Puy-de-Dôme, il commence à étudier la médecine dès ses 19 ans, lorsqu’il s’installe à Paris. Particulièrement doué dans l’exercice de ses fonctions, il devient rapidement chef de clinique.

C’est en 1977, lorsqu’il est reçu au concours de chef de service de médecine interne à l’hôpital de Nanterre, qu’il découvre les effets ravageurs du tabac sur les sans-abris, population qu’il côtoie désormais au quotidien avec son nouveau poste.

Cette souffrance qu’il découvre et vit chaque jour, le pousse alors à choisir de se consacrer au phénomène de la dépendance. Très vite, au sein de son service hospitalier, il « ouvre » une consultation pour fumeurs qu’il assure lui-même.

Au même moment, lors de discussions avec plusieurs de ses confrères, il prend conscience d’être l’un des seuls professionnels de santé à s’intéresser au tabagisme.

Il organise alors, le 11 décembre 1982, la « première journée de la dépendance tabagique », afin de rencontrer de potentiels confrères également intéressés par ce sujet. Cette journée, première du genre en France, pose les premières pierres de la fondation qu’il crée dès l’année suivante, en 1983, la société d’étude de la dépendance tabagique et des tabac.

En 1986, trois années après la création de la fondation, il met également en place le premier diplôme officiel destiné à former des chercheurs et praticiens à la connaissance du tabagisme, le diplôme d’université d’étude de la dépendance tabagique et des phénomènes comportementaux apparentés. Un diplôme qui deviendra trois ans plus tard, le diplôme interuniversitaire de Tabacologie, après que R.Molimard ait proposé le néologisme « tabacologie ».

Une lutte contre les lobbies

En 2004, suite au succès grandissant de sa fondation, depuis rebaptisée société de tabacologie, l’industrie pharmaceutique réussit à s’emparer du projet.

Perdant ainsi sa liberté et son indépendance, il décide de démissionner de cette fondation qu’il avait participé à créer, afin de ne pas « cautionner une dérive faisant de la Société une simple agence du marketing des firmes pharmaceutiques » explique-t-il.

L’année suivante, en 2005, il rejoint l’association FORMINDEP, association citoyenne fondée par un groupe de médecins généralistes qui plaide pour que la formation des médecins se dégage de l’emprise de l’industrie pharmaceutique.

Bien qu’à la retraite depuis 1995, Robert Molimard a continué de donner des cours afin d’enseigner son diplôme durant 15 années, à la faculté Paris-Sud. Un poste qu’il quitte, contraint et forcé, en 2010, suite à une réorganisation totale de l’établissement.

Une carrière bien remplie

Durant la majeure partie de sa vie, Robert Molimard s’est consacré aux fumeurs. C’est grâce à son travail exemplaire et son parcours hors du commun que la lutte contre le tabagisme en France est née, et a pu continuer toutes ces années.

Titres et fonctions d’enseignement

  • Ancien chef de clinique en médecine interne à la faculté de Paris (1961),
  • Professeur de physiologie à la faculté de médecine de Poitiers (1961-1972) puis à la faculté de médecine Paris-Sud depuis (1972),
  • Directeur de l’enseignement du diplôme interuniversitaire de tabacologie.

Titres et fonctions hospitalières

  • Interne des hôpitaux de Paris (1952),
  • Médaille d’argent de l’internat de Paris,
  • Assistant du service de médecine interne à l’hôpital de Bicêtre (1960-1977),
  • Chef de service en médecine interne, hôpital de Nanterre (1977-1992).

Rapports et publications

  • Co-rapporteur du Rapport au Ministre de la Santé sur le Tabagisme (1987),
  • Publication (mai 1990) de l’ouvrage « Le Traitement de la Dépendance Tabagique  » (INSERM-Documentation Française),
  • Publication (1989) de l’ouvrage “Tobacco and Cancer ; perspectives in preventive research. E.C.P. Symposium/6”. Excerpta Medica éd,
  • Membre du Comité de Rédaction de l’ouvrage « Dépendance et conduites de consommation », INSERM éd., 1997,
  • Membre de l’Expertise collective « Tabac. Comprendre la dépendance pour agir » INSERM éd 2004.

[1]”La Fume”, de “La Fumado” (en esperanto) et du “Petit Manuel de Défume” Ed. DeBorée


Robert Molimard, bilan de la vape en 2015 : un dénigrement systématique

Annonce

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.