Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » Peut-on assassiner quelqu’un avec la vape ?

Peut-on assassiner quelqu’un avec la vape ?

    Annonce

Il y a quelques jours, une fausse nouvelle a circulé quelques heures : France Télévision supprimerait “Faites entrer l’accusé”. Heureusement, l’information a été démentie rapidement. Ce qui nous a inspiré cette question : la vape y figurera-t-elle un jour ? Peut on se servir d’une e-cig pour tuer quelqu’un ?

Faites entrer celui là qu’est coupable

“L’affaire Vape. Cette affaire a secoué tout une région. Un homme, retrouvé mort sa e-cigarette à la main sur le carrelage de son salon, sa maison fermée à clef de l’intérieur. Aucune effraction, aucun désordre, pas de vol, pas de mobile apparent. Mais qui a tué la victime ? Et aujourd’hui encore, la question reste posée : comment s’y est-il pris ? La vérité a stupéfié même les enquêteurs du 36, quai des Orfèvres”.

L’art de trucider son prochain

Si vous faites partie des fans de Faites Entrer l’Accusé, que vous êtes abonnés au Nouveau Detective ou, plus simplement, que vous aimez les polars, vous vous êtes forcément demandé si l’on pouvait se servir de sa vape pour tuer quelqu’un, et comment ?

A ce stade, venant de relire la phrase ci-dessus, je me rend compte qu’il est soudainement devenu très important pour moi que vous répondiez “oui”, parce que sinon, je vais me sentir seul. Déjà que ma femme trouve bizarre que je regarde toutes les rediffusions de Faites Entrer l’Accusé…

“Mais Guillaume, il n’y a rien d’inquiétant, il y a plein de gens qui regardent les redifs de FELA”

… Oui, mais en prenant des notes ? Bon.

En tout cas, pour les curieux, voire les aspirants écrivains de romans policiers, voici quelques réflexions personnelles sur les différentes manières de trucider son prochain à l’aide de la vape.

La ligne verte est rouge

Les e-cigarettes étant des appareils électriques, une des premières pistes de réflexion sera bien entendu l’électrocution. Après tout, on s’en sert bien pour assommer les animaux dans les abattoirs, voire tuer les chanteurs à voix de chèvre dans leur baignoire. Alors, pourquoi ne pas détourner un fil par ici, en souder un autre là pour que toute l’énergie aille directement tuer votre victime ?

C’est une sirène à laquelle il sera bien difficile de succomber, dans le port d’Alexandrie ou ailleurs.

Le corps humain a une résistance naturelle à l’électricité. Bon, elle dépend de multiples facteurs, mais grosso modo, la peau la plus conductrice offre déjà une résistance de 600 ohms, et la plus isolante de 2 x 10 puissance 6 ohms. L’organe le plus conducteur, le foie, c’est une résistance de 900 ohms.

Alors, lorsque vous voyez comment il est difficile de faire réagir un coil d’un gramme à 0,3 ohms en clapton, il semble qu’essayer d’électrocuter un individu moyen de 70 kilos avec une résistance de 2 000 000 de ohms soit un tantinet compliqué. Du moins, avec un accu en 18650. Quand à arrêter un cœur avec un choc électrique, n’en parlons même pas.

Non, l’électrocution est plus la mal aimée des solutions. Si vous aviez un marteau, évidemment, vous pourriez cogner votre victime le jour, vous pourriez aussi la cogner la nuit, en y mettant tout votre coeur, pour la finir.

Et ça fait boum ! Et ça fait boum ! ça fait du bieeeeen


Bien entendu, il y a l’explosion. Vous y aurez pensé de vous-même. Sauf que…

Sauf que non plus. Non, vraiment. Déjà, il faut le faire exploser, l’accu. La plupart de ceux disponible sur le marché dégazent avant, ce qui laisse à votre victime le temps de le jeter au loin, et si j’étais elle, je le jetterai sur vous.

Ensuite, même les accus qui explosent… Déjà, il faut que ça se passe au moment où votre victime vape, parce que dans sa poche, ça ne servira pas à grand-chose. Et même si ça lui explose au visage, hormis des blessures très inesthétiques, un peu moins de nez et de lèvres, un peu plus de cicactrices, cela ne provoquera pas non plus son trépas.

Au contraire, c’est la pire des solutions : défigurée, votre victime s’en retrouvera privée de vie sociale, ce qui lui laissera tout le temps de ressasser sa rancune et de mitonner sa revanche. Je serais vous, je m’inquiéterais. Et je laisserai tomber cette histoire d’explosion, à moins que vous ne décidiez de vous lancer dans le bizness de la presse putaclic. Ça ne tuerait pas votre victime, mais le fait que vous deveniez immensément riche vous aiderait à supporter cet état de fait.

L’affaire des poisons de la vape de Loudun

Bon, l’électrisation, ça ne marche pas, l’explosion, ça ne marche pas, mais que peut il bien pouvoir rester ? Voyons, il appuie sur le bouton, il aspire la vapeur… Ah mais bien sûr, il suffit d’empoisonner son e-liquide !

Non plus, désolé.

Voyons, objectivement, les poisons, c’est conçu pour être subrepticement glissé dans un bouillon, comme dans “Mais vous n’y pensez pas, commissaire, sa femme ne voulait pas sa mort, au contraire, elle était aux petits soins avec lui, elle lui préparait un bouillon tous les soirs”. Mais certainement pas vaporisé à deux cent degrés et inhalé.

Et puis, bon, même si l’effet est juste atténué, pas réduit, il faudra quand même beaucoup plus d’arsenic, par exemple, pour que le vapoteur succombe. Il faudra donc que le vapoteur en consomme une quantité plus importante, vraisemblablement dans son all day. Vous savez, son all day, le liquide qu’il vape tous les jours de la même façon dans son atomiseur préféré. Il remarquera sans aucun doute la différence, et se dira sans doute que le liquide est frelaté, avant de le jeter et de prendre la plume pour envoyer un mail au fabricant.

Vous voilà encore refait.

De toute façon, il semble assez malaisé de prendre la bouteille de liquide d’un vapoteur, d’y diluer une quantité respectable de poison et de la reposer ni vu, ni connu, sans que la cible ne s’en rende compte.

C’est beaucoup plus facile si votre victime fume, en fait. Pour tuer un fumeur, il y a un truc radical, ça s’appelle la patience.

Non lieu pour la vape

Bon, bien sûr, cet article est théorique, je n’ai expérimenté aucune de ces solutions, et mon avocat tenait absolument à ce que je le précise.

Il semble donc aisé d’en tirer la conclusion qu’il est impossible, même en le faisant exprès, de trucider quelqu’un en utilisant la vape. Ce qui, à la réflexion, nous arrange bien.

Reste à trancher la question de savoir quel genre d’individu se pose la question et se précipite sur un article qui lui promet la réponse, c’est à dire vous et moi. En ce qui me concerne, je travaille au Vaping Post et c’est mon métier d’écrire ce genre d’articles le vendredi après-midi. C’est à votre propos que je m’inquiète. A votre place, je me forgerai un solide alibi.

Cet article d’humour n’engage que son auteur et la rédaction jure qu’elle n’y est absolument pour rien, monsieur le Juge.

Annonce