Vous êtes ici : Vaping Post » Economie » L’industrie de la vape va-t-elle finir sous le joug de celle du tabac ?

L’industrie de la vape va-t-elle finir sous le joug de celle du tabac ?

    Annonce

L’industrie de la vape ne cesse de grandir, et ce n’est pas pour rassurer celle du tabac. Dans un monde en permanente évolution, nous pourrions bien être en train d’assister au crépuscule de l’existence de la cigarette de tabac, pourtant présente en Europe depuis les années 1520.

Quand la vape se fait passer à tabac

Si vous êtes un lecteur assidu du Vaping Post, vous avez appris hier soir que GAÏATREND, ou Alfaliquid disons, venait de racheter VAPE RITUALS, c’est-à-dire Vaponaute. Qu’en tant que vapoteur lambda, cette nouvelle nous ravisse ou pas n’est pas vraiment le problème. Réjouissons-nous plutôt du fait que l’une des plus grandes marques françaises de vape, telle qu’Alfaliquid, soit désormais propriétaire d’une autre marque française, ayant bâti sa réputation sur ses produits haut de gamme. Réjouissons-nous, oui, car cela ne fonctionne pas toujours comme ça, et un nouvel exemple s’offre à nous aujourd’hui.

Cosmic Fog vend des parts de sa société à Big Tobacco 

“Nous voyons une grande opportunité d’apprendre de leur expertise, en particulier concernant la vente de produits du vapotage en boutiques spécialisées.”

Fondée en 2013, Cosmic Fog est un nom qui ne vous dit probablement pas grand-chose, et pourtant, il ne s’agit de rien d’autre que l’un des plus anciens et des plus grands fabricants de e-liquides aux États-Unis. Originaire de l’État de Californie, la marque est aujourd’hui distribuée sur l’intégralité du territoire américain, ainsi que dans les 28 pays qui composent l’Union Européenne. Hier, dans un communiqué de presse, Fontem Ventures, filiale néerlandaise d’Imperial Brands (anciennement appelée Imperial Tobacco Group) a annoncé avoir acheté un certain nombre de “parts” de la société Cosmic Fog, sans pour autant préciser l’importance de celles-ci. Malgré l’étrangeté de cet accord, Brant Peto, cofondateur de Cosmic Fog, s’en réjouit : “Notre partenariat avec Fontem nous permet de tirer parti de notre expérience en matière de vapotage, y compris en matière de conformité réglementaire, pour garantir à nos clients un accès continu à nos produits“. Du charabia qu’il est assez difficile de comprendre à ce stade, mais qui pourrait bien devenir beaucoup plus clair au paragraphe suivant. 

La FDA, terreur de tous les vapoteurs des États-Unis

Pourquoi, en tant que grande marque de e-liquides américaine, vendre une partie de sa société à un fabricant de tabac ? La réponse est en fait très simple. La FDA est sur le point de publier un nouvel avis concernant les arômes des e-liquides aux États-Unis, et cette publication fait peur aux fabricants. Déjà plusieurs fois refroidis par les règles dictées par l’administration, ils s’attendent, cette fois encore au pire, et certains comme Cosmic Fog, choisissent de prendre les devants . 

La situation devenant de plus en plus compliquée pour la vape aux États-Unis, certains n’y voient désormais plus cet avenir radieux qu’ils espéraient au début. Cosmic Fog étant une marque distribuée dans les 28 pays de l’Union Européenne, elle voit un avantage certain à s’allier avec Fontem Ventures, dont la maison mère, et le territoire de prédilection, est justement en Europe, loin des États-Unis, loin de la FDA. Cette alliance pourrait alors permettre à la marque de e-liquides de continuer de développer son business sur un autre continent, et d’ainsi pouvoir continuer ses petites affaires tranquillement. Aux États-Unis, cet accord pourrait être qualifié de “win-win”, puisque de l’autre côté, Fontem Ventures, fabricant de tabac dont les ventes diminuent un peu plus chaque année, met ainsi un pied dans le domaine de la vape, et s’ouvre alors à de nouvelles perspectives commerciales. 

Entre les réglementations de plus en plus sévères concernant la vape, et l’engouement que celle-ci génère parallèlement, il y a fort à parier que de nouvelles alliances de ce type verront régulièrement le jour. La question étant de savoir si l’avenir de la vape est réellement dissociable de l’industrie du tabac… Le temps nous le dira.