Vous êtes ici : Vaping Post » Economie » Kumulus Vape entre en bourse

Kumulus Vape entre en bourse

    Annonce

La société lyonnaise Kumulus Vape vient d’annoncer son entrée en bourse sur les marchés d’Euronext. L’enseigne de détail et de distribution veut frapper un grand coup, et se donne les moyens autant capitalistiques que logistiques de démontrer que la vape pèse aujourd’hui, sans jamais se départir de ses valeurs.

Kumulus Vape passe à l’action

Enseigne lyonnaise de distribution et de détail bien connue, Kumulus Vape s’est distinguée ces dernières années par son expansion autant que par sa défense farouche des valeurs de la vape indépendante.

Son choix d’être à la fois grossiste et détaillant s’est avéré payant, comme le démontre l’installation du siège et des dépôts de la société dans un bâtiment flambant neuf, où les équipes disposeront de 2 600 m² de surface pour assurer les services aux professionnels et aux particuliers. 

Des décisions qui accompagnent le succès de cette entreprise, qui affichait, en 2018, 116 % de croissance de son chiffre d’affaires. Déterminés, les dirigeants ont donc annoncé aujourd’hui leur décision d’entrer en bourse, une opération compliquée, mais somme toute logique. En plus de la capacité d’investissement supplémentaire que cela va apporter à la société, le fait de voir un acteur de la vape sur ce marché donne un poids supplémentaire à toute la filière indépendante de l’industrie du tabac. 

Une première européenne

D’autres ont tenté l’expérience des marchés boursiers, par exemple l’Electronic Cigarettes International Group, même si la société a disparu des écrans radars depuis 2016. Également, Turning Point Brands Inc., une société qui est encore active sur le marché US (marque V2) mais qui fait aussi des produits du tabac. Au Royaume-Uni, Supreme Imports serait dans une perspective similaire. Vapor Corp s’est quant à elle recentrée sur le cannabis après la modification favorable de la législation américaine.

D’autres acteurs de la vape sont bien entendu présents sur les marchés financiers : les cigarettiers. Ne doutons pas que l’irruption de la vape indépendante sur leur terrain de jeu préféré ne manquera pas de susciter des réactions… 

Kumulus Vape est la première société européenne, et encore plus française, à faire son entrée sur le marché, avec des atouts supplémentaires par rapport à ses prédécesseurs. Alors que les pionniers étaient plus des aventuriers spéculant sur une vape à l’avenir encore incertain, Kumulus est une société solide sur un marché qui a trouvé une stabilité, ou, du moins, qui a réussi à réduire considérablement les incertitudes. 

Loin d’un coup de poker, donc, l’opération préparée de longue date par les Lyonnais fait partie d’un plan stratégique mûrement réfléchi. 

La vape dans les salles de marché

Pour cette opération, c’est sur les marchés d’Euronext que Kumulus Vape a décidé de s’introduire. Principale place boursière de la zone euro, issue de la fusion des bourses d’Amsterdam, Bruxelles et Paris, Euronext regroupe 1 300 entreprises et capitalise 3 600 milliards d’euros. 

Euronext est, dans les faits, une société qui gère cinq marchés européens, et qui est elle-même cotée en bourse. Au 16 mai, son action progressait de + 2,7 % dans un marché global en hausse de + 0,62 %, du fait de ses excellents résultats, directement corrélés aux performances de son propre marché. 

Y entrer s’avère donc extrêmement difficile. Euronext filtre toutes les candidatures et refoule impitoyablement les projets mal ficelés ou peu crédibles, dont les contre-performances potentielles peuvent impacter ses résultats. 

L’accord définitif d’entrée de Kumulus Vape sur le marché est donc déjà en soi une validation du projet global d’entreprise et en même temps une confirmation de la bonne santé de celle-ci… Tout en offrant, petit bonus, un rayon de soleil potentiel à l’ensemble de la communauté : l’entrée d’une société de la vape sur un marché boursier est un signe que les investisseurs croient au potentiel de la filière indépendante. 

Interview de Rémi Baert, fondateur

Rémi Baert, fondateur de Kumulus Vape.

Vaping Post (VP) : En dehors des grands acteurs du tabac, le monde de la vape n’est pas encore très présent sur les marchés financiers, pourtant la croissance du marché de la cigarette électronique est très importante. Comment expliquez-vous cela ? Pensez-vous que ce type d’opération va se généraliser ?

Kumulus Vape (KV) : La Bourse reste dans l’esprit de beaucoup un univers très particulier qui cristallise de nombreux fantasmes. L’omniprésence des grands acteurs du tabac sur les places financières contribue bien sûr à la défiance des acteurs de la vape à son égard. Mais la Bourse est au fond une institution qui permet de faire dialoguer l’offre et la demande.

Avec un marché comme celui de la vape, qui se professionnalise chaque jour davantage et qui, ne l’oublions pas, est estimé par de nombreux organismes indépendants à plus de 800 millions d’euros en France, l’introduction en Bourse d’un acteur comme Kumulus Vape était au fond inévitable. Surtout, elle nous permettra de gagner en visibilité et d’améliorer notre image de marque auprès du grand public et des institutionnels.

Kumulus Vape défend des valeurs d’indépendance face à l’industrie du tabac, omniprésent dans le secteur de la finance. Être aussi présent sur les marchés financiers peut-il être considéré comme un symbole ?

Oui c’est certain ! Notre engagement pour une vape libre et indépendante ne date pas d’hier. Vous vous souvenez que nous avons été le premier grossiste – et à notre connaissance, le seul aujourd’hui encore – à faire le choix de ne plus commercialiser certaines marques dont l’appétit financier est tel qu’il fragilise notre filière toute entière.

L’un des entrepôts Kumulus Vape à Lyon.

La présence d’un acteur comme Kumulus Vape sur les marchés financiers est assurément un signal fort. Considérée par certains observateurs comme un marché balbutiant, la vape fait aujourd’hui la preuve éclatante de sa maturité grandissante. Son indépendance n’est pas qu’une formule marketing. Nous sommes persuadés que notre introduction en Bourse donnera aux artisans de la vape des certitudes supplémentaires. Il est grand temps que la vape assume sans complexe la place qui est la sienne : celle du plus sûr des remparts contre les ravages du tabac.

S’introduire en bourse c’est aussi rendre public tous ses comptes. Comment ressentez-vous cela ?

Très sereinement ! Notre introduction boursière est le fruit d’un long travail. Pour pouvoir prétendre à une cotation, il faut jouer cartes sur table : l’ensemble de nos comptes ont été méticuleusement audités. La procédure implique d’ailleurs un recours à des commissaires aux comptes, mais aussi à des avocats d’affaire. La publication de nos comptes n’est finalement que l’aboutissement de ce processus passionnant qui nous a fait beaucoup progresser, et c’est avec une certaine impatience que nous l’attendons aujourd’hui.

Une IPO (Initial Public Offering, une introduction en Bourse), ça coûte aussi très cher. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Une salariée Kumulus Vape à son poste de travail. Lyon, avril 2019.

Je ne souhaite pas entrer dans le détail de ces coûts car ils sont confidentiels, mais en effet ce type d’opérations engendre un certain nombre de frais. Le budget alloué à l’IPO était cependant à notre portée. L’entrée en Bourse va par ailleurs nous offrir un nouveau canal de financement au travers des levées de fonds que nous pourrions réaliser. C’est une formidable opportunité pour accompagner notre développement.

Quand on est sur les marchés financiers, de simples rumeurs ou un mauvais tweet peut avoir de lourdes conséquences dans la valorisation d’un titre. Vous avez toujours vos comptes Facebook (sourire) ?

Les résultats de notre entreprise et chacune de nos communications peuvent directement impacter le cours de notre action. Mais c’est pour nous le plus beau des challenges. J’y vois le moyen de matérialiser les ambitions d’excellence et de dépassement qui ont toujours été les nôtres au service de nos partenaires et de nos clients. En tout cas, nous allons jouer le jeu en étant totalement transparents avec les investisseurs.

Kumulus avait déjà levé des fonds privés il y a quelques années. En recherchez-vous davantage aujourd’hui avec cette introduction en bourse ? Et pourquoi ?

Vue aérienne des locaux Kumulus Vape à Lyon.

Nous avions en effet levé des fonds il y a quelques années pour accompagner notre croissance. C’est elle qui a d’ailleurs récemment accéléré notre projet de déménagement dans de nouveaux entrepôts en périphérie de Lyon, d’une superficie totale de 2 600 m². Fabricants, boutiques spécialisées… Nous constatons tous à notre échelle la rapidité avec laquelle la vape progresse, et cette croissance peut parfois nous prendre de court ! Quel responsable de shop de vape ne s’est pas arraché les cheveux pour faire de la place à une nouvelle marque de liquide ? Si Kumulus Vape est amené à lever des fonds à l’avenir, ce sera exclusivement pour investir au service de ses partenaires et de ses clients et pour améliorer la qualité du service que nous leur devons.

Comment votre banque a-t-elle pris la nouvelle ?

Au-delà de la surprise initiale, c’est la confiance qui a rapidement dominé nos échanges. Et pour garder en mémoire le rapport de force qui était à l’œuvre au moment de la naissance de Kumulus Vape, je peux vous dire que cela fait du bien !

Peut-on, en tant que particulier, acheter des titres Kumulus ? Si oui, combien cela coûte-t-il ? Vos employés vont-ils obtenir des avantages financiers de cette nature ?

Un salarié Kumulus Vape à son poste de travail. Lyon, avril 2019.

Comme n’importe quelle action mise en circulation sur le marché, celle de Kumulus Vape peut être achetée par un particulier qui croit à notre projet et plus généralement à la vape.  Nous entrons en bourse avec une grande humilité, et au moment de son introduction, le cours de notre action est fixé à 2,12 €. Les résultats de notre entreprise étant désormais publics, il appartient à chacun de se faire sa propre opinion sur cette valorisation. En revanche, j’ai tenu personnellement à impliquer chacun de nos salariés dans cette formidable aventure : ils sont désormais mes collaborateurs associés. C’était pour moi indispensable.

Une capitalisation boursière peut avoir une grande influence sur le moral du dirigeant selon ses variations en cours d’année. Les partenaires commerciaux peuvent également percevoir cela comme un indicateur de bonne ou mauvaise santé. Avez-vous peur des conséquences que cela peut avoir dans le développement de la société ?

Un espace restauration dans les locaux.

Nous ne maîtrisons malheureusement pas l’avenir, et les risques sont aussi réels que dans n’importe quel autre domaine. Tout notre travail a précisément consisté à identifier ses risques, les mesurer et les limiter. S’il est ambitieux, notre projet garde les pieds sur terre, et c’est aujourd’hui le sentiment de confiance qui prédomine chez nous bien sûr, mais aussi chez l’ensemble des personnes ayant eu à connaître le détail de notre projet. Depuis 2012, Kumulus Vape s’est construit sur les valeurs du travail et de la remise en question permanente. Ce n’est évidemment pas maintenant que nous sommes cotés en Bourse que cela va changer, bien au contraire !

On dit souvent que, plus une société grandit, plus elle se déshumanise. Pensez-vous être dans ce cas de figure ?

Rémi Baert, fondateur de Kumulus Vape, avec une partie de son équipe. Lyon, avril 2019.

Avec 22 salariés (et de nombreux recrutements en cours !), nous sommes encore très loin d’être une multinationale déshumanisée ! Notre équipe grandit régulièrement mais le caractère familial de notre société n’a jamais été remis en cause. Je crois d’ailleurs que c’est aussi ce qui séduit les boutiques spécialisées avec lesquelles nous travaillons. Nous consacrons une part croissante de notre travail à garantir le bien-être de nos équipes car je suis intimement convaincu qu’une équipe épanouie constitue la meilleure garantie d’un travail efficace. Notre stratégie RSE (responsabilité sociale des entreprises) dépasse d’ailleurs ce seul cadre du bien-être des équipes de Kumulus Vape, et nos engagements pour la défense de l’environnement sont aujourd’hui très nombreux.

La situation économique mondiale est extrêmement fragile de nos jours, une crise bien supérieure à celle des subprimes de 2008 est attendue. Craignez-vous de vous placer volontairement au cœur d’un prochain incendie ?

Affirmer sans hésitation la venue prochaine d’un séisme boursier se révèle hasardeux. Un marché par définition fluctue et personne ne peut prédire l’avenir. Dans le contexte économique actuel, nous n’avons pas d’autre choix que d’aller de l’avant. L’essentiel est de faire honnêtement de son mieux, en respectant ses valeurs et ses proches.

Les félicitations sont de mises dans un tel évènement. Toute l’équipe du Vaping Post vous souhaite beaucoup de succès et se réjouit de voir un acteur de la vape indépendante grandir encore un peu plus face au tabac.