Vous êtes ici : Vaping Post » Opinion » Légalisation du CBD en France, la vape a-t-elle intérêt à y aller ?

Légalisation du CBD en France, la vape a-t-elle intérêt à y aller ?

    Annonce
  • Vaporesso
  • Le Petit Fumeur

Un nouveau rapport parlementaire français incite à assouplir la législation sur le CBD, donnant de l’eau au moulin de la filière. Et si le CBD devenait légal en France, la filière vape aurait-elle intérêt à s’y engouffrer ? Rien n’est moins sur. Arguments contre.

CBD : dissipation du flou en vue ?

Le moins que l’on puisse dire, concernant la législation sur le CBD en France, c’est qu’elle nage dans un brouillard à couper au couteau. Une situation « quasiment ubuesque », et c’est un rapport parlementaire qui l’affirme. Rendu ce 10 février, ce document a été établi par la mission d’information parlementaire sur les usages du cannabis, et formule vingt propositions qui vont dans le sens d’une légalisation de la molécule.

La France finira par bouger sur le sujet, c’est inévitable. Déjà, parce qu’elle est isolée parmi les pays occidentaux qui, tous, ont fait évoluer leur législation sur le sujet. Ensuite, parce qu’après la crise de la COVID, elle aura besoin de tous les moteurs pour relancer son économie, et que le marché est porteur.

Mais il y a fort à parier que la passion du pays pour l’administration prendra le dessus. En d’autres termes : le CBD ne sera certainement pas proposé en vente libre sans contrôle. Ce qui suscite les convoitises, chacun espérant tirer à lui un avantage de cette normalisation, sous forme de monopole ou, à minima, de distribution privilégiée.

Les boutiques de vape au combat

Les distributeurs de cigarettes électroniques, boutiques spécialisées en ligne ou en physique, ne sont parfois pas les dernières à se lancer dans le domaine, et à se préparer, éventuellement, pour la légalisation nette (par opposition à la situation floue actuelle). Le devraient-elles ? Les arguments contre sont nombreux.

D’abord, elles devraient fuir la mêlée. Industrie du tabac et industrie pharmaceutique sont en pleines grandes manœuvres pour s’approprier ce marché lucratif. L’une comme l’autre a mal vécu l’irruption de la vape dans le paysage, et plus précisément sur leurs plates-bandes, et retrouver ces avortons une nouvelle fois entre eux et un beau paquet de milliards pourrait les inciter à redoubler d’efforts pour éradiquer une fois pour toutes le vapotage.

La spécialisation, ensuite. L’argument majeur d’une boutique de vape par rapport à tout autre commerce, c’est sa spécialisation. « Ici, on fait du sevrage tabagique », mais pour faire son Loto, son Tiercé, acheter ses clopes, son journal, un Snickers et un carnet de tickets de bus, il faudra aller voir le commerce à la carotte.

L’argument tacite des boutiques de vape, « le sevrage est un métier », perdrait de sa crédibilité en entrant en confrontation avec d’autres commerces, les CBD shops, qui, eux, expliquent que « le CBD est un métier ». À raison, tant le sujet est vaste et demande de l’investissement pour être maîtrisé. Ce serait aller frontalement à l’encontre d’un autre type de commerce, alors qu’une alliance objective pourrait s’avérer plus fructueuse, par le biais d’échange de recommandations, voire de dépôt-vente.

La réputation joue un rôle également. Le CBD est, aujourd’hui, et pour longtemps encore, assimilé au cannabis ludique au cœur de certaines populations. L’aspect thérapeutique mettre du temps à s’imposer, à cause d’un principe simple : « si vraiment ça soigne, alors pourquoi ne sont-ce pas les pharmacies qui le vendent ? ». Oui, ce sont des préjugés qu’il faut faire évoluer, mais est-ce vraiment le rôle des boutiques de vape ? D’autant que, dans l’intervalle, elles pourraient perdre la réputation de sérieux qu’elles ont péniblement peiné à bâtir.

Et enfin, les boutiques de vape n’en ont pas besoin. La France compte 14 fois plus de fumeurs que de vapoteurs, les perspectives de croissance de ce marché sont immenses, et il y a du travail pour des années. L’intérêt des professionnels de la vape, et particulièrement des représentants chargés de les défendre, serait donc, au vu de tout cela, de chercher à pérenniser et développer leur domaine d’expertise plutôt que d’essayer d’en investir un autre tout aussi aléatoire.

Dans la mêlée qui s’annonce autour du CBD légal, la vape aura plus d’intérêt à être dans les gradins en spectateur. 

Cet article d’opinion n’engage que le point de vue de son auteur et ne représente pas forcément l’avis de la rédaction.

Les derniers articles sur le CBD

USA : La FDA approuve pour la première fois un...

  • Publié le 29/08/2018

Epidiolex, le nouveau traitement contre l’épilepsie  Selon de récentes estimations, entre 400 et 500 000 personnes seraient épileptiques en France. Avec plus de 50 millions de personnes concernées à travers …

Offensive anti CBD : les boutiques de vape en danger...

  • Publié le 1/08/2018

Opérations coups de poing Les fermetures de coffee shops se succèdent à un rythme frénétique. En fait, pour retrouver un rythme aussi rapide dans l’actualité, il faut remonter jusqu’aux ouvertures …

CBD et vape : ce qu’en disent les professionnels du...

  • Publié le 21/06/2018

Hexagone Vert est est né en Décembre 2016, à la suite d’une constatation faite par de plus en plus de personnes : où trouver du CBD en France ? Fondée à Nantes, l’entreprise …

Annonce

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.