Vous êtes ici : Vaping Post » Economie » Le marché de l’e-cigarette en Espagne s’effondre

Le marché de l’e-cigarette en Espagne s’effondre

Le marché de l'e-cigarette s'est littéralement effondré selon une assocation.

Le marché de l’e-cigarette s’est littéralement évaporé selon une association.

Nous l’avions déjà annoncé en juillet dernier, le marché de la cigarette électronique en Espagne ne se porte pas bien. Le nombre de points de vente spécialisés dans ce dispositif a en effet chuté de 90% en seulement un an !
On recensait près de 3 000 boutiques proposant des produits liés à l’e-cigarette chez nos voisins ibériques il y a environ 12 mois, il n’y en aurait désormais plus que 300, selon une association espagnole défendant le produit en Espagne (ANCE).

Selon son président Alejandro Rodriguez qui s’est confié au journal El Confidencial, c’est en grande partie la faute aux attaques lancées par les groupes pharmaceutiques. Ces derniers contribueraient à répandre une mauvaise publicité à l’encontre du dispositif. Le laboratoire GlaxoSmithKline a notamment été pointé du doigt après avoir envoyé des mails de lobbying, montrant clairement son souhait d’un encadrement plus drastique de la cigarette électronique. La firme aimerait que le produit soit classifié comme médicament, l’e-cigarette entrant en concurrence directe avec les solutions de sevrage développées par les laboratoires, à l’image des gommes à mâcher. Actuellement, le vapotage est seulement interdit en Espagne dans certains lieux publics comme les écoles et les hôpitaux.

Une autre raison explique par ailleurs la baisse significative du nombre de points de vente de cigarette électronique. De très nombreux magasins avaient ouvert leurs portes en 2013, parfois de façon déraisonnable. C’est notamment le cas dans la capitale Madrilène, où l’on pouvait voir trois enseignes spécialisées réparties…sur seulement 200 mètres. L’ANCE revendique 900 000 vapoteurs réguliers en 2014 mais il n’y aurait pas de statistiques officielles à ce sujet.


Via The Local

Review Author:Review Date:
  • Roger Arbogast

    C’est vraiment désolant de constater cela. Vu la pression des divers lobbies et le contexte économique, il n’y a rien de bien étonnant 🙁

  • Soys

    Ce qui serait intéressant, y compris pour les vapoteurs espagnols, c’est les chiffres en augmentations des ventes de tabacs. Cela peut servir de point d’appui dans l’opinion publique.

    • Titan

      Y’a à boire et à manger dans cette info … Faudrait pouvoir vérifier les chiffres, les premiers, et les seconds. Et faire peut-être un distingo entre
      “points de vente spécialisés” et “boutiques proposant des produits liés à l’e-cigarette”. Je sais pas pour vous, mais moi je sens comme une différence dans l’énoncé.

    • Toflu

      effectivement, faire la distinction entre un marche qui s ecroule soit a cause d une offre trop grande “ouvert de facon deraisonnable”, ou une perte du nombre de vapoteurs, et dans ce dernier cas, voire si ces braves vapoteuirs disparus retournent au tabac …

  • lechel

    Comme Toflu, je crois qu’il faudrait pouvoir disposer de plus d’infos avant de titrer sur l'”effondrement” de l’ecig dans la péninsule.
    Quid du marché internet en particulier, qui concurrence plus qu’efficacement la petite boutique locale auprès des utilisateurs avertis ?

    il faut bien reconnaitre que si les boutiques de proximité ont le mérite de favoriser le passage à l’acte auprès du fumeur désireux d’essayer l’ecig pour se sevrer, souvent la pauvreté de leur offre / leurs prix nettement plus élevés / voire parfois le manque de conseils de vendeurs guère professionnels ont vite fait de faire fuir le vapoteur expert.

    C’est du moins ce que je constate dans ma ville , envahie en quelques mois d’un nombre effarant de boutiques dont 90% ont une offre désespérante de médiocrité ! Madrid n’a pas le monopole de trois enseignes ecig sur moins de 200m dans la même rue, dans ma petite ville provinciale d’Antibes vous pouvez voir exactement la même chose …

    Je ne leur souhaite aucun mal, mais je gage volontiers que dans deux ans la majorité de ces enseignes n’existera plus.
    Est-ce que cela voudra dire que les vapoteurs auront disparu et que tous auront repiqué à la clope ? Je ne le crois pas, et ne le souhaite pas non plus !

    • Doris

      Exact.
      Vous avez tous mis le doigt dessus.

      Le marché, cad l’offre et la demande, ne sont pas au stade de maturité et les enjeux financiers sont énormes.

      Conséquences : stratégies désinformation contre attaques influence tout est là.

      Bientôt on attaquera la France pour son libéralisme !

      Les espagnols nous ont vendu des clopes vendons leur du “Vincent Dans Les Vapes” c’est fait à Pessac (Gironde)’ ce n’est pas trop loin. Messieurs à vos business plans !

      (Attention aux enfants ♥ libéralisme ne veut pas dire irresponsabilité)

  • Tony Fiant

    Quid des chiffres sur la baisse du CA de la vape ? Comme déjà évoqué, internet represente une part non négligeable des ventes et on ne discerne pas de points clairement explicatifs d’une telle chute dans CE pays en particulier.