Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » L’article du vendredi sans ses vêtements

L’article du vendredi sans ses vêtements

    Annonce

C’est un de ces jours sans article du vendredi : saisi d’une intense flemme, son auteur s’est égaré sur les réseaux sociaux et a fini devant des streams. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a l’air étonné. 

Droit de retrait

Aujourd’hui, votre serviteur n’a pas envie de faire un article du vendredi. C’est comme ça. Pas pour une raison spéciale, juste la flemme. Du coup, je l’ai dit au rédac’chef : « Hé, chef, aujourd’hui, je fais valoir mon droit de retrait ».

« Pourquoi ? » m’a-t-il demandé.

« A cause d’une sournoise et indicible menace dans la rédaction » lui assénais-je.

Il me regarda, l’air mi-étonné, mi-pas content. « Tu te fiches de moi ? On est à la rédaction du Vaping Post, je ne vois pas de menace sournoise et indicible, explique moi ».

« Normal que tu ne la voies pas, puisqu’elle est sournoise, elle se cache. Et par définition, on ne peut pas dire un truc indicible ».

Il partit en ronchonnant quelque chose à propos d’une cascade d’eau glacée d’où il n’aurait jamais du me sortir. La voie était donc libre, et soudain, je me retrouvais face à une chanson de Gilbert Becaud. Et maintenant, que vais-je faire, de tout ce temps, que sera ma vie ?

Heureusement, Twitch est toujours là pour vous aider à gaspiller quelques minute ou quelques heures irremplaçables de votre vie, qui est ce que vous avez de plus précieux mais dont on ne vous a pas forcément expliqué à quoi elle sert au juste. Il faut se fixer soi-même un but. Moi, par exemple, je travaille à devenir riche et célèbre. Tout en restant lucide dans mes ambitions : si je reste anonyme, ça m’ira quand même.

Mais c’était parti pour Twitch. La gloire et la fortune attendraient. Je commence donc par une vidéo de streameuse qui faisait du rétrogaming. Et d’emblée, quelque chose me turlupina, sans parvenir à mettre le doigt dessus.

Vous avez perdu quelque chose ? 

Je zappai sur une autre vidéo de gameuse, puis sur une autre, puis sur une troisième, et toujours, cette anomalie que je ne parvenais pas à définir, jusqu’à ce que la lumière se fasse dans mon esprit : « mais… Où sont leurs fringues ? ». Aucune accorte donzelle n’était, en effet, vêtue. Saisi d’un horrible doute, je me ruais sur la chaîne du Joueur du Grenier, mais je poussai un soupir de soulagement : il était habillé.

Alors, attention, n’y voyez aucun jugement à l’égard de ces jeunes filles : si une jeune femme a envie de jouer à Resident Evil entièrement nue, c’est son affaire, tout au plus me permettrais je un « poussez un peu le chauffage, mademoiselle, nous sommes en hiver ».

Mais Twitch, quoi, Cambrone ! Le réseau social le plus puritano-américain après YouTube, Où il est impossible d’afficher de la nudité sans qu’aussitôt le ciel s’ouvre et que la foudre ne s’abatte sur la fautive, parce que oui, il s’agit essentiellement de jeunes femmes dénudées. Il y a peut-être des hommes tout aussi dépourvus de vêtements, mais je n’ai pas envie de vérifier. Ma conscience professionnelle a une limite fixée par ma religion. Oui, oui, ma religion : je suis hétérosexuel croyant et pratiquant.

Tout cela était très curieux et nécessitait une investigation.

Le limiers sur la piste

Et en effet, suite à un énième scandale, Twitch a changé ses règles d’utilisation. Alors que jusqu’à présent, ils sanctionnaient la nudité (certaines s’étant fait une spécialité d’équilibriste sur la ligne de ce qui est permis et de ce qui ne l’est pas), à présent, le réseau l’autorise. Allez-y, c’est bon, faites ce que vous voulez.

Mais et les jeunes ? Les enfants sont légion, sur le site. Ne vous inquiétez pas ! Ils ont pensé à tout. Lorsqu’on clique sur une vignette, un panneau apparaît : « Le contenu suivant peut présenter de la nudité et des contenus sexuels, si vous êtes mineurs, ne cliquez pas », quelque chose du genre. Soulagement ! On n’imagine pas, en effet, des adolescents pleins d’hormones désobéir à une injonction aussi précise, c’est-ce pas ?

C’est ainsi que je me retrouvais devant une vidéo de streameuse faisant du rétrogaming, avec des questions plein la tête, dont une lancinante : « Est-ce que Capcom va enfin se décider à faire un remake de Dino Crisis ? ».

Et tout cela est bien stipulé dans le nouveau règlement de Twitch. Mais ne vous en faites pas, la morale est sauve : vous pouvez désormais, sur ce réseau, dévoiler de la nudité, et même proposer du contenu ouvertement sexuel, mais attention, si vous faites quoi que ce soit qui puisse donner une vision positive du vapotage, vous serez impitoyablement banni. Il faut préserver la jeunesse, je suppose.

Les commentaires sont fermés.