Vous êtes ici : Vaping Post » Opinion » Et si la cigarette électronique s’invitait à la Fête de la science ?

Et si la cigarette électronique s’invitait à la Fête de la science ?

    Annonce
  • Ecigplanete

Du 2 au 12 octobre aura lieu la Fête de la science, une 29ème édition toujours à l’initiative du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Et si la vape s’invitait ?

Revendications festives

C’est sous le slogan « Planète nature » que se déroulera la 29ème Fête de la science, du 2 au 12 octobre pour la France métropolitaine, et du 6 au 16 novembre pour la Corse, les DOM-TOM et l’international.

Comme chaque édition, de multiples initiatives auront lieu pour rencontrer des scientifiques, découvrir le travail des chercheurs, partager des savoirs, s’interroger sur les grands enjeux de notre siècle. Et c’est très bien, nous ne pouvons d’ailleurs que vous inciter à aller au devant des évènements organisés près de chez vous.

Et la vape, là dedans ? La question est sérieuse. La science traverse une crise, largement provoquée par le Coronavirus et exploitée par les charlatans et autres gourous, une situation qui n’est pas sans évoquer (tout en restant très différente) celle du vapotage. L’enjeu est le même : informer le public, avec des données objectives, fiables et vérifiés, bref, scientifiques.

Et des données scientifiques sur la vape, ce n’est pas ça qui manque. Malheureusement, ce qui parvient au public, c’est la mauvaise science, celle qui génère le plus de clics pour augmenter les budgets publicitaires et conforter les décisions politiques européennes , tandis que la bonne, même montrée, est cachée sous le tapis.

Les associations de défense de la vape se sont réveillées, à l’approche de la future TPD, et réfléchissent sur des moyens d’actions. Le créneau est tout trouvé : profiter de l’engouement momentané du grand public pour la science afin de montrer la science de la vape, non pas ce qu’affirment quelques « experts » sur les plateaux, mais la vraie, faite dans les laboratoires, relue par les pairs, reproduite par d’autres, afin de parvenir à un consensus, ou à plusieurs : la vape est au moins 95 % moins dangereuse que le tabac fumé, elle n’attire pas les jeunes vers la clope, elle est le meilleur outil pour se sevrer du tabac.

Et peut être le thème de l’année, très écolo-centré, ouvre-t-il une porte également en interne : la cigarette électronique n’est pas toujours très éco-friendly, et si elle pollue infiniment moins que les mégots, il y a encore des manques à combler, sur le devenir des résistances et batteries usagées, notamment. Là encore, la seule solution ne pourra venir que d’une démarche scientifique.

Bref, la vape a sa place à la fête de la science, et certainement pas celle du pique-assiette.

Annonce

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.