Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » Comment créer une chaîne YouTube de vape qui cartonne quand on n’a pas de talent ?

Comment créer une chaîne YouTube de vape qui cartonne quand on n’a pas de talent ?

    Annonce

Vous aussi, vous voulez devenir une star de la vape sur YouTube ? Utiliser vos royalties pour racheter la maison de votre voisin tellement la vôtre déborde de matériel et de liquides reçus en vape mails livrés par un facteur obligé de passer son permis poids-lourd à cause de vous ? Voici comment faire.

Tout d’abord, commencer par le début

Pour être Youtubeur, il faut avoir une chaîne YouTube. C’est important.

La première étape consiste à créer votre chaîne YouTube. Oui, parce que Dailymotion, c’est très bien, mais Dailymotionneur, c’est moins facile à dire que Youtuber. C’est juste pour ça. Avoir un nom prononçable, c’est la base.

Regardez, l’exemple type : tous les amateurs de rock sudiste vous confirmeront que Lynyrd Skynyrd est bien meilleur que ZZ top. Sauf que, à l’époque, quand on demandait à son disquaire (je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaiiiitreu), il était beaucoup plus facile de demander un disque de ZZ Top que de truc, là, vous savez, avec des y partout.

En plus, ZZ Top avaient des barbes, si vous ne reteniez pas leur nom, vous pouviez toujours demander un disque des barbus qui font du rock. Alors que Lynyrd Skynyrd, vous savez à quoi ils ressemblent, eux ? Oui, plus à grand-chose après l’accident d’avion, certainement, mais ce n’est pas le sujet.

Ensuite, poursuivre par ce qui suit

Il faut appeler votre chaîne par son nom, sinon elle ne revient pas.

Donc, c’est la deuxième étape : après avoir trouvé un nom qui porte haut et fort le message que vous voulez transmettre au monde, c’est à dire à peu près n’importe quoi avec “vape” dedans, il vous faut quelque chose de reconnaissable. Comme ça, si on oublie votre nom, on pourra toujours demander à quelqu’un. Exemples :

“Mais si, tu sais, le type qui parle anglais dans un abri de jardin !” Ah, oui, Mark Todd.

“Mais si, tu sais, le mec, là, ma copine dis toujours que c’est un bogoss” Ah, oui, Nukevapes.

“Mais si, tu sais, le type avec une grande barbe” Ah, oui, ZZ Top “Mais non, lui il chante pas” Ah, alors, c’est Augustin de chez Phileas.

“Mais si, tu sais, les types louches dans un J9” Ah, oui, One Shot. 

Ayez un truc pour vous faire reconnaître. A défaut, débrouillez-vous pour avoir un machin.

Vous avez un nom, une identité visuelle, un gimmick… Vous n’avez pas de gimmick ? Ça, c’est facile à faire. C’est un jingle que vous répétez à chaque épisode, soit vous, comme “Stay safe” prononcé “stay shafe” façon Damian Morter ou enregistré, comme le célèbre “Can I taste your juice” de Busardo.

Vous avez tout ? Parfait, vous n’avez plus qu’à faire des vidéos sur la vape avec votre nom qui claque, votre identité facilement reconnaissable, votre gimmick, et votre talent.

… Ah, vous n’avez pas de talent ? C’est pénible, ça. Enfin, ce n’est pas insurmontable, mais vous ne me simplifiez pas la tâche. Il va falloir sortir l’artillerie lourde. Il va falloir dégainer le clash. Avec ça, vous allez faire des vues.

Prolonger par la continuité

Le clash, c’est l’arme absolue pour faire des vues quand vous n’avez pas de talent, ni aucune originalité qui vous distingue des autres. Mettons-nous d’accord : le clash ne remplace pas le talent. Si vous faites des vidéos nulles, avec un clash, votre vidéo restera nulle, la différence, c’est que ce n’est pas de ça dont les gens parleront.

L’important, c’est d’avoir un Relevé d’Identité Bancaire et du pop-corn. Beaucoup de pop-corn.

Le principe du clash est simple à comprendre : vous choisissez un Youtuber expérimenté et connu, et vous faites une vidéo pour dire à quel point, techniquement, il est nul, humainement, il est minable, et que ses fans sont une poignée de victimes décérébrées dont vous ne comprenez pas qu’elles puissent se faire avoir à ce point. Puis vous vous arrangez pour que la vidéo arrive sur un groupe, vous vous assurez d’avoir bien transmis votre RIB à YouTube, vous préparez le pop-corn, et c’est prêt !

Sachez toucher les gens, jouez sur la corde sensible : insultez-les.

Un bon clash doit pouvoir vous rapporter un maximum de vues, et donc de royalties. Il va passer d’un groupe à l’autre, tout le monde va vouloir s’en mêler, et tous ces gens vont vouloir voir votre vidéo pour savoir ce que vous avez dit exactement. Si le Youtuber que vous avez mis en cause fait ne serait-ce qu’une allusion à vous dans son vlog suivant, vous avez gagné de quoi vous offrir une bagnole avec des jantes alu. Si il fait une vidéo exprès pour y répondre, là, c’est le jackpot : fini, le petit studio sordide au loyer délirant, l’accession à la propriété d’un deux pièces-cuisine est à portée de vos petites mains avides.

Persévérer sur le même chemin

Bien entendu, il convient de faire preuve de subtilité si vous voulez que le filon soit viable sur le long terme. Pour cela, il faut éviter de vous faire catégoriser comme clasheur professionnel. Déjà, ne diffusez pas vous-même votre vidéo, par exemple, en l’envoyant à votre cible avec un message du style “Tiens, ah ah ! Prends ça dans les dents”.

Si vous voulez être une bête, alors soyez malin comme un singe et puant comme un chacal.

Non, soyez fin : demandez à un complice de faire parvenir le lien à une personne dont vous savez qu’elle ne manquera pas de la poster sur un groupe où les fans de votre cible sont pléthore. Si vous postez vous-même une vidéo où vous vous attaquez à un cador, vous allez vous faire passer pour un roquet en manque de vues. Jouez-là serein, vous n’avez pas besoin de ça, même si (surtout si) c’est faux.

Ensuite, quand le clash s’est éteint, ne rallumez pas la flamme immédiatement. Faites deux ou trois revues, histoire de vous faire passer pour un reviewer de vape, puis recommencez, de préférence en changeant de cible. Ce n’est pas ça qui manque. Lancez des rumeurs, soyez bas, n’hésitez pas.

Insinuer qu’un YouTubeur est corrompu, c’est le jackpot. Plus il a la réputation d’être honnête, plus vous ferez de vues.

Tenez, des idées, c’est cadeau : dites que si Nukevapes ne sort pas sa vidéo sur l’Allemagne, c’est parce qu’il n’y a jamais été, en réalité, il était trop saoul et s’est retrouvé en Suisse. Dites que les seules fois où MD Panpan ne chante pas en play-back, c’est quand il prend sa douche, pour faire pleuvoir et avoir de l’eau gratuite. Dites que Sylvain, de la Vape à l’Ar_H, est un fan de comédies romantiques avec Hugh Grant. Dites que n’importe quel reviewer (ça marche avec tous) s’est vendu à une marque d’e-liquide ou de matériel. 

Par contre, inutile de dire que la barbe de RIP Tripper est postiche. Il ne comprendra pas un traître mot de ce que vous dites, ses fans non plus, choisissez une cible qui parle la langue dans laquelle vous l’insultez.

Et enfin, toucher au but

Pensez à votre retraite : n’achetez rien, mendiez.

Voilà, avec tout cela, vous aurez une chaîne YouTube qui fera plein de vues. Mais toutes ces royalties que vous allez percevoir, vous n’allez tout de même pas vous abaisser à les dépenser dans de la vape, quand même ? Vous êtes une star, maintenant, vous allez pouvoir vous adonner à la deuxième activité favorite des clasheurs, la gratte.

La technique est aisée : vous sélectionnez une société, vous leur envoyez un mail en disant que vous avez une chaîne qui fait plein de vues, et que c’est dommage, parce que vous ne parlez jamais de leur matériel. Prévenez ensuite le facteur que vous allez recevoir un colis assez volumineux, et à vous le matos gratuit.

Alors, là, à l’inverse, par contre, choisissez des sociétés où personne ne parle français. Parce que, forcément, avant de poster le colis, ils vont vérifier que vous avez une chaîne YouTube, et que vos vidéos font des vues. Il est essentiel, à ce stade, qu’ils ne comprennent surtout pas ce que vous y racontez.

Oubliez votre honneur. Vous n’en faisiez rien, de toute façon.

Voilà, vous avez tout, la gloire, la fortune, du matériel à ne plus savoir qu’en faire. Certes, tout le monde vous déteste, certes, vous ne pouvez plus vous rendre à un salon de la vape sans garde du corps, certes votre amour-propre n’est plus qu’un lointain souvenir, mais soyons lucides : vu vos capacités de départ, clasheur, c’est une bonne situation, vous ne pouviez pas espérer tellement mieux, non ?

 

La fiche pratique à emporter chez soi

  • Pour être Youtubeur, il faut avoir une chaîne YouTube. C’est important.
  • Il faut appeler votre chaîne par son nom, sinon elle ne revient pas.
  • Ayez un truc pour vous faire reconnaître. A défaut, débrouillez-vous pour avoir un machin.
  • L’important, c’est d’avoir un Relevé d’Identité Bancaire et du pop-corn. Beaucoup de pop-corn.
  • Sachez toucher les gens, jouez sur la corde sensible : insultez-les.
  • Si vous voulez être une bête, alors soyez malin comme un singe et puant comme un chacal.
  • Insinuer qu’un YouTubeur est corrompu, c’est le jackpot. Plus il a la réputation d’être honnête, plus vous ferez de vues.
  • Pensez à votre retraite : n’achetez rien, mendiez.
  • Oubliez votre honneur. Vous n’en faisiez rien, de toute façon.

Annonce