Vous êtes ici : Vaping Post » Santé » Une étude recommande aux ex-fumeurs de débuter la vape avec un taux de nicotine élevé

Une étude recommande aux ex-fumeurs de débuter la vape avec un taux de nicotine élevé

    Annonce

Selon une récente étude, les ex-fumeurs qui viennent de passer au vapotage devraient débuter avec des taux de nicotine élevés afin de réduire le comportement compensatoire, la quantité d’e-liquide utilisée ainsi que leur exposition potentielle à certaines toxines. 

Un taux de nicotine élevé afin de réduire le comportement compensatoire

Selon une récente étude [1] réalisée par plusieurs chercheurs, financée par le Cancer Research UK et publiée dans la revue Addiction, les nouveaux vapoteurs démarrant avec de faibles niveaux de nicotine utiliseraient leur e-cig plus souvent et plus intensément que ceux démarrant avec des taux de nicotine élevés, augmentant ainsi le risque de s’exposer à de potentielles toxines contenues dans la vapeur. 

L’étude révèle également que malgré le fait que les utilisateurs consommant des e-liquides à faible taux de nicotine utilisent leur vape plus souvent, les taux de nicotine assimilés par leur corps n’atteignent jamais ceux reçus par les vapoteurs utilisant un e-liquide au dosage de nicotine plus élevé, et ce malgré le fait qu’ils prennent moins de bouffées. 

Les vapoteurs présents dans le groupe ayant reçu les e-liquides au faibles taux de nicotine se sont également montrés beaucoup plus pressés de vapoter et ont fait part d’une satisfaction moindre que les membres du groupe ayant vapoté des e-liquides au niveau de nicotine plus élevé. 

L’étude précise également : 

“Vapoter plus intensément et à puissance plus élevée augmente la température à l’intérieur de l’appareil, ce qui peut causer la décomposition de la glycérine et du glycol que l’on trouve dans la plupart des e-liquides, augmentant ainsi le risque potentiel d’être exposé à des toxines (formaldéhyde). Bien que cette exposition se situe généralement à des niveaux beaucoup plus faibles qu’avec le tabagisme, elle devrait tout de même être minimisée dans la mesure du possible”. 

Enfin, la docteure Lynne Dawkins, auteure principale de l’étude, déclare quant à elle : 

“Certains vapoteurs pourraient croire que commencer avec une faible concentration de nicotine est une bonne chose, mais ils devraient être conscients que la réduction de la concentration de nicotine est susceptible d’entraîner l’utilisation de plus d’e-liquide. Cela s’accompagne évidemment d’un coût financier, mais aussi, éventuellement, d’un coût de santé. Les résultats de notre étude suggèrent que les fumeurs qui veulent passer à la vape feraient peut-être mieux de commencer par des niveaux de nicotine élevés plutôt que plus faible afin de réduire le comportement compensatoire et la quantité d’e-liquide utilisée”.

Si ce conseil est déjà suivi par la grande majorité des nouveaux vapoteurs, et souvent très bien dispensé par les boutiques de vape, il s’agit là de l’une des premières études sur le sujet.

Bien que cette étude parle du formaldéhyde comme toxine potentielle, sa publication n’a pas vocation a relancer le débat concernant le composé organique, mais bien à inciter les ex-fumeurs démarrant la vape à choisir des e-liquides aux taux de nicotine élevés afin de réduire le comportement compensatoire et les quantités d’e-liquide consommées. De plus, de nombreuses études ont déjà démontré que le formaldéhyde n’était présent dans la vape que dans le cadre d’une mauvaise utilisation de la cigarette électronique.

L’étude de Portland sur le formaldéhyde est formellement démontée

 


[1] Dawkins, L., Cox, S., Goniewicz, M., McRobbie, H., Kimber, C., Doig, M., and Kośmider, L. (2018) ‘Real‐world’ compensatory behaviour with low nicotine concentration e‐liquid: subjective effects and nicotine, acrolein and formaldehyde exposure. Addiction, https://doi.org/10.1111/add.14271

Annonce