Vous êtes ici : Vaping Post » Tabagisme » Étude alarmiste de l’été : les vapoteurs se remettraient à fumer

Étude alarmiste de l’été : les vapoteurs se remettraient à fumer

    Annonce

Utilisant des données dépassées, une récente étude conclut que si la vape aiderait bien à diminuer sa consommation de tabac, elle induirait aussi beaucoup plus de risques de rechutes pour les fumeurs ayant cessé de fumer grâce au vaporisateur personnel.

Une étude à oublier ?

Les fumeurs s’étant sevré du tabac grâce à la cigarette électronique ont-ils plus de chances de recommencer à fumer ? C’est en tout cas ce qu’indiquent les conclusions d’une récente étude [1] française menée par l’équipe du docteur Ramchandar Gomajee, chercheur à l’Inserm et à l’université Paris-Sorbonne.

La recherche a été conduite auprès de 5 400 fumeurs quotidiens et 2 025 anciens fumeurs, pendant une durée de deux ans.

Si le travail conduit indique que « chez les fumeurs actuels, l’utilisation d’une cigarette électronique est associée à une diminution du nombre de cigarettes fumées et à une augmentation des tentatives de cessation », elle note également que « chez les anciens fumeurs, son utilisation est associée à une plus grande probabilité de rechute ». De quoi indiquer, pour les chercheurs, que « son efficacité en ce qui concerne l’abstinence tabagique à long terme est incertaine ».

Que disent les chiffres ?

Concrètement, l’étude rapporte que parmi les 5 400 fumeurs quotidiens, ceux qui utilisaient un vaporisateur personnel fumaient en moyenne 4,4 cigarettes de moins chaque jour, tandis que le groupe des non-vapoteurs n’en fumait que 2,7 de moins.

Toutefois, parmi les 2 025 anciens fumeurs, ceux qui avaient utilisé le vapotage afin de se sevrer du tabac, auraient été 70 % plus nombreux que les autres à reprendre la cigarette.

Difficile de ne pas reprendre la cigarette après la vape… 10 ans auparavant

S’il est important de saluer le travail de l’équipe du docteur Gomajee, il est tout aussi important de comprendre que les résultats de cette étude se basent sur des observations vielles d’une décennie.

En effet, comme l’indique la recherche, le groupe des anciens fumeurs étudié avait arrêté la cigarette (et donc vapoté) en 2010.

Une période bien lointaine, représentant pour ainsi dire l’âge de pierre de la vape.

En effet, en 2010, les cigarettes électroniques arrivaient tout juste sur le marché en France, et étaient loin d’être aussi efficaces que les modèles actuels. De plus, à cette époque, les études sur la vape étaient encore très rares, et les vendeurs du secteur, loin d’avoir toutes les connaissances qu’ils ont aujourd’hui afin de pouvoir conseiller correctement leurs clients.

Ainsi, toutes les connaissances que nous avons aujourd’hui, comme le fait qu’il est important de démarrer la vape avec un taux de nicotine élevé, ou le fait que beaucoup de vapoteurs semblent avoir besoin des arômes afin d’arrêter de fumer (par exemple), n’étaient pas connues à l’époque.

Le matériel était également beaucoup plus compliqué à utiliser, une complexité qui a sans aucun doute joué un frein dans l’adoption du produit auprès des fumeurs sur le long terme.

Plus le temps passe, plus le taux de rechute diminue

Des faits qui semblent d’ailleurs confirmés par l’étude elle-même, qui note que le taux de rechute des vapoteurs a constamment diminué entre 2010 et 2013. Trois années durant lesquelles le matériel a commencé à évoluer, devenir plus efficace, et qui ont ainsi permis à plus de fumeurs d’arrêter la cigarette, sans pour autant la reprendre ensuite.

Malheureusement, et comme souvent avec ce genre d’étude, la presse généraliste qui en fait l’écho ne semble pas s’être intéressée à la recherche dans le détail, et tombe une fois de plus dans l’attirance d’un audimat facilité par la peur soudaine d’un produit populaire. Mais la recette est malheureusement bien connue.

Ainsi, le NouvelObs par exemple, se contente d’indiquer que « la cigarette électronique aiderait bien à diminuer la consommation de tabac et donnerait plus de chances d’arrêter », mais qu’elle serait aussi « associée à une plus grande probabilité de rechute ».


[1] Gomajee R, El-Khoury F, Goldberg M, et al. Association Between Electronic Cigarette Use and Smoking Reduction in France. JAMA Intern Med. Published online July 15, 2019. doi:10.1001/jamainternmed.2019.1483

Les dernières recherches sur la vape

Vapotage et infarctus, l’étude retirée, les dégâts restent

  • Publié le 19/02/2020

L’étude sur le lien entre vapotage et infarctus a été retirée par le Journal of American Heart Association. Mais les dégâts sont faits.

Etude : la e-cigarette, outil de sevrage efficace en Europe

  • Publié le 5/02/2020

Une nouvelle étude s’est penchée sur le lien entre l’utilisation de la cigarette électronique et le sevrage tabagique dans l’union européenne.

Une étude française contredit la théorie de la passerelle

  • Publié le 14/01/2020

La théorie de la passerelle, selon laquelle la vape attirerait les adolescents vers le tabac, a été contredite, une nouvelle fois, par une étude française.

Annonce

Les commentaires sont fermés.