Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Kits » Test : Kit Sinuous V200 / Amor NSE – Wismec

Test : Kit Sinuous V200 / Amor NSE – Wismec

  • Par , le 7/03/2019 à 18h00
    Annonce

Wismec attaque, en proposant un kit subohm complet à un tarif très agressif pour la concurrence, sous la barre des 50 € à son lancement. Le kit est composé de la box à double accu 18650 Sinuous V200 et du clearomiseur subohm Amor NSE, et c’est en utilisant massivement le plastique que la marque réduit ses coûts et propose un kit léger. Bonne idée ou pas ? Hum… ça dépend.

Design classique

Tout est donc en plastique, ou presque, mais de loin, il y a peu de différences visibles par rapport à d’autres box en alliage de zinc. D’ailleurs, cet alliage est il vraiment un matériau plus noble que le plastique ? Le contour de la box est légèrement pailleté, ce qui lui donne un bel aspect. Ce sont les portes, en plastique translucide, et la bague de réglage du flux d’air sur le clearomiseur, qui donnent un côté “bas de gamme”, sur lequel on reviendra.

Par ailleurs, tout fonctionne bien dans ce kit : le chipset est moderne et (presque) complet, et le clearomiseur n’est pas si mal face à la concurrence en acier, il se permet même d’en offrir plus que tous ses concurrents avec une gamme de vape plus large.
Bref, c’est un kit intéressant à passer en revue, en détail.

Les caractéristiques essentielles du Kit Sinuous V200 / Amor NSE  de Wismec

Type de matériel kit régulé
Dimensions mod 88 x 53 x 25 mm
Poids du mod 76 g
Batterie 2 x 18650
Puissance 1 à 200 W
Diamètre max. de l’atomiseur 25 mm
Matériaux polycarbonate
Dimensions atomiseur 26 x 46 mm
Contenance 2 ou 3 ml
Résistances WS-M coil, 0,2 à 1,3 ohm
Poids du clearomiseur 39 g
Drip tip 510
Poids du kit 115 g
Couleurs disponibles toutes ou presque 🙂

Le contenu du kit

Le kit est accompagnée de l’offre habituelle de joints de rechange, d’une résistance supplémentaire, d’un câble USB et de modes d’emplois simples.

Admire ma plastique (ou pas)

La box V200 n’est pas la première box entièrement en plastique, loin de là, mais à la différence de la plupart des autres, qui jouaient sur un design fun, comme la Orca 220 de S-Body, elle cherche à garder l’apparence d’une box “normale”, avec un format rectangulaire plus classique, de “vrais” boutons en métal, et un connecteur 510 vissé. Et ça fonctionne : les boutons sont bien ajustés et ne cliquettent pas, l’écran est affleurant, le touché agréable, du moins pour le contour extérieur.

Le connecteur semble solide, les deux vis étant rassurante… mais dans quoi sont elles vissées ? Du plastique ! Est-ce vraiment solide ?  C’est déjà mieux qu’un connecteur embouti ou collé, mais… il reste des questions.

Le compartiment des accus est propre, il n’abîme pas leur revêtement et une lanière facilite leur extraction.

La porte du compartiment tient bien en place grâce à 2 aimants, et elle est plutôt bien ajustée. Mais c’est aussi là qu’on remarque l’aspect “bas de gamme” de la box : ce n’est pas très joli, assez sonore (ça fait “toc” ou “crouic” quand on prend la box), pas très agréable au touché, très sensible aux rayures, bref, c’est pas chic. Et puis, esthétiquement, on peut clairement faire mieux, pour probablement pas plus beaucoup plus cher. Par exemple, la box WildWolf de Hcigar est aussi, majoritairement, en plastique, mais son apparence est bien plus qualitative et son prix n’est pas beaucoup plus élevé.

À ce prix, l’écran n’est évidemment ni géant, ni en couleur, et c’est un choix rationnel : c’est suffisant pour afficher l’essentiel (ici en mode puissance). Il est assez grand pour être lisible. Il est par contre peu lumineux : par temps clair il est très difficile de le consulter.

Le chipset se pilote de manière traditionnelle, à coup de clics multiples sur le bouton de mise à feu, et de réglage avec les deux boutons + et -, sous lesquels on trouve la prise micro USB pour recharger les accus en cas d’urgence (mieux toutefois vaut les charger dans un chargeur dédié).

Après trois clics sur le bouton de mise à feu, une liste d’icônes déroulantes permet de choisir le mode de fonctionnement : “M1 à M3” permettent de rappeler des réglages que l’on aura mémorisés avant, “W” ouvre le mode puissance.

“Ni”, “Ti” et “Ss” permettent de choisir avec quel matériau utiliser le mode température, qui, il faut le signaler, fonctionne bien, à la fois pour réguler la vape et pour protéger le coton.

Contrairement au mode puissance qui est un poil mou au démarrage, le mode température commence par envoyer plus de puissance que nécessaire, un peu comme un preheat, mais ce pic est vite régulé et ne perturbe pas la vape. Il s’agit donc d’un chipset de base, qui n’offre pas mille options, mais qui fait bien ce qu’il annonce. Il lui manque juste une fonction preheat, bien utile quand on aime la vape subohm.

En plastique, mais malin

Alors oui, sur le clearomiseur Amor NSE, le côté cheap saute aux yeux, et ça pique même un peu ceux du reviewer épris de qualité. Le top cap est en plastique noir, comme la bague de réglage du flux d’air, et, pour être assez solide elle doit être plus épaisse. Certes, elle marche bien, elle est même peut-être plus agréable a manipuler que les bagues en métal, les doigts accrochant mieux, mais esthétiquement, ça fait très bas de gamme.

Le réservoir est entièrement en plastique, sacrilège ! Pyrex, mon beau Pyrex, ou es-tu ? Bon, soyons raisonnable, des réservoirs en plastique, il y en a. La différence ici, c’est que l’ensemble du réservoir est d’un seul tenant. Les deux vis visibles au fond servent à maintenir une pièce de métal nécessaire à la coulisse du top cap pour le remplissage. C’est bizarre, mais fonctionnel, et esthétiquement neutre.

Mais comme avec tous les réservoirs en plastique, il faut aussi porter attention à la composition de certains e-liquides, qui peuvent réagir avec le plastique et le dégrader. Ces liquides sont plus rares qu’avant, mais certains arômes, comme les agrumes peuvent être concernés, il vaut peut-être mieux ne pas les utiliser avec ce genre de clearomiseur.

En plastique d’accord, mais avec un remplissage par le haut ! Le top cap coulisse pour ouvrir l’orifice de remplissage, il est pratique et bien réglé pour ne pas s’ouvrir trop facilement. Là encore, ça fait toc, mais ça tient, mieux que certains atomiseurs en métal. Il reste toutefois à voir ce que ça donne dans le temps, pas sûr que le top cap reste bien fermé après plusieurs remplissages.

La base est en grande partie métallique, pour pouvoir visser la résistance dedans.
D’origine, la résistance installée et une résistance classique pour la vape subohm, d’une valeur de 0,27 ohm et utilisable entre 30 et 80 W selon le constructeur, et entre 40 et 70 selon votre serviteur. Mais…ce n’est pas tout, l’Armor NSE réserve une surprise.

Le flux d’air est assez large et aérien, sous forme d’une ouverture en œil de cyclope, traditionnelle ce ce genre de clearomiseur. Son réglage est assez progressif, au-dessus de la moyenne dans ce style de vape.

Mais surtout, en continuant à tourner la bague, on s’aperçoit qu’il y a aussi des petits trous, pour une vape bien plus restrictive. Comment ? Un flux d’air si restreint sur un clearomiseur subohm ? Oui, c’est qu’il est aussi livré avec une résistance de… 1,3 ohm. Elle permet d’utiliser ce clearomiseur en inhalation directe restreinte, autour de 25-30 W, voire même en inhalation indirecte.

Le plus fort, c’est que tout ça marche plutôt bien. En mode subohm, les saveurs sont honnêtes, pas au mieux des meilleurs clearomiseurs, mais raisonnables. En fait, ça dépend des liquides utilisés. Parmi les miens, certains passent bien, d’autres ne sont pas très bons, sans que j’ai pu déterminer une logique. Avec la résistance de 1,3 ohm, la vape en inhalation directe est convaincante, plus qu’en subohm de mon point de vue, et toutes les saveurs passent bien. Là encore, ce n’est pas le meilleur de la catégorie, mais il se défend.

En inhalation indirecte, donc en obturant plus le flux d’air, en baissant la puissance sous les 15 W, et en adoptant un drip tip plus fin, on obtient même une vraie vape MTL, qui fait creuser les joues. Surprenant.

Bref, sur le plan de la vape, c’est objectivement un assez bon kit, qui se permet même d’offrir une plus large gamme que ses concurrents, de l’inhalation indirecte aux gros nuages en passant par une vape modérée. Dans tous les cas, son rendu des saveurs est moins bon que celui des meilleurs clearomiseurs plus traditionnels ou spécialisés, mais il est honnête, sa production de vapeur et son hit sont satisfaisants.

Petites observations plastiques

Alors voilà, est-ce qu’il faut adopter le plastique, à ce point, dans la vape ? Est-ce que la sensation nette d’avoir un objet bas de gamme en main justifie l’économie faite à l’achat ?

Concernant la box, le problème n’est pas le plastique, mais sa qualité : il est possible de faire des box en plastique qui aient une belle apparence et qui soient solides. Concernant le clearomiseur, c’est plus délicat : d’une part certains liquides peuvent dégrader le matériau, d’autre part, on ne peut pas changer le réservoir s’il se casse, ce qui n’est ni économique, ni écologique.

Ceci étant, nous n’avons pas tous le même point de vue, et pour évaluer le rapport qualité-prix en fonction de ses propres enjeux, je pense qu’il est intéressant de réfléchir à 3 aspects de cette question.
D’abord, le job d’une vapoteuse est de nous tenir éloigné durablement de la clope, on l’a très souvent en main, il est alors peut-être utile qu’elle nous plaise, qu’elle soit agréable à tenir et à regarder.
Ensuite, quelle sera la durée de vie de ce kit en fonction de nos usages et ne nos statistiques de chutes ?
Enfin, est-ce que 20 ou 25 € de différence au moment de l’achat sont vraiment significatifs dans un budget de vape, dont l’essentiel n’est pas dans le matériel mais dans les liquides ? Réparti sur 2 ans, est-ce vraiment intéressant d’économiser 1 € par mois ( 2 ou 3 % du budget vape) ?

En résumé

On aime

  • La légèreté
  • Le bon fonctionnement de la box dans tous les modes
  • La possibilité d’une vape DL ou MTL
  • La qualité de vape avec la résistance de 1,3 ohm
  • Le prix

On n’aime pas

  • L’aspect bas de gamme des portes et du réservoir
  • La possible fragilité de l’ensemble
  • Les saveurs très moyennes de certains liquides avec la résistance subohm
  • L’absence de preheat sur la box

Conclusion

3,5 /5
 

Ce kit Sinuous V200 / Amor NSE de Wismec est paradoxal. Il est intéressant sur le papier puisqu’il offre un clearomiseur malin, qui propose aussi bien une vape directe qu’indirecte, et une box assez moderne pour un tarif économique. Mais c’est au prix d’une apparence “bas de gamme” qui pose question, alors qu’il semble possible de faire autrement, et que l’économie réalisée n’est peut-être si intéressante en regard de la piètre qualité perçue et de son faible impact réel sur un budget de vape.

 

Le kit Sinuous V200 de Wismec en images

Les derniers articles sur la marque Wismec

Test : kit Reuleaux Tinker / Column – Wismec

  • Publié le 7/01/2019

Pas de révolution, mais quand même Commençons par une vue générale de la chose. Nous ne somme pas devant une révolution puisqu’il s’agit toujours d’une box triple accus compacte, et …

Test : kit Active Bluetooth Music / Amor NS Plus – Wismec

  • Publié le 5/12/2018

Une box ciblée qui repose sur des besoins Si vous êtes sensibles au design, aimez les formes harmonieuses avec un mélange subtil de matériaux nobles, que pour vous, une box …

Test : Sinuous Solo + Amor NS Pro Kit – Wismec

  • Publié le 17/11/2018

Le kit Sinuous solo – Armor NS Pro de Wismec est classique, mais il offre une rare polyvalence du vrai MTL à une vape directe agréable.

 

 

Pour ne rien manquer de l’actualité de la vape, rejoignez les 7 000 abonnés à notre newsletter et recevez chaque semaine nos derniers articles !

Annonce

Name of Reviewed Item: Kit Sinuous V200 / Amor NSE Rating Value: 3.5 Image: https://fr.vapingpost.com/wp-content/uploads/2019/02/V200-1-1.jpg Review Author:Review Date: