Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Atomiseurs » Test : Hazard RTA – Across Vape & Dovpo

Test : Hazard RTA – Across Vape & Dovpo

  • Par , le 26/01/2023 à 19h30
    Annonce

Le Hazard RTA est le fruit de la collaboration des fabricants chinois Across Vape et Dovpo. Cet atomiseur simple coil, d’une contenance de 4ml, a la particularité d’accueillir un bridge en lieu et place du plateau de montage. Un produit deux en un.

 

Un bridge dans un RTA

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Hazard RTA surprend par sa conception. Exit le classique plateau de montage, qui est ici remplacé par un bridge que l’on insère dans le corps de l’atomiseur. On peut le remplacer par la plupart des bridges rba du marché ou placer ce dernier dans un boro tank V4 pour l’utiliser dans une box aio. Livré avec 5 pins d’airflow, il est aussi à l’aise en MTL qu’en DL.

Caractéristiques techniques

Diamètre23 mm
Hauteur45,6
Contenance4
Poids52 g
Remplissagesur le coté
Type de montagesimple et complexe
Plateau de montagesimple coil
Plage d'utilisationselon le montage
Arrivée d'airpar le bas
Drip Tipfixe
MatériauxPCTG/Inox

Le coffret comprend :

  • Pièces de rechange
  • Résistances
  • Outil
  • Mode d'emploi

Un bridge polyvalent

Fabriqué en inox, le bridge offre la possibilité d’être utilisé dans tous les boro tank V4. Il est réalisé en trois parties :
La base équipée d’un pas de vis au format 510 qui permet de la visser sur une box pour réaliser le rodage de la résistance. Sous ce pas de vis se loge le pin d’airflow. Celui monté de base fait 3 mm de diamètre. Quatre autres sont disponibles dans la pochette des pièces de rechange.
Ils ont une ouverture de 1 mm, 1,5 mm, 2 mm et 2,5 mm. On peut donc passer aisément d’un tirage MTL très restrictif au DL avec une très légère restriction. Cette conception permet de les changer sans avoir à toucher à la résistance.
La chambre d’atomisation est maintenue au plateau de montage par deux disques en peek (un de remplacement est disponible avec les pièces de rechange). La cheminée, quant à elle, est maintenue par deux joints en silicone.

Le plateau de montage est équipé de deux vis Philips que l’on peut changer de place selon que l’on utilise une résistance tournée en sens horaire ou antihoraire. L’arrivée d’air se situe sous le coil dans le fond du plateau . De chaque côté, des rigoles reçoivent la fibre. Elles sont percées de rainures qui assurent l’alimentation d’e-liquide. Elles sont suffisamment importantes pour permettre l’utilisation d’un fort taux de VG.

 Même si un coil en 3 mm de diamètre passe, il est vivement conseillé d’utiliser des résistances de 2,5 mm de diamètre. Le fabricant recommande de ne pas descendre en dessous de 0,5 ohm. Nous trouvons cette recommandation judicieuse, au risque de voir le bridge chauffer plus que de raison. Le placement de la résistance ne pose aucun problème particulier.
Il faut juste bien araser les pattes pour éviter tout court circuit quand on replace la cloche. Pour effectuer le rodage, il suffit de visser directement le plateau RBA sur une box électro. Pour la fibre, rien de bien compliqué non plus. Il faut juste la couper aux extrémités des rigoles et s’assurer qu’elle remplit bien ces dernières.

Il est important de noter que l’alimentation en e-liquide se fait uniquement par le bas. Il est donc impératif de remettre les deux disques en peek. Leur non-utilisation entraîne irrémédiablement le remplissage de la chambre d’atomisation. Le bridge remonté et la gravure qu’il arbore rappellent, de par leur forme, les anciens masques à gaz.

Un réservoir en demie teinte

Disponible en deux coloris, le Hazard RTA est réalisé en inox et PCTG. La partie supérieure est équipée d’un drip tip fixe que nous trouvons fort désagréable au contact des lèvres. Il est possible d’insérer, à l’intérieur, un drip tip au format 510. En dessous, la bague se retire pour accéder au trous de remplissage. Deux discrètes gravures la décorent.

Un joint en silicone, de piètre qualité (il commence à s’effriter après seulement quelques retrait), assure le maintien de la bague sur le corps de l’atomiseur. Le remplissage s’effectue en retirant le bouchon en silicone (un second est présent dans la pochette des pièces de rechange ainsi que l’ensemble des joints qui équipent le Hazard RTA). Le trou de remplissage est relativement gros. L’emploi de très gros flacon d’e-liquide sera tout de même impossible. Tout autour du bouchon, une gravure rappelle le nom de l’atomiseur et celui du fabricant Across Vape.

Le réservoir en PCTG se visse sur les deux pièces en inox qui constituent le corps de l’atomiseur. Un soin tout particulier doit être porté lors du montage de l’ensemble. Le fait de visser du plastique sur de l’inox peut très rapidement endommager irrémédiablement les pas de vis, rendant l’atomiseur inutilisable. Nous constatons que de fins copeaux de plastique commencent à se détacher après seulement quelques démontages.  La pose du bridge est simple. Il suffit de le clipser dans la base et de revisser l’ensemble réservoir / top cap sur cette dernière.

Sur la base, une bague amovible (pour un nettoyage complet) permet de régler le flux d’air entrant. Associé au pin d’airflow, cela permet un réglage très précis pour une utilisation en DL mais s’avère inutile lorsqu’on utilise l’atomiseur en MTL. Son retrait s’effectue en dévissant la partie basse de la base. Une fois retirée, on peut également changer les pins sans avoir besoin de retirer le bridge. Il est important de s’assurer que la valeur de la résistance reste stable lors de ce changement.

Sous le Hazard RTA, des gravures rappellent son nom, un numéro de série et les habituels pictogrammes. On note que la connectique 510 dépasse suffisamment pour une éventuelle utilisation sur mod méca hybride.

Testé dans un premier temps avec un fused 2 x 30/38 en Ni80 roulé sur un axe de 2,5 mm et stabilisé à 0,75 ohm et associé au pin d’airflow de 2,5 mm. À une puissance de 30 W, la vape est dense et chaude. La restitution des saveurs est très bonne et nuancée. La bague de réglage permet d’ajuster précisément le flux d’air entrant. A 20 W, avec le même montage la vape devient plus froide sans perte de ses qualités aromatiques. Idéal pour les liquides aux saveurs fruitées.

Pour le test en MTL, nous l’avons équipé du pin de 1,5 mm avec un coil en spires espacées en Ni80 toujours roulé sur un axe de 2,5 mm et stabilisé à 1 ohm. À 15 W, le rendu aromatique est aussi bon et permet de ressentir des nuances non perceptibles en DL. La restriction est vraiment importante, on a vraiment un très bon atomiseur au tirage serré.

Les alimentations en liquide étant situées sous les oreilles horizontales, il ne faut pas faire descendre le niveau de liquide en dessous afin de ne pas assécher le coton

En résumé

On aime

  • Polyvalence d'utilisation
  • Très bon rendu des saveurs
  • Possibilité d'utiliser le bridge dans un boro tank
  • Réglage précis de l'airflow en DL

On n’aime pas

  • Réservoir en plastique vissé
  • Drip tip fixe
  • Joints de mauvaise qualité

Conclusion

4,5 /5

Avec le Hazard RTA Across Vape casse les codes des atomiseurs reconstructibles. Le bridge intégré dans le réservoir est redoutable d'efficacité. Sa restitution aromatique est très bonne et son système de pin d'airflow interchangeable lui confère une polyvalence d'utilisation. Quelques ombres au tableau pour autant : la réalisation du réservoir. Un drip tip fixe et un réservoir en plastique vissé associé à des joints d'une piètre qualité risque de rebuter pas mal d'utilisateurs. Dommage.

Le Hazard RTA en images

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.