Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Atomiseurs » Test : Aromamizer Plus RDTA – Steam Crave

Test : Aromamizer Plus RDTA – Steam Crave

  • Par , le 17/09/2018 à 17h00
    Annonce

L’Aromamizer Plus RDTA est-il un monstre ? C’est la question que nous pourrons nous poser ici, avec l’un des derniers atomiseurs de la longue et ancienne série des Aromamizer de Steam Crave. 30 mm de diamètre, 10 ml de contenance, extensibles à 20 ml, ça fait un peu peur. Serait-ce un atomiseur bourrin ?TEXTE

Un atomiseur de taille

La première idée à fixer sur cet Aromamizer Plus RDTA, c’est sa taille, que les photos ne situent pas, sauf à le comparer.

Le voici donc, entouré par le Pharao Mini de Digiflavor à gauche, qui fait partie des grands atomiseurs en 24 mm, et un Manta RTA d’Advken à droite, lui aussi en 24 mm, mais plus compact.
30 mm de diamètre, 60 mm de haut en version standard, pour 10 ml de contenance : il faut maintenant trouver une box qui accepte l’engin sans qu’il ne dépasse et sans que l’ensemble ne soit ridicule. Dans mon stock, j’ai deux box qui l’acceptent sans problème : la Aegis de GeekVape et la WildWolf de Hcigar.

Avec l’Aegis le setup est assez rustique, son poids monte à 405 g, on peut envisager une séance de musculation.

Avec la Hcigar, le setup est un peu moins effrayant et ne pèse “que” 295 g. Ceux qui n’ont pas de box assez large pourront se tourner vers la box Titan PWM de la même marque : 4 accus pour tenir les 20 ml de réserve maximum ! Parce qu’on n’a encore rien vu. Steam Crave propose deux réservoirs optionnels, l’un ramenant la contenance à 5 ml, l’autre la montant à… 20 ml. Deux fioles de liquide, pfffiouuu.

La première option est composée d’une cheminée et d’un pyrex plus court, la deuxième d’une rallonge de cheminée et d’un Pyrex deux fois plus grand.

En configuration 5 ml, l’atomiseur est joliment trapu (46 mm), ici comparé à un Zeus de Geek Vape (4 ml).

En configuration 20 ml, l’atomiseur est tout simplement aussi haut que la box à 3 mm près.

Notons, au chapitre des superlatifs, que le diamètre interne de la cheminée est de 11 mm. C’est le même que celui de la cheminée du Reload RTA, dont la vape est réputée se rapprocher pour cette raison de celle d’un dripper. Conséquemment, nous pouvons en déduire que cet Aromamizer n’est pas dédié à l’inhalation indirecte, on peut même penser qu’il est consacré à la vape de bûcheron. Mais pas que, nous le verrons.

En parlant de vape de dripper, cet Aromamizer peut aussi être monté en dripper, il suffit pour cela de retirer le pyrex et la cheminée. C’est d’ailleurs probablement l’origine de la qualification de RDTA de cet atomiseur : ce n’est pas un RDTA au sens classique, mais un RDA et un RTA… donc un R(D/T)A.

Une construction solide

Ceux qui ont connu le Bellus de UD, reconnaîtront son principe de construction dans l’Aromamizer (à moins que ce soit l’inverse, je ne sais pas qui a inspiré qui). D’une part, le plateau est clipsé dans la cloche. D’autre part, la cloche intègre à la fois les arrivées d’air par le côté et les arrivées de liquide. Mais la comparaison s’arrête là, l’Aromamizer étant plus sophistiqué dans ses réglages que le Bellus. Le métal est de belle qualité, assez épais et bien usiné : ce n’est pas du high end, mais ça s’en rapproche.

Les arrivées d’air sont donc sur les côtés, sous forme d’une grille de petits trous.

Une bague de réglage permet de varier le flux d’air, toujours aérien, assez silencieux, et consacré à l’inhalation directe, qui peut être très restreinte ou totalement libre : on peut s’en servir de tuba dans sa baignoire en version 20 ml. Sous cette bague, une autre bague permet de régler l’arrivée de liquide. Deux positions sont repérées, fermée ou ouverte, mais les positions intermédiaires sont fonctionnelles et laissent plus ou moins libre court au passage du liquide.

Le remplissage se fait par le haut, après avoir dévissé le top cap, cranté.

En dévissant la bague de remplissage, ou démonte le réservoir. La cheminée est vissée dans la cloche, ce qui permet de la changer pour sa version courte.

De l’autre côté, le pin 510 fait parfaitement son office, mais il n’est pas très proéminent, je ne conseillerais donc pas d’utiliser cet Aromamizer avec un mod hybride.

On accède au plateau de montage en dévissant la base, qui intègre le réglage de flux de liquide. Le pin 510 est solidaire du plateau, qui se retire en tirant dessus : il est clipsé par un joint dans la cloche.

Le plateau est de type “postless”, les vis de fixation sont de type BTR.

Les rigoles d’accueil des mèches en coton sont très larges, et il n’y a pas d’arrivées d’air sur le plateau, puisque l’air flow est latéral, par les côtés de la cloche.

J’ai d’abord fait un montage en fil simple pour voir ce que cet atomiseur pouvait donner avec un montage raisonnable, alors qu’il invite manifestement à des montages plus musclés.

Les coils et le coton sont faciles à poser.

Les rigoles demandent une généreuse quantité de coton, qui se place facilement..

Une vape plus subtile que prévue

L’énormité de l’engin et son airflow presque libre m’avaient laissé présager une vape toute en puissance au détriment des saveurs, et pourtant pas du tout. D’abord avec ce “petit” montage à 0,4 ohm, et en fermant fortement l’airflow, il est possible de vaper autour de 30 W pour une vape pépère, et plutôt respectueuse des saveurs.

Mais tout de même, l’Aromamizer Plus est conçu pour de gros montages, j’ai donc rapidement posé un double coil de fused clapton en nichrome, pour une valeur de résistance de 0,2 ohm.

Monter ainsi, la gamme de vape de cet ato est impressionnante : il s’anime entre 45 et 50 W, avec un volume de vapeur conséquent, assez dense si on ferme l’airflow de moitié, plus aérienne si on l’ouvre à fond. Les saveurs sont très bonnes, pas très précises, mais puissantes.

En montant la puissance, la densité de vapeur augmente, les saveurs restent très bonnes jusqu’à 100 W, voir plus, et on sent que l’ato est encore à l’aise, qu’il peut aller plus loin.
Alors je suis monté jusqu’à 150 W. Ça devient dantesque, et ce n’est pas ma vape, je me suis contenté de quelques barres. Airflow ouvert, la vape n’est pas trop chaude, on pourrait encore monter plus haut. Mais l’ato, lui, chauffe beaucoup à cette puissance, et je commençai à craindre pour la box.

Bref, cet Aromamizer me prouve qu’on peut utiliser les box de 200 W à pleine puissance sans se brûler la truffe. Moi qui n’arrête pas de dire que ça ne rime à rien de faire des box qui montent à 200 W, dont acte, il y a des exceptions. Bon, mais en général, ça sert à rien, groumph !

Revue technique

L’Aromamizer Plus RDTA est accompagne de deux pyrex de rechange et de joints de très bonne qualité.
En option, il est possible de commander les kit 5 ml et 20 ml, livrés dans de petits cartons moches, mais eux aussi avec des pyrex et de joints de rechange.

Les caractéristiques essentielles de l’Aromamizer Plus RDTA de Steam Crave

Type de matériel atomiseur reconstructible
Diamètre 30 mm
Hauteur 60 mm
Contenance 10 ml
Poids 103 g
Type de montage double coil
Plage d’utilisation 25 à 120 W
Matériaux acier

Petites observations de tailles

Au-delà de la contenance, la taille des réservoirs joue sur le rendu des saveurs, à cause de la hauteur des cheminées. En gros, plus la cheminée est courte, plus la vape est chaude (à puissance égale) et plus les saveurs sont “précises”. Avec le Pyrex de 5 ml, la vape est proche de celle d’un Reload RTA pour ce qui concerne la densité de vapeur, la sensation est proche de celle d’un dripper, en un peu plus tiède.

Le réservoir de 20 ml, lui, avec sa cheminée interminable, brouille les saveurs. Le réservoir de 10 ml est un bon compromis entre les deux. Pour donner une idée, à 55 W, j’ai une densité de vapeur et un rendu des saveurs supérieurs à celles d’un TFV12 Prince de Smok à 80 W. Comparé un un Reload, la densité est similaire, les saveurs sont plus précises sur le Reload… mais il ne contient que 3,5 ml, Avant cet essai, je pensais que l’Aromamizer Plus était un atomiseur concept, destinée à des geeks qui s’amuseraient en vissant un machin de 30 mm sur une box. Je me rend compte que pas du tout, cet ato est bien pensé, sa contenance de base étudiée : avec un Reload à 55 W, je ne tiens pas une demi journée de vape. Avec l’Aromamiser en 10 ml, je tiens largement la journée.

Je n’ai pas été conquis par la possibilité d’en faire un dripper. Certes il n’est pas mauvais du tout, et le fait de raccourcir le trajet de la vapeur améliore encore un peu le rendu. Mais il existe déjà de très bons drippers dans ce registre et son plateau est petit par rapport à son diamètre. Je ne vois pas l’intérêt d’avoir un dripper de 30 mm, avec un plateau équivalent à celui d’un 24 mm. Pour moi cette possibilité est anecdotique, 

Petites observations de qualité

L’Aromamizer Plus est bien construit, son acier est épais et les finitions sont bonnes.
Mais les pas de vis ne sont pas parfaits : ils s’engagent facilement, ne grincent pas, mais celui de la bague de remplissage se bloque un peu sur la cheminée, même sans le serrer très fort. Du coup, pour démonter le réservoir, il faut forcer, alors qu’on a peu de prise sur la base, qui est à 80 % couverte par les deux bagues de réglages… qui tournent.

Par contre, j’ai été surpris par la qualité de l’étanchéité. Je n’ai eu aucune fuite, même quand le coton est en bout de course. La bague de fermeture d’arrivée de liquide n’y est pas pour rien, et il faut la fermer lors du remplissage. Mais quand même, il faut saluer cette maîtrise, parce qu’un réservoir de 10 ml, ça pousse.

Pas de fuite donc, mais un peu de condensation : lorsqu’on vape, un peu de vapeur s’échappe toujours par les arrivées d’air, et condense sur le plateau de la box. Pas énormément, mais suffisamment pour devoir l’essuyer de temps en temps.

Petites observations épatées

Ma découverte de l’Aromamizer Plus illustre bien le propos de la chaîne YouTube “Hygiène Mentale”, qui engage chacun à penser par soi-même et à partir de faits plutôt que de “on dit” ou d’a priori (il faut s’abonner à cette chaîne) : j’avais une représentation a priori de cet ato, basée sur son apparence et sur mon peu de goût pour la vape de cloud chaser malaisien.

Pourtant, à l’usage, c’est un atomiseur bien pensé, son réservoir de 10 ml n’est pas un gadget et justifie son diamètre (celui de 20 ml, lui, est un peu exagéré). Sa vape est bonne si on aime l’inhalation directe à plus de 45 W, la vapeur est dense, les saveurs bien présentes. C’est clairement un bon ato, fiable qui plus est. Je révise donc mon opinion !

En résumé

On aime

  • L’autonomie du réservoir 10 ml
  • La vape dense et savoureuse
  • La qualité de construction
  • Le réglage d”air flow progressif
  • L’absence de fuite avec un si gros réservoir

On n’aime pas

  • La difficulté pour démonter le réservoir.

Conclusion

5 /5
 

Non, l’Aromamizer Plus RDTA n’est pas un monstre. Certes il est énorme, et rares sont les box qui acceptent ses 30 mm dans une parfaite flushitude, mais c’est un bon atomiseur pour la vape directe et puissance, plus subtil qu’il n’y parait. Sa densité de vapeur est agréable, et ses saveurs sont très satisfaisantes pour peu que l’on ferme un peu les arrivées d’air et qu’on ne dépasse pas 100 W. 

 

L’Aromamizer Plus RDTA de Steam Crave en images

Les derniers articles sur la marque Steam Crave

Test : Aromamizer Titan RDTA – Steam Crave

  • Publié le 8/10/2019

Annonce

Test : Titan PWM 300W – Steam Crave

  • Publié le 7/10/2019

Une superbe qualité de fabrication, un chipset performant et une molette cliquable très agréable à utiliser font de cet ovni de la vape un box très agréable.

Test : Glaz RTA V2 – Steam Crave

  • Publié le 23/07/2019

Le Glaz Rta V2 est un bon atomiseur qui permet une production généreuse de vapeur avec de très bonnes saveurs.

 

 

Pour ne rien manquer de l’actualité de la vape, rejoignez les 6 500 abonnés à notre newsletter et recevez chaque semaine nos derniers articles ! [wysija_form id=”2″]

Annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *