Vous êtes ici : Vaping Post » Juridique » Tabac chauffé : la commission européenne veut interdire les arômes

Tabac chauffé : la commission européenne veut interdire les arômes

    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Vaporesso
  • Geekvape
  • VDLV
  • Dlice

Une « augmentation notable » des ventes est mise en avant par la Commission pour justifier sa proposition.

Coup dur pour les cigarettiers… et la réduction du risque tabagique

C’est un véritable coup de tonnerre. Hier, mercredi 29 juin, la Commission européenne a proposé une modification de la directive 2014/40/UE, qui réglemente le fait que « tous les produits du tabac autres que les cigarettes et le tabac à rouler sont exemptés des interdictions de mise sur le marché de produits contenant un arôme caractérisant ou contenant des arômes dans l’un de leurs composants (…) ». Dans le texte original de la directive est indiqué que tous les produits du tabac autres que les cigarettes et le tabac à rouler, font l’objet d’une « dérogation (…) tant qu’aucune évolution notable de la situation n’est constatée du point de vue du volume des ventes ou des habitudes de consommation des jeunes ». Or, dans la proposition de modification de la Commission datée d’hier (au format PDF), est souligné qu’une « augmentation notable du volume des ventes » est apparue. Ainsi, « la présente directive déléguée supprime ladite exemption pour les produits du tabac chauffés ».

Cette proposition indique :

« À l’article 7, le paragraphe 12 est remplacé par le texte suivant :

Les produits du tabac autres que les cigarettes, le tabac à rouler et les produits du tabac chauffés sont exemptés des interdictions visées aux paragraphes 1 et 7. La Commission adopte des actes délégués conformément à l’article 27 pour retirer cette exemption pour une catégorie particulière de produits en cas d’évolution notable de la situation établie par un rapport de la Commission ».

Le processus législatif doit désormais suivre son cours. Maintenant que la proposition est sur la table, les États membres devront, s’ils souhaitent s’y opposer, réussir à réunir une majorité qualifiée, c’est-à-dire 55 % des pays de l’UE, représentant un minimum de 65 % de la population européenne. 

S’ils n’y parviennent pas, ou ne souhaitent pas lutter contre la mesure, cette dernière entrera en vigueur le 20e jour suivant sa publication au Journal officiel de l’Union européenne. Les pays membres auront alors 8 mois pour adopter et publier les dispositions législatives, réglementaires et administratives nécessaires pour se conformer au nouveau texte, puis 3 mois supplémentaires pour l’appliquer. 

Stefan De Keersmaecker, porte-parole de l’exécutif européen, a indiqué que cette proposition ne concerne pas les e-liquides pour cigarettes électroniques.

Les derniers articles sur l’Europe

Europe : lancement d’une nouvelle consultation sur la TPD

  • Publié le 31/05/2022

La Commission européenne appelle les acteurs du secteur à se prononcer concernant la future réglementation de la cigarette électronique.

Mortalité : le tabac menacé de perdre la première place

  • Publié le 5/05/2022

La première place du tabac sur les morts évitables est menacée. Pas en lui faisant perdre de son pouvoir de nuisance, malheureusement.

La République Tchèque souhaite mener l’Europe vers la réduction des...

Photo de Prague

  • Publié le 4/05/2022

Le pays aimerait profiter de sa présidence pour pousser l’Europe à adopter une approche de réduction des risques plutôt qu’une « politique extrême ».

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.