Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » L’utilisation d’une e-cig conduit-elle automatiquement à fumer un jour ou l’autre ?

L’utilisation d’une e-cig conduit-elle automatiquement à fumer un jour ou l’autre ?

La crainte de la passerelle vers le tabagisme chez les jeunes une nouvelle fois écartée par une récente étude.

La crainte de la passerelle vers le tabagisme chez les jeunes une nouvelle fois écartée par une récente étude.

C’est en effet une des préoccupations importantes du moment.

Ce serait, pour certains, une porte d’entrée vers l’addiction à la nicotine, bien que l’on sache actuellement que la cigarette électronique est bien moins nocive que la cigarette tabac, et pour d’autres, l’assurance d’une forte tentation pour les jeunes.

Stanton Glantz a réalisé, il y a un an, une étude [1] auprès de jeunes étudiants américains de 12 à 18 ans, visant à montrer que l’utilisation d’un vaporisateur personnel rendait plus tentant de basculer vers le tabac, sans confronter à cet attrait une éventuelle utilisation de celui-ci au préalable.

La cigarette électronique dénormalise le tabac

Une étude récente dirigée par Constantine Vardaras en 2012 [2] et conduite auprès de 26500 personnes dans 27 pays en Europe met en avant que les gros fumeurs, ayant déjà tenté de réduire leur consommation de tabac, sont majoritairement ceux qui essaient ce dispositif, marquant une utilisation plus fréquente que chez les non fumeurs, avec une adoption minime pour ses derniers. Pour Konstantinos Farsalinos « cette étude confirme que l’e-cigarette n’amène pas à une normalisation du tabac ».

Cette enquête a été menée alors que des fabricants de cigarettes annoncent la création de leur propre procédé électronique et qu’un collectif de 129 scientifiques se rallie auprès de l’OMS pour que l’e-cig soit considérée comme un produit du tabac. Ces derniers dénoncent l’industrie du tabac qui tenterait de la récupérer pour son propre compte. Ce mouvement s’oppose à un autre groupe de scientifiques qui accusent l’OMS « de négliger ou marginaliser l’idée que l’e-cig est une alternative à faible risque contre le tabac ».

Alors, sommes-nous dans le « Tout Sauf le Tabac » ?


[1] Electronic Cigarettes and Conventional Cigarette Use Among US Adolescents. A Cross-sectional Study. Lauren M. Dutra; Stanton A. Glantz. JAMA Pediatr. doi:10.1001/jamapediatrics.2013.5488 [2] Determinants and prevalence of e-cigarette use throughout the European Union: a secondary analysis of 26 566 youth and adults from 27 Countries. Constantine I Vardavas, Filippos T Filippidis, Israel T Agaku. Tob Control doi:10.1136/tobaccocontrol-2013-051394
Review Author:Review Date:
  • Tony Fiant

    Pour dire les choses clairement : faut-il faire arrêter le tabac à 100 personnes au prix d’un non fumeur qui va passer au tabac via la vape ?
    On dit souvent que la vie humaine n’a pas de valeur. C’est vrai… mais seulement jusqu’à 3 car si on doit sacrifier une ou deux personnes, la logique veut, hors paramètres tels que l’âge, etc., que l’on sacrifie la personne seule et non les deux.
    L’arithmétique s’applique alors à nouveau bêtement.
    Cela rappelle les “bons” vieux films où un avion, avec 300 personnes à bord, va s’écraser sur une ville. Le choix du boss, en général le président des US (…), sera de détruire l’avion car cela fera moins de morts qu’un impact sur la ville.
    C’est dur mais logique.

    Ok, la métaphore est un peu extrême mais globalement, c’est de cela que l’on parle.

    • Agnes Antoniewski

      Ca serait tellement bien, Tony, qu’on puisse se dire qu’on est en train de sauver une ville d’esclaves tabagiques au détriment de “300” vapoteurs qui s’envoient en l’air dans leur nuage “électronique” !
      Parce qu’en reprenant ta métaphore radicale, je te l’accorde, les retombées radioactives pourraient être aussi une bonne contamination de cette populace qui au lieu de cramer par terre se verrait libérée de son addiction ?

      • Tony Fiant

        Tout à fait… mais du coup, Big tobacco est Xerxès ? Oui, ça le fait bien 🙂

  • Pretty

    Personnellement je n’étais pas fumeur avant de me mettre à la vape et je vape régulièrement entre 6 et 10mg de nicotine par ml et JE N’EST AUCUNE ENVIE D’AVOIR UN TRUC CANCERIGENE A ODEUR DEGUEULASSE dans la bouche. La vape ça laisse pas d’odeur et c’est super agréable en bouche, il faudrait arrêter de comparer cela à la clope sérieusement…

    Prenons un jeune qui va vaper un truc super doux et bon en gorge. Il va tenter de tirer sur une clope. Et ben cava le dégouter ! Vous souvenez-vous de votre première clope où vous avez tiré dessus ? Et ben moi ça m’a fait tourner la tête et laissé un gout et une odeur proche d’un cadavre qui dépéri depuis 1 an dans une cave… Comment peut-on encore penser que la vape amène au tabagisme. Le tabagisme amène à la vape, mais ce n’est en aucun cas réciproque 😉

    • Tony Fiant

      Intéressant ton témoignage, il est rare et surtout instructif car mettant bien en lumière l’écart de goût entre n’importe quel liquide et une clope même si j’avoue ne pas avoir testé le cadavre dans la cave pendant un an… tu peux l’enlever, le test est terminé 🙂

      C’est l’effet inverse du désarroi (provisoire heureusement) du vapoteur débutant qui croit trouver un liquide qui aura le même goût que son ex (je parle de sa clope). Cette petite déception pour certains est en fait une véritable aubaine pour couper le cordon.

      De temps en temps, je m’amuse à allumer une clope pour quelqu’un. Et bien, plus le temps passe plus je trouve que la clope a le goût d’un rat écrasé depuis 3 mois sous la pluie.

      Par contre, pourquoi as-tu choisis la nicotine : pour le hit ?

      Je vous laisse, je vais enlever le rat 🙂

    • Agnes Antoniewski

      C’est vrai qu’il est rare ton témoignage mais il me ramène à une discussion que j’avais dernièrement avec mes deux ados ! Je leur avouais (mais comme je leur ai toujours dit) à quel point ma première clope avait été un essai affreux : j’ai même fait la totale avec envie de vomir mes tripes, blanche pendant 3 heures à me cacher dans les toilettes de filles (on repasse alors pour les odeurs !). Mais ça ne m’a pas empêcher de retenter ensuite… Pour être dans le vent, me rapprocher des groupes de fumeurs car en + j’avais presque 17 ans, limite un peu vieille pour commencer et pas se sentir ringarde face à mes camarades.
      Sans doute qu’à l’époque, si cela avait été la mode de tirer sur une vaporette, je l’aurais fait avec autant de conviction et j’aurais tellement plus apprécié !
      Le souci, c’est cet âge adolescent où l’on teste, on se démarque, on brave les interdits, on joue au vieil adulte et du coup, comme me disait Tom (mon fils), clope tabac ou clope électronique, même expérience. Et lui de rajouter “malheureusement, c’est presque plus simple d’actionner un briquer au bout d’une clope que d’avoir une e-cig”… Pfou dur dur !
      Alors quelque part, et mince j’suis limite défaitiste ce soir, Big Tobacco sait tout ça et compte là-dessus ! Et p’t-être qu’il se marre, le Gros Machin à l’haleine de chacal ! Un coup de pub détourné, contre-contre-productif !

    • Draeyo

      Pourquoi ne pas vaper en no ? Que la vape soit agréable, soit, mais pourquoi se créer une dépendance à la nicotine alors que 90% des liquides sont disponibles en no ?
      Je ne te juge pas mais j’ai du mal à comprendre.

      • Tony Fiant

        Pretty n’a pas répondu à cette question déjà posée.
        Hormis le hit, je ne vois pas… mais le hit est il nécessaire lorsque l’on a jamais fumé ?
        Après tout, c’est surtout un effet collatéral cette contraction, rien à voir avec le goût quoique certains affirment que la nicotine est un exhausteur de goût.
        Possible.
        Pretty ?

  • Jacques Le Houezec