Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » La vape sauvera la télé réalité, on vous explique comment (la troisième va vous étonner, mais les autres vont vous laisser parfaitement indifférent)

La vape sauvera la télé réalité, on vous explique comment (la troisième va vous étonner, mais les autres vont vous laisser parfaitement indifférent)

    Annonce

La télé réalité est en berne. Ce genre de programmes, jadis si rentable, ne trouve plus les faveurs du public, qui en demande toujours plus, tout en respectant les codes. Heureusement, le Vaping Post est là pour sauver ce fleuron de la culture. Il suffit de faire une émission avec des vapoteurs.

La télé réalité, flambeau culturel d’une génération sacrifiée sur l’autel du consumérisme et prétexte fallacieux à un intertitre beaucoup trop long

Qui ne se rappelle pas des premières émissions de télé réalité, que l’on assassinait lors des conversation entre amis mais que l’on regardait en douce avec un paquet de pop-corn sorti du micro-ondes ? Enfin, je dis « on », mais je parle pour vous, évidemment.

Hélas, cet étendard de la culture populaire est en berne, et ce concept d’émission ne fait plus florès. Ultimes survivants des heures héroïques, quelques bas de plafonds enfermés dans la caricature régionaliste que l’on envoie se ridiculiser un peu partout dans le monde.

Certes, la télé réalité est toujours là, mais déguisée, usant et abusant de prétextes parfois fallacieux et pseudo-culturels. Souvent, on fait cuisiner les candidats, ce qui aggrave son cas. En plus d’être accusée d’abrutir son public et de lui donner à voir une version erronée de la vie, voilà que la télé-réalité fait grossir.

Mais les producteurs soupirent après leurs chiffres d’antan, quand il suffisait d’enfermer des candidats quelque part et de filmer pour devenir riche. Il suffisait de disposer dans le local un nombre de lits inférieur à celui des occupants. Ah, et une piscine.

Fort heureusement, le Vaping Post a ce qu’il faut pour sauver redresser la barre et redonner aux fans hardcore de ce programme ce qu’il leur faut en sensations fortes. Nous avons des vapoteurs.

(Note : l’ensemble de la rédaction du Vaping Post s’associe à moi pour signaler que l’idée originale vient d’Alistair, qu’il en est seul responsable, que j’écris sous sa dictée et sous la menace d’une arme, et que les autres sont obligés aussi. Sauvez nous, il menace de nous faire vaper du Red Astaire, appelez les secours, le GIGN, qui vous voulez, mais vite.)

Et soudain surgit face au vent le vrai vapoteur de tous les temps

La prochaine émission de télé réalité qui fera scandale sera exclusivement peuplée de vapoteurs ou ne sera pas. Il faut dire que la communauté des fans hardcore de la vape (j’ai parié que je placerai le mot hardcore trois fois dans l’article, c’est la deuxième, par contre, la troisième va être coton à… Ah, ben non, en fait, j’ai gagné) est dotée d’assez de qualités (on parle de la communauté des fans hardcore de la vape, là, c’est vrai qu’on perd vite le fil avec toutes ces parenthèses, et de quatre au fait) pour satisfaire aux exigences du public le plus exigeant.

Et quand on parle de public exigeant, ici, ce n’est pas au sens que Télérama lui donne.

Les vapoteurs, taillés pour la télé-réalité

Si l’on se penche objectivement sur les qualités des vapoteurs pour la télé réalité la liste n’est pas très longue. Mais c’est bien normal : il faut des listes courtes, pour que les candidats puissent les retenir. C’est beaucoup d’efforts, pour eux, vous savez ? Et puis, ce n’est pas la taille qui compte, mais l’efficacité. Et là, c’est un festival.

Première qualité : Les vapoteurs ont le sens du drame.

Et oui. Ce sont même des spécialistes du sujet. Il suffit d’aller voir sur You Tube, il y a des chaînes de vape entièrement dédiées à l’insulte et la critique gratuite et systématique de tout et tous. On ne citera pas de noms, hein, mais suivez notre regard. Et ça accroche, la preuve : les vidéos de drama sont quatre fois plus vues, en moyenne, que les vidéos de revues « normales ».

Prenez les vapoteurs pour la télé-réalité. En plus de vous apporter des experts, on vous apporte un public.

Deuxième qualité : Les vapoteurs ne sont jamais d’accord

En fait, ç’aurait pu être la première qualité, tant celle-ci est souvent le déclencheur de la seconde. Regardez n’importe quel post sur les réseaux sociaux ou un débutant pose une question du type “Je fume X cigarettes par jour, je voudrais arrêter et me mettre à la vape, mais je ne sais pas quel matériel choisir”. Aussitôt, tout un banc d’experts autoproclamés vont rappliquer et se déchirer, parce qu’aucun ne sera d’accord avec les autres mais tous seront persuadés de détenir LA vérité.

La recette est invariable : les trois premiers posent leur message, puis l’un s’en prend à l’autre qui n’a pas dit la même chose que lui, le troisième ramène sa fraise, les autres viennent surenchérir à grands coups de « MOI JE », les premières insultes sont proférées aux alentours du quinzième message, les menaces de mort au vingtième, et le point Godwin est atteint généralement avant le cinquantième.

Imaginez ces gens enfermés cinq semaines ensemble dans un salon. Demandez à La Voix de poser une question. Laissez traîner quelques objets contondants. C’est prêt.

Troisième qualité : Les vapoteurs ont une identité forte

Si vous avez déjà traîné une oreille à la sortie d’une école… Non, attendez, je viens de relire la phrase, et il faut vraiment que je clarifie : il n’est pas question ici de vous inciter à faire la sortie des écoles. Et surtout, ne laissez traîner rien d’autre que vos oreilles. Reprenons.

Si vous écoutez les jeunes parler, vous vous rendrez vite compte qu’ils s’approprient des expressions entendues à la télévision. Ceci, pour se distinguer du langage commun et marquer leur appartenance à un groupe. Ceci permet d’ailleurs à l’animateur du programme télé en question de compter ses ouailles, un peu comme le berger fait tatouer l’oreille de ses moutons. Bref.

Et il se trouve que le vocabulaire de la vape est riche en expressions particulières. Ainsi, les jeunes suivront assidûment le programme afin de s’accaparer le vocabulaire et de le restituer à leur manière à la sortie du collège “Yo, man, ça coile ? Ce matin j’étais trop dans les clouds. Allez, je vais monter le wattage pour le contrôle de maths. Bonne vape !”.

En plus, si on arrive à faire réciter aux élèves la loi de Ohm, le programme pourrait même obtenir une subvention du Ministère de l’éducation nationale. Ce serait une première.

Elle est pas bonne, cette idée ?

Alors, les vapoteurs sauveront ils la télé réalité ? Certainement. Et la télé-réalité, sauvera-t-elle la vape ? Carrément ! Si, si, je vous jure : regardez, objectivement, ça fait des années que la télé réalité pourrit le cerveau des jeunes, preuves à l’appui, autant de temps que plein de gens réclament son interdiction, et elle continue de plus belle.

Alors que la vape sauve des vies, preuves à l’appui aussi, et elle a subi plus de contraintes, d’attaques et de restrictions que les opposants les plus farouches à la télé-réalité ne pourront jamais en rêver pour leur bête noire.

La vape doit donc trouver refuge dans la télé-réalité. C’est là que se trouve le totem d’immunité.

La rédaction tient vraiment à rappeler que cet article est une idée d’Alistair. Bon, il arrive, le GIGN ?
 

Annonce