Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » La vape et les sous-entendus

La vape et les sous-entendus

    Annonce

La vie d’un conseiller vape en boutique est difficile. Ça a l’air d’être le pied, comme ça, mais en fait, c’est vraiment dur. Quasi-impossible, en effet, de conserver son sérieux.

Prendre son pied

Quand on y réfléchit, la vie d’un conseiller vape en boutique, c’est le pied. Vraiment.
Considérez ceci : on travaille dans la vape, qui est une activité qui nous passionne. Nous aidons les gens à arrêter de fumer, nous changeons leur vie pour le mieux sans tambours ni trompettes, comme un héros ou une héroïne discret du quotidien.

Vous pensez que j’exagère ? Attendez, il y en a qui ont besoin de dragons pour libérer quelques esclaves, nous, un set up MTL et un liquide suffisamment nicotiné suffit. Pas besoin de brûler des armées et quelques villes.

Il y a l’environnement plaisant de boutiques souvent récentes et à la décoration soignée. Les collègues sympathiques et tout aussi passionnés que vous. Et puis il y a les les tarifs collaborateur.

Il y a surtout le fait que l’ambiance de travail est plus décontractée et souriante, et qu’on peut se permettre de plaisanter avec les clients. Voire même de rire.

Entendu dessous

Parce que, vous avez remarqué le nombre impressionnant de sous-entendus sexuels que comporte notre domaine d’activité ? Surtout quand les gens utilisent un vocabulaire inadéquat.

Tenez, cette cliente qui entre dans la boutique, l’autre jour, et qui lance à mon collègue « vous pouvez me la mettre ? ». Que diantre, Madame, calmez-vous, allez prendre une douche froide, vous vous adressez à un homme marié et un honorable père de famille.

Elle parlait bien évidemment de la résistance de l’atomiseur qu’elle avait posé sur le comptoir. Il faut dire que, chez cette habituée, venir faire changer sa résistance en boutique était une habitude et un des menus services que nous rendons volontiers. Et, à la décharge de cette dame, ce n’est pas la seule.

Pourtant, une explication simple permet d’éviter ce genre de sous-entendus indécents. « Je vais vous montrer. Vous lubrifiez bien, vous faites pénétrer, quelques p’tites gouttes au bout, remplissez et faites bien attention qu’il n’ai pas de remontées de jus, sinon vous risquez d’en avaler ». Ça va de suite mieux sans sous-entendu sexuel.

Quoi ? Pourquoi vous rigolez ? Bon, je vous sens énervés, allez prendre une douche froide puis revenez, je ne bouge pas, j’attends.

Mais les clients ont aussi leur langage bien à eux, nous en avions déjà parlé. Ainsi, cette cliente qui entre dans la boutique très régulièrement et déclare sans ambages « je viens prendre ma petite cartouche ».

Les clients ne sont pas les seuls à parfois déraper. Comme le collègue qui explique l’usage d’un ato MTL : « Vous mettez en bouche et ensuite vous avalez ».

Notez, il paraît que le sexe, ce sont ceux qui en parlent le plus qui en font le moins. Et après une journée en boutique de vape, je comprends pourquoi la plupart des vendeurs que je connais aiment à ce point les jeux vidéo : ça occupe bien les longues soirées.

L’auteur remercie l’Ecovap’team pour sa participation enthousiaste. En même temps, dès qu’il s’agit de ce sujet, ce sont jamais les derniers.

Annonce

Les commentaires sont fermés.