Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » E-cigarette chez les jeunes : Une association enquête en milieu scolaire
    Annonce

Une enquête sur l’usage de la cigarette électronique et du tabac en milieu scolaire a été réalisée de mars à juin 2014 en France, auprès de plus de 3 000 collégiens, lycéens et étudiants en CAP et en BTS. Elle est à l’initiative de la Fondation du Souffle contre les maladies respiratoires, qui a cherché à déterminer la fréquence de l’expérimentation du vaporisateur et essayer de repérer un éventuel effet d’incitation de ce dispositif au tabagisme.

Pas d’arguments pour affirmer que le vapotage soit, à l’heure actuelle, un mode d’entrée fréquent dans l’addiction à la nicotine

Une récente enquête montre que l'expérimentation de l'e-cigarette chez les jeunes concerne souvent des fumeurs.

Une récente enquête montre que l’expérimentation de l’e-cigarette chez les jeunes concerne souvent des fumeurs.

56% des jeunes interrogés ont affirmé avoir essayé au moins une fois la cigarette électronique, et un peu plus d’un tiers ont déclaré déjà avoir vapoté à plusieurs reprises.

Nous apprenons également d’après les résultats de cette enquête que la prévalence est un peu plus importante chez les garçons que chez les filles. Tout sexe confondu, ils sont approximativement 3 sur 4 à expliquer avoir testé l’e-cigarette par curiosité, et presque 1 élève sur 5 a raconté qu’il avait vapoté dans le but de diminuer sa consommation tabagique ou parvenir à l’arrêter totalement.

Près de 8 jeunes vapoteurs sur 10 ont choisi un arôme aux fruits ou aux produits sucrés et seulement 16 % des expérimentations concernent ceux qui n’ont jamais fumé par le passé. C’est le point essentiel à retenir de cette enquête de la Fondation du Souffle contre les maladies respiratoires. Les auteurs de ce travail ont conclu que “l’expérimentation du tabac est presque toujours antérieure à celle de la cigarette électronique” et que l’usage du vaporisateur “avec nicotine est l’apanage presque exclusif des fumeurs.”


Source : Lesouffle.org (PDF)

Review Author:Review Date:
  • Titan

    Ce que dit l’article en conclusion était facile à prévoir. Il est bien évident (en tt cas pour ce qui me concerne) que je préfère voir mon gamin se balader avec une vaporette plutôt qu’avec une MBO, y’a pas photo. Sachant bien entendu que rien à la main serait parfait. Mais soyons lucides et objectifs, leur interdire l’usage du VP est une monumentale connerie! La ministre parviendrait à verbaliser légalement un gamin pris avec un méca et un Taïfun de 3ml devenus subitement “illégaux”, et laissera aller le mm gamin avec une clope? Elle a des neurones qui dorment à la belle étoile, la MST!
    En qualité de Ministre de la Santé (quand-même …s’cusez du peu!), elle s’est contentée de mentir aux caméras (donc au peuple français) simplement parce qu’elle est “intéressée” par la disparition du VP. Elle s’est prise une première méga baffe avec ses Niquitin invendus (une étude parle de 47% de chute de vente), et une deuxième quand cette même étude a en corollaire abordé l’efficacité de ses patchs qui n’ont jamais dépassé 5% auprès des fumeurs de tabac. De plus, les “conseils” reçus de BT et BP, l’obligent à rendre des comptes et à l’obtention de résultat. et pour le moment, elle a vendu la peau d’un ours qui n’existe pas.
    Et plutôt que de tenter d’éduquer le peuple en parlant “d’exemplarité”, elle ferait mieux de s’occuper de l’éducation de sa descendance, elle a du boulot!
    Quand on pense qu’elle est ministre …! Elle aura réussi à faire pire que Fabius, et lui … c’était déjà un morceau (j’ai failli dire: bon sang!).
    Pôôôvre France!

    • haillade gérard

      j’ai lu lu qu’elle était ‘membre de pression’ d’un comité financé par l’industrie cigaretière:

      • Titan

        Non, pas cigarettière … Pharmaceutique. En 2009, MST appartenait au Club Avenir de la santé, un groupe de pression financé par
        GlaxoSmithKline, (connu sous le sigle GSK) une entreprise britannique, numéro 7 de l’industrie pharmaceutique mondiale. GlaxoSmithKline Santé Grand Public en France est n° 2 en santé bucco-dentaire et propose plus de 30 marques de médicaments d’automédication, parmi lesquels le NIQUITIN.