Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » De la vape caniculaire et autres considérations gastronomiques

De la vape caniculaire et autres considérations gastronomiques

    Annonce

Les fabricants d’e-liquides sont ils en train de reproduire les erreurs que d’autres ont fait avant eux ? On est en droit de se poser la question lorsqu’on entend et constate le comportement des vapoteurs tandis que notre naine jaune, amicalement baptisée soleil, brille de milles feux.

Etoile de type Naine jaune de masse 1,9891 × 1030 kg située à 26100 années lumières de Sagittarius A, son centre galactique, et se trouvant dans le bras d’Orion. Mais restons simple, appelez-la Soleil.

Politiquement correct

Rholala, j’en vois déjà qui s’étouffent dès le chapeau. Mais pourtant, la vérité est là : le soleil est une naine jaune. Nous sommes en orbite autour d’une petite étoile sans rien de particulier. Comparé à d’autres astres, on peut même le qualifier, comme le faisait Douglas Adams, de “petite étoile jaunâtre et minable”.

Ce qui est particulier, c’est le comportement des seules formes de vies intelligentes et civilisées connues à ce jour qui vivent dans son système planétaire. Surtout celles qui vapotent.

Vous, je sais pas, mais moi, je suis toujours étonné de voir un vapoteur qui me dit “Ben l’hiver, j’adore vapoter ce liquide, mais l’été, je vape plutôt celui-là”. Ça me donne envie d’écrire au fabricant, sur le thème “scuzez-moi, les gars mais il semble qu’il y a un problème avec votre jus, il supporte mal le soleil”.

Parce que la vape est en train de reproduire une erreur classique, et dramatique. Regardez les fabricants de fromage à raclette, ils ont commis la même, et maintenant, leur marché est limité à un créneau météorologique très limité.

On m’objectera que c’est idiot, comme remarque, que la raclette, c’est un plat lourd, et qu’en saison estivale, on a envie de choses fraîches et légères. Je vous rétorquerai que, déjà, je ne vous permet pas de me traiter d’idiot, et qu’ensuite, quiconque s’est déjà fait un couscous à midi et un méchoui le soir, avec des loukoums au dessert, aux portes du Sahara, avec un cuistot de Ouarzazate qui vous raconte le tournage de Gladiator, s’est sans doute fait la réflexion qu’une raclette par cinquante degrés, ça passerait crème.

Non, le problème de la raclette, ce n’est pas le gras du fromage, la lourdeur de la charcuterie ou la densité de la patate, non, le problème de la raclette, c’est l’appareil qui chauffe avec tout le monde assis autour en attendant que le fromage fonde. En plein été, sur la terrasse, ça fait deux sources de chaleur : le soleil et l’appareil à raclette.

Pourtant, celui-ci chauffe moins qu’un barbecue. Mais les fabricants de ce dernier ont eu l’intelligence d’envoyer leurs clients au loin faire autre chose pendant la cuisson des merguez. C’était un coup de maître. Les fabricants de raclette ont axé tout le côté ludique sur la vision du fromage en train de fondre, ce qui est, il faut le dire, un spectacle dont on se lasse vite.

Euh, Guillaume, tu as l’intention de parler de vape ?

Oui, oui, j’y viens. D’ailleurs, sachant que la vape à la raclette existe, c’est déjà ce que j’étais en train de faire, mais comme vous n’êtes pas attentifs, vous ne l’aurez pas noté. Moi, de mauvaise foi ? Vous me faites de la peine.

Le problème du changement de vape l’été et l’hiver est très mystérieux. Il n’y a pas de raisons comme par exemple la saisonnalité. Franchement, dire “je ne vape pas de tomates parce que ce n’est pas la saison”, c’est un peu curieux. Qui vaperait de la tomate, pour commencer ?

Que l’on ne se vête pas de la même manière l’hiver que l’été passe encore. Un certain conformisme social fait que slalomer entre les serviettes sur la plage dans sa doudoune doublée de fourrure vous fera considérer d’un œil suspicieux par le pékin moyen. Mais que vous vapiez un gourmand à base de café et de fruits secs sur une vanille crémeuse, plutôt qu’un citron givré, personne ne vous dira rien.

Ou alors, c’est une question de principe, mais dans ce cas, allez jusqu’au bout de votre logique, et arrêtez d’acheter des churros au vendeur sur la plage ou de manger des glaces à la vanille.

Et puis cet argument “Oui, mais un frais fruité, l’été, ça rafraîchis”, plus fallacieux, il n’y a pas. Les arômes n’y sont pour rien si vous avez soif, c’est le PG qui en est responsable. Que votre liquide soit au citron ou au caramel n’y fait rien. Surtout, il faudra qu’on m’explique pourquoi certains vapent des fruités frais aussi bien l’été que l’hiver. Ils sont insensibles aux éléments ? Ils ont été élevés par des manchots sur le Plateau de l’Ouest Antarctique ?

La conclusion de tout ceci est simple : alors que vous lisez cet article en pleine canicule, dans l’espoir d’un bon mot qui vous arracherait un petit sourire et un vent de fraîcheur, je vous assomme avec une raclette bien grasse.

Cet article d’humour ne sera peut-être pas chaleureusement accueilli. Il risque même de jeter un froid. De rien.

Annonce