Vous êtes ici : Vaping Post » Tabagisme » Confinement en France : augmentation du nombre de fumeurs chez les plus défavorisés

Confinement en France : augmentation du nombre de fumeurs chez les plus défavorisés

    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Innokin
  • Vaporesso
  • Point de vape
  • Geekvape
  • Jwei Eleaf

Alors que le taux de tabagisme serait resté globalement stable entre 2019 et 2020, l’écart semble continuer de se creuser parmi les différentes classes sociales.

Près de 20 % de fumeurs en plus chez les plus pauvres

Pour une grande partie de la population mondiale, la crise sanitaire due à l’épidémie de COVID-19 est source de stress. Pourtant, si l’on en croit les dernières données du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé Publique France, le nombre de fumeurs dans le pays n’aurait pas significativement augmenté au cours de cette période, sauf pour le tiers de la population dont les revenus sont les moins élevés. Les données de l’étude (1) proviennent d’une enquête téléphonique aléatoire conduite par Santé Publique France, menée entre janvier et mars 2020, avant le premier confinement, puis juin et juillet 2020, une fois les restrictions levées. Celle-ci s’est portée sur un échantillon comprenant 14 873 personnes.

Les premiers résultats communiqués par cette enquête concernent l’évolution du tabagisme en France entre les années 2019 et 2020. Pour ces deux périodes, le taux de fumeurs serait passé de 24 % à 25,5 %, soit une variation de la prévalence du tabagisme jugée non significative. En revanche, un écart auparavant déjà observé semble se confirmer dans les résultats suivants puisque le taux de fumeurs atteindrait 35,8 % chez les individus n’ayant aucun diplôme, et tomberait à « seulement » 17,3 % chez les titulaires d’un diplôme supérieur au bac.

Une tendance similaire est observée sur le graphique suivant, qui compare le nombre de fumeurs dans la population française en fonction des revenus. Alors que le taux de tabagisme serait passé de 29,8 % à 33,3 % parmi les personnes dont le revenu correspond au tercile le plus bas, il ne serait que de 18 % pour le tercile le plus élevé.

De son côté, la cigarette électronique semble continuer de séduire de plus en plus de fumeurs puisqu’ils étaient 34,4 % à l’avoir essayée en 2019 contre 37,4 % en 2020. En revanche, la prévalence du vapotage quotidien serait restée stable, aux alentours de 4,3 %. Une stabilité qui démontre que si de plus en plus de fumeurs essaient le vaporisateur personnel, peu semblent choisir de l’adopter.

La cigarette, parmi les « rares plaisirs » des plus défavorisés

Voilà plusieurs années que nous n’avions pas observé d’augmentation nette du taux de tabagisme pour une classe particulière de la population. Cependant, pour Fabienne El-Khoury, chercheuse en épidémiologie sociale à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) et à Sorbonne-Université, qui s’adresse au journal Le Monde, ce résultat n’a rien d’étonnant.

De par leurs conditions de vie, les personnes défavorisées font face à une absence de projection à long terme : elles peuvent se demander si elles vont être payées le mois prochain. C’est généralement lié à un déni de risque. Le tabac est alors perçu comme un des rares plaisirs : on ne peut pas se payer des vacances à Tahiti, mais un paquet de cigarettes, oui, bien qu’il soit toujours plus cher.Fabienne El-Khoury

Pour l’experte, des « interventions ciblées » sont nécessaires pour réduire cet écart persistant entre certaines tranches de la population française. Elle note par exemple que si le gouvernement a entamé une démarche positive en remboursant en grande partie certains substituts nicotiniques, ce remboursement n’est toujours que de 65 %, le reste à charge continuant de représenter un budget souvent trop élevé pour les classes les plus précaires.

Elle note également que la cigarette électronique peut être un bon substitut, mais que celle-ci représente un investissement initial de 50 € à 70 €, parfois davantage, et ensuite un budget mensuel « comparable à celui des cigarettes traditionnelles ».

Une situation qui ne devrait malheureusement pas changer à l’avenir puisque l’Europe ne cesse de parler d’une augmentation des taxes sur les produits du vapotage


(1) Pasquereau A, Andler R, Guignard R, Soullier N, Gautier A, Richard JB, Nguyen-Thanh V. Consommation de tabac parmi les adultes en 2020 : résultats du Baromètre de Santé publique France. Bull Epidémiol Hebd. 2021;(8):132-9. http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2021/8/2021_8_1.html

Le reste de l’actualité en France

Gendarmerie et police face au CBD

  • Publié le 28/10/2021

Quelle est l’attitude des forces de l’ordre face au CBD en France ? En cas de contrôle par la police ou la gendarmerie, que risque un possesseur de CBD ?

Interview : Nathalie Fichaux, directrice d’InterChanvre

  • Publié le 27/10/2021

Créée en 2003, InterChanvre regroupe 1 414 producteurs, 140 salariés et 6 chanvrières pour 16 400 ha cultivés.

Interview : Pierre-Yves Normand, pionnier du chanvre depuis 2001

  • Publié le 25/10/2021

Cet amoureux de la plante milite depuis une vingtaine d’années pour la reconquête du chanvre via de multiples applications, dont le CBD.

Annonce

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.