Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » Cet article est armé et dangereux

Cet article est armé et dangereux

    Annonce

Encore une nouvelle incongrue, de celles dont on ne sait pas quoi faire et qu’on glisse, tel des peaux de bananes, à l’article du vendredi ? Oui. Ca s’appelle une tradition. Ou une constante. Ou un fond de commerce.

Scène de vie à la rédaction du Vaping Post

Grâce à une savante combinaison de mot clefs et d’outils de recherche à la pointe de la technologie, rien ne peut échapper à l’attention des limiers du Vaping Post. Et, souvent, on entend brailler depuis le préposé à la veille « étude ! », « politique ! », « FDA ! », etc. Selon les sujets.

Parfois, une nouvelle surprenante pope sur l’écran, une actualité dont on ne sait pas trop quoi faire, si incongrue que les journalistes les plus expérimentés y perdent, non seulement leur latin, mais aussi leur grec et toutes leurs langues mortes, mais si extraordinaire qu’on se refuse à la laisser passer. Alors, tous en chœur, dans un réflexe magnifique et unanime, la rédaction entière beugle à plein poumons « VENDREDIIIIIIIII ! ».

C’est ainsi convoqué que je me retrouvais face au rédac’chef, qui me tint à peu près ce langage : « tiens, on a un truc, c’est pile dans tes cordes. Et on peut dire que ça va littéralement faire un carton ».

Ce martin, un lapin s’est fait un café

La nouvelle en question est, il faut le dire, surprenante. Les buralistes auront le droit de vendre des cartouches au premier janvier 2024.

Non, non, pas des cartouches, des cartouches. Évidemment, ils avaient auparavant le droit de vendre des cartouches de cigarettes, en un paquet de dix paquets de vingt, mais là, il s’agit de cartouches de chasse, en un paquet de une boite de dix. Ou pas, je n’ai absolument aucune idée de combien de cartouches il y a dans une boîte.

C’est difficile de se faire une idée, par exemple, si on regarde un film avec Stallone, Chuck Norris ou Schwarzenegger, on aura l’impression que dans une boite de dix centimètres sur dix, il y a environ trois millions de balles, assez pour défricher tout un pan de jungle, si vous avez reconnu le film dont il est question, indiquez le en commentaire. Mais dans la réalité du monde véritable, avec les règles de la physique et tout, il semble qu’il y en ait moins.

Du coup, vous me pardonnerez mon approximation, mais je n’ai absolument aucune envie d’aller dire à Chuck Norris qu’il exagère. J’ai l’intention de vivre vieux. 

Donc, peut être qu’il y a vingt cartouches dans une boite, et qu’ils pourront les vendre en cartouches de dix boites de vingt. Il deviendra alors indispensable au client de préciser si il veut une cartouche de cigarettes ou une cartouche de cartouches. Parce que, si à la place de son tabac habituel, il achète par inadvertance une cartouche de calibre 50, et que, grand distrait devant l’Éternel, il s’en colle une au coin de la bouche et l’allume, il va s’y retrouver vite fait, devant l’Éternel, justement.

On a chassé tous les armuriers

Pris d’un doute, et après vérification, il semble que le calibre 50 soit très, très gros. Une balle serait capable d’arrêter une voiture (notez, ça n’a rien d’exceptionnel. On peut arrêter une voiture juste avec une main. Il suffit de la lever à une station de taxi). Du coup, est-ce qu’on s’en sert pour la chasse ? Une ride de doute barre soudain mon front habituellement lisse.

Quoique, avec toutes les carcasses de bagnoles que l’on retrouve régulièrement abandonnées en pleine nature, d’ici à ce qu’un lapin apprenne à conduire, il n’y a qu’un pas.

Bon, il y a bien sur une explication à tout cela. Les buralistes auront le droit de vendre des cartouches parce que les armuriers se raréfient, et que les chasseurs doivent parcourir de plus en plus de distance pour aller acheter leurs munitions. Le bureau de tabac pourra donc être redistributeur de l’armurier le plus proche géographiquement parlant.

Géographiquement parlant, par la route, surtout, pas à vol d’oiseau. Parce que si vous suivez un oiseau et qu’il se fait descendre en route par un chasseur, vous serez paumé, après, c’est pénible. Tandis que si vous êtes sur la route et que vous tentez de suivre un oiseau, vous aurez vite fait des soucis, à moins qu’il ne se fasse descendre par un chasseur. 

Les buralistes pourront vendre les munitions, d’ailleurs, mais pas les armes. Parce que la détention d’armes, c’est sévère. Sans logique particulière, quand on y pense : techniquement, il est plus difficile d’acheter une arme pour faire des trous dans des cibles en carton dans un stand de tir que pour faire des trous dans les sangliers en forêt. Alors qu’il y a généralement plus de gens qui se promènent autour des arbres dans les forêts que autour des cibles dans les stands de tir.

Le rapport avec la vape ? Lointain. Mais si vous êtes vapoteur, et que vous avez l’impression que les pouvoirs publics font tout pour vous compliquer la vie, essayez d’acheter une arme, ça vous aidera à relativiser.

Bon. Que disais je déjà ? Ah, oui : les buralistes vont pouvoir vendre des cartouches de chasse. Je n’ai rien de particulier à dire sur ce sujet.

Les commentaires sont fermés.