Vous êtes ici : Vaping Post » Santé » Australie : des chercheurs appellent à un assouplissement de la réglementation de la vape

Australie : des chercheurs appellent à un assouplissement de la réglementation de la vape

    Annonce

Plusieurs chercheurs australiens et néo-zélandais ont récemment publié une étude afin d’étudier l’impact qu’aurait un assouplissement de la législation concernant la vape en Australie. La conclusion est sans appel : rendre le vaping plus facilement accessible serait profitable à la santé publique.

19 jours de bonne santé supplémentaires

Tandis que certains pays tels que le Royaume-Uni ont depuis longtemps choisi de promouvoir la vape, d’autres se montrent beaucoup plus timides à ce sujet, voire complètement fermés. C’est notamment le cas de l’Australie qui, depuis toujours, présente le vaporisateur personnel comme n’étant pas « une alternative socialement acceptable » au tabagisme, à cause de la nicotine contenue dans certains liquides, substance désignée comme étant « extrêmement addictive ». Ainsi, à l’heure actuelle, la loi australienne interdit tout simplement à quiconque n’ayant pas d’ordonnance médicale, d’acheter, de posséder, ou d’utiliser des e-liquides nicotinés.

Pourtant, selon une étude [1] récemment publiée dans la revue médicale Epidemiology, « un environnement plus permissif en matière de vapotage nicotiné permettrait un gain net en matière de santé publique » ainsi qu’une « économie des coûts de santé » du pays.

L’étude

La recherche a été menée par différents scientifiques australiens et néo-zélandais en s’appuyant sur les données disponibles de la Nouvelle-Zélande plutôt que sur celles de l’Australie, car « plus facilement accessibles » expliquent-ils.

Les chercheurs indiquent avoir utilisé « un modèle de table » prenant en compte 16 maladies liées à la consommation de tabac afin de simuler l’amélioration de la qualité de vie et les coûts de santé qui y sont liés, dans le cadre d’une législation plus permissive en matière de vapotage nicotiné. Ils expliquent également avoir incorporé à leurs calculs, les potentielles transitions des fumeurs, non-fumeurs, et anciens fumeurs, au vapotage, tout en prenant en compte « le risque relatif d’apparition de maladies pour la vape par rapport au tabagisme », à l’aide de la littérature déjà disponible à ce sujet.

La conclusion

Les scientifiques indiquent ainsi, dans leur conclusion :

« Par rapport à la poursuite des tendances de base des taux d’adoption et d’abandon du tabagisme et de l’usage de la nicotine vaporisée négligeable, nous prévoyons que la libéralisation du marché pour ces produits permettra de gagner 236 000 QALYs (…) et d’économiser 2,5 milliards de dollars ».

Que signifie QALYs ?

« Littéralement, un “Quality ajusted life year” (QALY) est une année de vie en bonne santé. “Cet indicateur a été inventé par les Canadiens pour mesurer ce qu’un traitement médical permet de faire gagner au patient en terme d’espérance et/ou de qualité de vie”, explique le Pr Lieven Annemans, professeur d’économie de la santé à l’Université de Gand.
Chaque nouveau traitement médical se voit attribuer un score en QALY. Exemples : un médicament qui prolonge l’espérance de vie de 10 ans en bonne santé vaut 10 QALY. S’il fait gagner 10 ans, mais avec une qualité de vie à moitié moins bonne, il vaut 5 QALY ».

Source : Novartis

Tony Blakely, professeur à l’Université de Melbourne et auteur principal de l’étude, a déclaré que ces résultats fournissent « des renseignements importants pour l’Australie » puisque les deux pays (N.D.L.R. : l’Australie et la Nouvelle-Zélande dont les données ont été utilisées) auraient des « taux de maladies et de tabagisme relativement semblables »

« La meilleure estimation néo-zélandaise du gain de santé équivaut à 19 jours de vie en bonne santé par personne vivante jusqu’à la fin de sa vie – une mesure que nous pouvons probablement transposer à la Tasmanie » a-t-il ajouté pour Medical Xpress.

Pour l’homme, cette étude indique qu’une « libéralisation prudente de l’accès aux e-cigarettes est la meilleure voie à suivre ».

Les conclusions en image

Source : University of Melbourne


[1] Frederieke S. Petrović-van der Deen et al. Potential country-level health and cost impacts of legalizing domestic sale of vaporized nicotine products, Epidemiology (2019). DOI: 10.1097/EDE.0000000000000975

Les derniers articles concernant des études scientifiques

Étude sur les substituts nicotiniques : la vape victorieuse par K.O

  • Publié le 31/01/2019

Une nouvelle étude démontre que la vape est deux fois plus efficaces que les autres substituts nicotiniques pour l’arrêt du tabac.

Etude : le nichrome en bon état, fil résistif le plus sain

  • Publié le 21/01/2019

Une étude sur les métaux des résistances Une nouvelle étude vient d’être publiée dans le Journal of Analytical and Applied Pyrolysis, officine consacrée à la publication d’articles traitant des applications …

Étude : réduire son taux de nicotine ne servirait à rien si l’on consomme plus d’e-liquide

  • Publié le 9/11/2018

Baisser trop rapidement son taux de nicotine serait inutile L’un des atouts offerts par la vape est la possibilité pour les vapoteurs de choisir la concentration en nicotine de leurs …

Annonce