Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Clearomiseurs » Test : Nautilus Mini – Aspire

Test : Nautilus Mini – Aspire

    Annonce

La guerre des clearomiseurs grand public continue entre Kangertech et Aspire. Ce dernier propose désormais une version mini de son fameux Nautilus. Nous l’avons testé pour vous.

Aspire décline son excellent Nautilus en mini

Les 5 parties qui composent le clearomiseur

Aspire Nautilus (grande version)

Lors de mes tests précédents de l’excellent Aspire ET-S BDC qui commencent à dater un peu et du toujours parfait Nautilus en chef de février 2014 je me demandais bien ce qu’Aspire pouvait attendre pour venir concurrencer directement l’Aerotank de Kangertech…. Et bien il semblerait que ce soit chose faite avec ce mini Nautilus que j’ai entre les mains depuis un moment maintenant.

Aspire est moins prolifique que Kangertech mais pas moins bonne. Elle a réussi à s’imposer en moins d’un an comme un challenger direct des meilleurs mondiaux. À ce jour, j’utilise toujours le Nautilus en complément plus pratique que mes reconstructibles tout en pestant comme beaucoup contre le prix et la longévité relativement courte des résistances maison.

Ce qui m’intéresse dans cette affaire de Mini, c’est qu’il dévoile une toute nouvelle résistance BVC pour bottom vertical coil. Cette BVC n’est plus en dual coil et elle n’est plus positionnée horizontalement mais verticalement. Enfin un constructeur qui fait du downsizing comme dans le monde automobile. On verra tout ça plus loin !

Le boitier du mini Nautilus

Le boitier du mini Nautilus

Bref, qu’en est-il de ce Nautilus Mini dont le qualificatif Mini ne se conçoit que vis-à-vis de son grand et gros frère le Nautilus 5 ml ?
Pour finir les généralités, je sais que dans très peu de temps, si ce n’est déjà fait, Aspire va commercialiser avec cet Aspire mini un kit complet, comme Kanger avec ses Emow. Une boite de cinq résistances, un chargeur et une batterie Aspire carbone que nous avons déjà eu la chance de tester ici.

On s’aperçoit donc que la concurrence est directe, frontale et intelligemment pensée du coté de chez Aspire et c’est toujours bon au final pour les consommateurs que nous sommes même si les prix ne sont pas encore tout à fait stabilisés.

Le même en plus petit avec un réglage d’air adapté

Les 5 parties qui composent le clearomiseur

Les 5 parties qui composent le clearomiseur

Au premier regard, et comme son grand frère, il se distingue clairement de la concurrence avec son espèce de cloche en verre et son design plus art déco qu’industriel. Vous remarquerez vite la présence d’une bague d’airflow qui a été finement adaptée à la taille plus réduite du clearomiseur par l’ajout de 2 surfaces crantées permettant une manipulation simple et rapide.

Toujours au premier regard, vous constaterez que le système utilisé est totalement identique au Nautilus avec le tank en verre, ce qui me fait de suite penser que les rares défauts que j’avais trouvé au Nautilus vont ici perdurer.
Pour le reste, et particulièrement en ce qui concerne la finition, on reste dans les standards du marché sans arriver encore à la qualité de fabrication de Kangertech ou de Joyetech.

L’embout 510 est quelconque et le réservoir en pyrex qui vient directement au contact du métal dans la bague du haut me font craindre le pire pour la durabilité de ce réservoir en pyrex. Même s’il est vrai que mon exemplaire est toujours intact au bout de 6 mois. D’aucun ont pu voir une amélioration de la finition et bien je ne dirais rien du tout car c’est exactement la même chose.

Pour rappel, la bague du bas qui intègre tout le système d’air est vraiment bien finie et le mécanisme de la bague de réglage, via des crans et des petits trous d’aération aux diamètres différents, est simplement bien pensée car elle ne se dérègle pas à l’usage.

J’ajoute de suite que l’on s’aperçoit très vite que le plot de connexion du Nautilus est indépendant du plot de la résistance laissant votre Mod ou votre batterie toujours propre, ce qui confère une plus grande longévité à vos connectiques. Et pour finir il y a toujours des striures sur la bague du bas qui viennent faciliter la manutention.
Venons-en à la partie la plus intéressante, cette nouvelle résistance : bien ou bien ?

Revue technique : contenance de 2 ml

A mon sens cette contenance prouve que ce mini ne vient pas concurrencer le mini Aerotank mais bien l’Aerotank lui-même, et il en va de même pour son diamètre.

Caractéristiques :

  • Contenance : 2 ml
  • Diamètre : 19 mm
  • Longueur : 69 mm
  • Pas de vis : 510
  • Poids : 40,5 g (10 gr de moins que le gros)
  • Drip-tip : métallique, démontable et interchangeable
  • Bottom-vertical-coil : système de 1 résistance et mèches (ultra courte) en bas et position verticale
  • Résistances : 1,5 et 1,8 ohms (fournies dans la boite)
  • Réservoir : en verre (Pyrex)
  • Accessoire : un cache pas de vis

Système d’arrivée d’air réglable en 4 positions de 0,9 à 1,8 mm (plus c’est gros plus il y a de l’air et plus il y a de vapeur et moins vous forcez pour aspirer).

Plot de connexion à la batterie sur ressort (ou amortisseur caoutchouc je ne sais pas trop mais ca marche).

Assemblage délicat mais remplissage facile

Le mini Nautilus ici entièrement monté

Le mini Nautilus ici entièrement monté

L’assemblage des 5 pièces est simple et sans aucune surprise, sauf à souligner que la jonction du réservoir en verre de 2 ml et de la cloche en acier du haut peut être à la longue problématique. En effet, vous verrez d’abord que le bruit du verre coulissant sur l’acier peut être très désagréable mais aussi dangereux pour le verre, je ne l’ai pas encore cassé mais il faut vraiment être délicat !

D’autre part on retrouve la même problématique que sur le gros. Il est parfois possible de serrer trop fort la base sur le très bon joint silicone. Il devient ainsi impossible de desserrer facilement la cloche en verre de cette base tant le joint fait étanchéité. C’est même encore plus compliqué ici du fait d’une prise moindre. Deux solutions : soit comme moi vous serrez très peu la base sur le joint, du moins jusqu’à la première résistance rencontrée – soit vous la mettez au frigo 5 minutes permettant au joint de se contracter un peu.

Prenez garde donc à ne pas trop serrer la base, ça ne fuit pas de toute façon !

Vous pourrez remarquer que la colonne d’air centrale est solidaire de la cloche du haut et vient donc se visser sur la résistance elle-même. Au-delà de créer une sorte de chambre de dépression relativement éloignée de l’arrivée du liquide qui se fait par 4 petits trous au bas de la résistance, cette technique de montage aboutit parfois à ce que vous dévissiez aussi la résistance elle-même. Mon conseil est qu’il faut à chaque remplissage que vous resserriez bien cette résistance sur la base elle-même à chaque remplissage.

Enfin cette nouvelle résistance BVC ?

La nouvelle résistance BVC ici à gauche

La nouvelle résistance BVC ici à gauche

D’abord elle est 100% compatible avec le Nautilus si vous en avez déjà un. Ensuite elle est donc verticale et single coil, ce qui à mon sens offre une vape bien différente du moins si vous avez les capacités à lui donner un peu plus de puissance que la BDC. Je m’explique.

Là où la résistance BDC pouvait très vite avoir un goût de brulé et bien la BVC ne s’en porte que mieux. Le passage d’air facilité et le fait qu’elle soit single coil change franchement les choses. En effet cette BVC mérite plus de puissance pour montrer ses vraies capacités et surtout des performances améliorées par rapport à la BDC ce qui est le comble entre nous mais très compréhensible du fait de sa position verticale. Mes sources étrangères m’affirment que cela est en partie dû au fait que le brin utilisé pour la résistance est en céramique, ce que je ne peux vous confirmer valablement pour l’heure.

Quoi qu’il en soit, j’aimais déjà beaucoup la BDC et bien je préfère encore la BVC et ce d’autant plus qu’elle est parfaite dans mon Nautilus 100%. Le rendu gustatif se situe entre mes anciens carto Bodge sans les soucis qui vont avec et mes coils coton sur mon Russian. Oui je confirme que cette résistance utilisée avec un mod à 10/11 watts donne une vapeur relativement dense avec quelque chose de plus humide, du moins d’encore plus aqueux.
Je suis convaincu !

L’inconvénient toujours constant de ces résistances consommables et que le prix de 2.5€ en moyenne n’est pas négligeable du tout et que leur longévité ne fera jamais des miracles. Pour ma part je ne vois pas de différence flagrante entre les deux à ce niveau-là.

Pour le reste, vous le savez désormais, le remplissage de ces clearomiseurs à résistance dans le fond se fait par le bas en dévissant la base, ce qui est pratique car on peut changer de résistance sans devoir jeter tout le liquide.

Mini mais rendement maxi sous réserve d’une puissance adéquate

Le mini Nautilus et le Kanger Aerotank tous deux montés sur des batteries Aspire Carbone

Le mini Nautilus et le Kanger Aerotank tous deux montés sur des batteries Aspire Carbone

Pour jouir de toutes les qualités de votre mini Nautilus il vous faudra choisir une bonne batterie ; il était clair que la cible du Nautilus était pour un usage sur Mods qui sont tous quasiment du même diamètre que le Nautilus (22mm). Avec ce mini les choses sont moins évidentes et amènent aussi une ambiguïté toute relative dans sa cible commerciale car à mon sens ce mini et surtout sa nouvelle résistance ne dévoilent leur potentiel qu’accompagnés d’une batterie/mod délivrant assez de puissance. A minima il vous faudra donc une batterie VV ou VW réglable.

Je l’ai testé sur une batterie Aspire carbone CF VV pour rester dans les conditions du futur kit Aspire, et j’ai été satisfait du rendu vers 4.2/4.4v ce qui bien évidement use plus vite votre batterie. Pour info mes réglages avec la BDC étaient plus de l’ordre de 3.8/4v. Mais ce mini et sa BVC m’ont offert une autre dimension quand je l’ai fait tourner sur des mods plus sérieux dont mon petit mod méca le Fury-S.

Je le disais pour le Nautilus et je re-signe ici, cet Aspire Nautilus Mini est proche en terme de sensations à mes reconstructibles ou du moins sa facilité d’emploi me le rend plus sympathique en usage quotidien. Adapté avec la batterie Aspire CF vous avez un kit moyen assez léger et très performant.

De gauche à droite : mini Nautilus, Nautilus, mini Aerotank, Aerotank.

De gauche à droite : mini Nautilus, Nautilus, mini Aerotank, Aerotank.

Si comme moi vous trouvez que les reconstructibles sont vraiment mieux, mais que vous pensez en silence que c’est quand même pénible à la longue de faire vos mèches, alors vous devez vous faire votre propre opinion en achetant ce mini Nautilus et cela confirmera à mes détracteurs que non je ne suis pas un pro Kangertech, mais seulement un utilisateur exigeant qui souhaite une chose simple : que mes clearomiseurs marchent bien et surtout de façon constante. Restera toujours le problème de la longévité réduite de ces résistances à 2.5 €. Faites donc comme moi, vapotez la journée la dessus et le soir sur un bon reconstructible !

Le seul bémol que je pourrais vous signaler et qui peut être rédhibitoire pour certains, sera que l’airflow est trop restrictif à mon goût, j’aurais aimé un dernier trou plus grand. Cela provient de la résistance qui bien qu’ayant des trous d’alimentation en liquide plus grand que la BDC est tout de même plus résistive. Voilà entre nous un fait qui me laissera intact l’attrait de mes reconstructibles.

Cette résistance est certes légèrement plus chère que la concurrence, mais elle est encore un ton au-dessus. C’est confirmé en terme de plaisir de vapotage, Aspire conserve la tête de mon podium personnel des consommables ! Il lui reste à s’élever en termes de finition et de qualité de fabrication pour être devant ses concurrents. Pour être plus précis, cette résistance offre des capacités de 1.8 et 1.5 ohms, ce qui clarifie encore un peu plus la volonté d’Aspire d’aller chercher des clients chez les connaisseurs et experts lassés du bricolage de mèches…Sa fabrication en verticale est entourée d’une sorte de bourre bien répartie lui procure aussi l’avantage d’accepter toutes les proportions VG et ce jusqu’au 100%.

En résumé

Points positifs

  • Résistance BVC très aboutie
  • Démontable et lavable
  • Densité et volume de vapeur toujours présents
  • Aspect gustatif encore amélioré
  • Prix justifié (encore plus en Belgique)
  • Réglage d’air très pratique

Points négatifs :

  • Qualité de fabrication dans la moyenne
  • Pas vraiment mini
  • Airflow légèrement trop restrictif
  • Nécessite un voltage ou wattage variable
  • Prix des résistances de rechange (environ 2.50€) et longévité en question…
  • Délicatesse du montage et remontage à cause du contact direct verre/métal et du joint

Conclusion

C’est clairement et toujours une vraie réussite et à tout bien peser je préfère encore cette résistance BVC à la BDC. Quant à choisir entre mini et normal je vous dirais que cela dépendra de votre équipement en batteries et / ou mods. Mais c’est certainement un achat que je conseillerais aux détracteur nombreux des gros formats …. Et pour le comparer franchement à l’Aerotank ça marche aussi bien, c’est moins bien fini mais c’est plus gustatif ; c’est moins aérien et moins chaud mais c’est plus dense et plus aqueux.

Nautilus Mini en images

Prix moyen du Mini Nautilus

Pour vous donner toujours plus d’informations sur les produits de la vape et vous aider dans votre achat, nous suivons en temps réel le tarif moyen du Mini Nautilus sur une dizaine de grands magasins en ligne. Cette semaine le prix moyen constaté est de 25,37 euros. Sur les 30 derniers jours la variation moyenne du Mini Nautilus est de : -1,37 %

Évolution du prix moyen du Mini Nautilus


Merci à Franck du réseau Aspire Europe pour son écoute et sa confiance.

Review Author:Review Date: