Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Plan anti-tabac : Trois addictologues dénoncent l’amalgame entre ecig et tabac

Plan anti-tabac : Trois addictologues dénoncent l’amalgame entre ecig et tabac

"Pourquoi entretenir la confusion entre e-cigarette et tabac, qui n'ont en commun que la nicotine ?" A lire sur le Huffington Post

Pourquoi entretenir la confusion entre e-cigarette et tabac, qui n’ont en commun que la nicotine ?” A lire sur le Huffington Post

Le plan de lutte contre le tabagisme, présenté le 25 septembre par la ministre de la Santé Marisol Touraine continu de faire couler beaucoup d’encre. Dans un article publié par le Huffington Post, c’est au tour de trois addictologues (Jean-Pierre Couteron, Nicolas Bonnet et Philippe Michaud) de donner leurs points de vue sur ces nouvelles propositions de mesure.

D’après ces spécialistes, la mesure qui stipule l’interdiction totale de toute publicité (directement tirée de l’article 20 de la TPD) et du vapotage dans les lieux publics, sera en effet une décision délibérée plutôt que scientifique. Des témoignages et des études scientifiques confirment pourtant que la vape est une méthode de réduction de risques pour les fumeurs et par conséquent contribue à freiner le fléau du tabagisme. De plus, aucune étude n’affirme que le vapotage soit une porte d’entrée vers vers le tabac. Par ailleurs, les experts estiment que si l’on accorde à la cigarette électronique le droit à la publicité, cette dernière « tuera » plus efficacement la cigarette traditionnelle que l’application du paquet neutre.

Les cigarettiers ont des raisons de se réjouir, puisqu’il est difficile d’établir aujourd’hui la différence légale entre l’e-cigarette et le tabac, si l’on s’en tient aux interdictions telles que définies dans le plan de lutte contre le tabagisme. Ces professionnels se posent alors les questions suivantes :

Pourquoi entretenir la confusion entre les deux produits ?
Puisque l’on parle de santé publique, pourquoi exclure les usagers dans les prises des décisions ?
Pourquoi ne pas aider les vapoteurs à construire leur solution où à améliorer leur produit ?

Quant au sujet du tabac chez les jeunes, les spécialistes estiment que l’éducation et la prévention telles que prévues par la stratégie Nationale de Santé ne sont pas au centre des mesures et regrettent ainsi que la ministre ne suive pas “la littérature scientifique”.

En somme, les addictologues se disent déçu principalement par l’amalgame crée autour de la vape et du tabac, mais aussi de la faiblesse des mesures spécifiques pour les jeunes.


Via le Huffington Post

Review Author:Review Date:
  • Patricia

    Je suis 100 % d’accord avec ce que disent ces addictologues, à 100 %.

    Et pourtant ils font fausse route.

    La question n’est pas chercher à démontrer d’avantage que vaper permet de ne plus fumer, de réduire les risques etc… car oui, tout ça, tout le monde le sait, même Marisol Touraine.

    Au contraire, plus on le démontrera, plus on va conforter leur position anti-vape.
    C’est paradoxal en apparence, pourtant c’est bien simple:

    Parce que le but du jeu n’est justement pas de permettre aux fumeurs de se sevrer !
    Surtout pas !!!

    Beaucoup trop de monde a beaucoup trop d’argent à y perdre.

    Le but de cette réglementation ne se comprend qu’à la lueur de ceci:
    Ils veulent que le fumeur se mette à vaper … le tabac chauffé vaporisé que les cigarettiers préparent.

    Voilà qui arrangera tout le monde : garder le bon fumeur, accro, qui continuera à payer des taxes, le marché du tabac en pleine forme, et en plus, moins de maladies, tout bénef pour la sécu.

    Voilà pourquoi il faut que la cigarette électronique soit un produit du tabac, car celle des cigarettiers l’est. Les textes sont prévus pour légiférer sur le tabac vaporisé. La vape n’a pas sa place là dedans, la vape va devoir disparaître. La vape ne fait pas partie du programme.
    Voilà pourquoi il ne FAUT PAS dissocier la vape du tabac, ni dire qu’elle permet de se sevrer.

    Et tant qu’on n’aura pas compris ce que tout le monde prépare là: l’avènement du tabac chauffé, alors on ne pourra que répondre par des …. hors-sujet !

  • Pascal Macarty

    Faut arrêter de dire que l’Etat perd de l’argent quand un fumeur arrête de fumer…

    L’Etat a tout à y gagner, en frais de santé générés par les maladies liées au tabac.

    Actuellement, ces frais de santé sont 3x supérieurs aux taxes récoltées sur le tabac.

    • Patricia

      ça aussi c’est de l’intox qu’ils te font avaler tout rond 😀

      L’état est largement bénéficiaire.

      Mais comme je te l’ai déjà conseillé, va lire les sujets qui s’y rapportent, ici même. ça devrait éclairer ta lanterne 😉
      Je te laisse chercher, je ne vais tout de même pas te mâcher le travail, d’autant que tu pourrais tomber sur d’autres infos tout aussi instructives en chemin.

    • Tony Fiant

      Oui, alors là, je veux les chiffres, les vrais et les coûts REELS.
      On en a déjà largement débattu ailleurs sur ce site.
      Avec les mêmes chiffres, présentés avec l’assiette de calcul qui va bien, on arrive sans peine à la conclusion inverse.
      Et puis, il suffit de multiplier le prix des paquets par trois, solde nul et beaucoup moins de fumeurs…
      Pourquoi ne le fait on pas ?
      Pour ne pas mécontenter l’électorat ou,parce qu’en fait, l’état gagne de l’argent.
      Allez, les deux…

  • Leio Vptivist

    à partir du moment où plus de 50% des buralistes vendent des clopes à des mineurs toutes les mesures autours que ce soit interdiction ou prévention c’est pisser dans un violon ! Arrêtez l’hypocrisie et mettez la même amende pour vente de tabac à mineur (actuellement amende 4eme classe soit entre 150 et 200€) que pour la vente d’alcool à mineur (6500€ oui six mille cinq cent), avec l’argent récolté organiser des contrôle et hop la prévalence tabagique chez les mineurs va chuter en flêche !

    • Patricia

      Plan parfait … sauf pour le big boss BT.
      Sinon, ça pourrait même créer de l’emploi, tous ces fonctionnaires de police occupés à verbaliser le buraliste .. 😉
      Ah mais non, on va verbaliser la maman en voiture qui aura la malheur, dans sa journée de dingue, entre les mômes, le travail, les courses, la bouffe et le repassage, de s’en griller une en conduisant, histoire de ne pas péter un fusible dans les bouchons.
      c’est ELLE la dangereuse qui contamine les enfants, pas le buraliste allons allons.
      Lui il bosse pour BT et Marisol ! Il craint rien.

    • Tony Fiant

      Pas efficace car trop de moyens de contournement : ma maman est mal garée et m’envoie chercher ses cigarettes, le grand frère majeur, le copain majeur, etc. etc.
      Si un mineur veut fumer, il fumera quand bien meme le buraliste soit intransigeant.

      • Patricia

        nan mais je sais bien que je suis une lapine mais quand même, un petit de moins de 12 ans et un grand frère majeur? et combien entre les deux ? Tu veux ma mort ? Je fais grève du taxi le mercredi, na.