Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Clearomiseurs » Aspire Atlantis

Aspire Atlantis

    Annonce

Aspire et son Atlantis viennent chasser sans permis dans la zone gardée des drippers et des reconstructibles. Voici la revue détaillée de ce clearomiseur musclé qui surfe sur la mode du cloud chasing.

De très gros nuages de vapeur

La taille du drip tip de l'atomiseur Atlantis indique clairement son orientation : la production de gros nuages.

La taille du drip tip de l’atomiseur Atlantis indique clairement son orientation : la production de gros nuages.

Lors de mes tests précédents de l’excellent Nautilus en février 2014 et du Mini Nautilus avec ses nouvelles résistances BVC que j’ai bien aimé en particulier pour leur rendu gustatif, j’ai pu apprécier cette marque à sa juste et bonne valeur. L’heure est venue pour moi et je vous avoue que c’est franchement pas simple d’aborder le test de cet Aspire Atlantis mais surtout de m’interroger sur la vulgarisation de la pratique du sub-ohm ou du cloud chasing qui vise dans sa grande majorité à faire les plus gros nuages de vapeur possible !

Aspire n’est pas la seule marque en cause car vous savez que Kangertech commercialise le fameux SubTank qui surfe sur cette même vague de sub-ohm mais avec un usage plus poussé et à mon sens plus intelligent car ce dernier inclut aussi dans sa boite une base reconstructible (RBA). C’est d’ailleurs cette unique raison qui me poussera sous peu à en faire aussi la revue.

La question centrale est donc de savoir s’il est judicieux en ce début 2015 de promouvoir un produit qui offre à tous la possibilité et ce en toute simplicité de pratiquer le sub-ohm.

Au regard de l’incertitude politique des positions des pouvoirs publics au regard de la vapote en général mais aussi au regard des nombreuses contrefaçons et abus concernant les accus, je répondrais bien sûr que non ! Et je m’explique car cette pratique doit à mon sens passer par un apprentissage et un cheminement qui doit conduire chaque vapoteur à comprendre le fonctionnement et les risques de son vaporisateur, et par là, sans pour autant condamner cette pratique dont je sais qu’elle a des adeptes nombreux et joyeux, je crois qu’il aurait été préférable qu’elle reste là où elle était, c’est-à-dire dans le domaine des reconstructibles liés à une démarche volontaire de chaque vapoteur d’aller plus loin dans l’expertise de ce type de vape.

Un boitier soigné accompagne l'atomiseur

Un boitier soigné accompagne l’atomiseur

J’ai bien sur abusé de cet Atlantis et bien sûr il fonctionne diablement bien du moins pour ce qui est du fait des gros nuages mais il ne fonctionne pas mieux qu’un bon dripper Competition Doge ou Exthermal d’Innokin tout en restant largement plus onéreux à l’utilisation. Et c’est là que la mécanique commerciale des Aspire et autres Kangertech commence sérieusement à m’agacer dans le sens où elle force finalement des vapoteurs peu avertis non seulement à acheter sans cesse de nouveaux produits inutiles mais surtout à devoir acheter des résistances à prix d’or. Rendez-vous compte, 3 euros environ la résistance qui en gros ne fera pas plus de 30 à 50 ml de liquide soit environ une semaine si vous vapez comme moi ! Comparé au coût de revient de 10 mètres de kanthal et d’un sachet de coton ça laisse dubitatif et songeur.

"Aspire a placé la barre encore plus haute" peut-on lire au dos de la boîte

“Aspire a placé la barre encore plus haute” peut-on lire au dos de la boîte

Bien sûr il offre la possibilité à tous de pouvoir faire de gros nuages et d’apprécier une vape puissante sans avoir à construire sa résistance mais là encore je ne critique pas cette pratique je pense simplement que cette pratique ne doit pas être banalisée et encore moins standardisée car à l’heure des choix d’interdire la vape dans les lieux publics si tout le monde se met à faire des nuages Atlantis on ne verra jamais plus le soleil et, je sais pas vous, mais moi j’ai envie de continuer à vapoter librement tout en respectant mes voisins !
Quoi qu’il en soit je vais essayer de faire une revue indépendante et juste en laissant mon avis ci dessus de coté pour apprécier ou pas la bonne étoile de cet Atlantis d’Aspire.

Le concept du Nautilus adapté au sub-ohm mais sans la contenance. Dommage.

La résistance de l'Atlantis est volumineuse, tout comme son prix.

La résistance de l’Atlantis est volumineuse, tout comme son prix.

Au premier regard, et comme ses frères, on se rend vite compte qu’il s’agit bien d’un clearomiseur Aspire. La conception est identique au Nautilus à savoir un tank en pyrex qui vient se loger sur un gros joint blanc toujours efficace et une résistance énorme qui se visse, et sur la base, et dans la colonne d’air centrale.

Pour encaisser la pratique du sub-ohm, il se distingue clairement du Nautilus par des airflow carrément plus larges et un drip tip beaucoup plus ouvert.

Aspire en a profité et là je pense youpi pour refondre le système d’adaptation du tank pyrex sur la tête. Ce dernier ne vient plus se visser dessus comme je le déplorais dans mes tests des Nautilus mais simplement se clipper jusqu’à entrer en contact avec un joint. Ce système est plus pratique mais je comprends maintenant pourquoi Aspire a cru bon de mettre dans sa boite un second tank pyrex. En effet la manipulation pour enlever le tank pyrex est assez dure car il faut quand même pas mal forcer pour désolidariser le tank de sa cloche. La seconde raison évidente et que le sub-ohm peut provoquer une chaleur importante qui à terme et en cas de pratique intensive va fragiliser votre verre.

Une deuxième paroie en verre et une seconde réistance est fournie dans l'emballage.

Une deuxième paroie en verre et une seconde réistance est fournie dans l’emballage.

Pour le reste, et particulièrement en ce qui concerne la finition, on reste dans les standards du marché sans arriver encore à la qualité de fabrication de Kangertech ou de Joyetech.

Comme pour les Nautilus, la bague du bas qui intègre tout le système d’airflow est vraiment bien finie et le mécanisme de la bague de réglage, via des crans et des trous d’aération aux diamètres différents, est simplement bien pensée car elle ne se dérègle pas à l’usage.

On s’aperçoit également très vite que le plot de connexion du Nautilus est indépendant du plot de la résistance laissant votre Mod ou votre batterie toujours propre, ce qui confère une plus grande longévité à vos connectiques. Et pour finir il y a toujours des striures sur la bague du bas qui viennent faciliter la manutention.

C’est du Aspire quoi !

Contenance de 2 ml ridiculisée par l’usage vorace du sub-ohm

Pourquoi pas une contenance d’au moins 5 ml, j’avoue ne pas comprendre. Cela aurait pu être une des forces de cet Atlantis par rapport au dripper. J’ai cru lire ou apercevoir une prochaine version plus autonome. Monsieur Aspire ?

Caractéristiques :

  • Contenance : 2 ml
  • Diamètre : 22 mm
  • Longueur : 66 mm
  • Pas de vis : 510
  • Poids : 55 g
  • Drip-tip : métallique, démontable et interchangeable
  • Bottom-vertical-coil : 1 résistance en bas et position verticale
  • Résistances : 0.5 ohm (2 fournies dans la boite)
  • Réservoir : en verre (pyrex)
  • Accessoire : un tank pyrex de replacement
  • Système d’arrivée d’air réglable en 4 positions
  • Plot de connexion à la batterie sans ressort
  • Matière : inox

Assemblage facile mais remplissage délicat

Vue de l'ensemble des pièces fournies dans le coffret de l'Aspire Atlantis

Vue de l’ensemble des pièces fournies dans le coffret de l’Aspire Atlantis

L’assemblage des 5 pièces est simple et sans aucune surprise, sauf à souligner que la jonction du réservoir en verre de 2 ml et de la cloche en acier du haut peut être à la longue problématique. Même si le système a été amélioré il faut être prudent dans la manipulation car le clip métallique est résistant.

Le joint en silicone assure une parfaite étanchéité mais attention à ne pas trop serrer le tank dessus.

Le joint en silicone assure une parfaite étanchéité mais attention à ne pas trop serrer le tank dessus.

D’autre part on retrouve la même problématique que sur le Nautilus. Sans prendre garde vous serrez trop fort la base sur l’excellent joint silicone et il devient parfois impossible de desserrer facilement la cloche en verre de cette base tant le joint fait étanchéité parfaite.

Deux solutions : soit comme moi vous serrez très peu la base sur le joint, du moins jusqu’à la première résistance rencontrée, soit vous la mettez au frigo 5 minutes permettant au joint de se contracter un peu.
Prenez garde donc à ne pas trop serrer la base, ça ne fuit pas de toute façon.

Vous pourrez remarquer que la colonne d’air centrale est solidaire de la cloche du haut et vient donc se visser sur la résistance elle-même, cette technique de montage aboutie parfois à ce que vous dévissiez aussi la résistance elle-même. Mon conseil est qu’il faut à chaque remplissage que vous resserriez bien cette résistance sur la base elle-même à chaque remplissage.

L’arrivée du liquide qui se fait par 4 gros trous au milieu de la résistance et je n’ai pas eu à déplorer de gout de brulé ou autres sensations sèches qui prouvent que ces trous d’alimentation sont largement suffisants pour approvisionner en liquide cette nouvelle et grosse résistance de 0.5 ohm. Reste à prendre garde à ne pas vaper sans liquide car au regard de la puissance nécessaire vous allez très vite bruler la bourre.

Les résistances affichent une valeur de 0,5ohm

Les résistances affichent une valeur de 0,5ohm

Et cette nouvelle résistance BVC de 0.5ohm ? Et bien il lui faut une grosse puissance pour s’exprimer idéalement entre 20 et 30 watts selon vos usages mais pour l’avoir essayé sur un SVD 2.0 limité à 20 W ça ne donne rien de bien intéressant. Continuons et affirmons par l’image (voir plus bas) si jamais vous avez des doutes qu’elle ne passera pas sur le fameux Provari P3, ça c’est dit et c’est surement regrettable.

Pour peu de respecter certaines règles de sécurité, l'Atlantis se prête parfaitement au jeu du Mod méca.

Pour peu de respecter certaines règles de sécurité, l’Atlantis se prête parfaitement au jeu du Mod méca.

Le meilleur rendu, je l’ai bien évidemment eu en utilisant un mod méca le Magneto II ou mon récent Arachnid d’Innokin accompagné d’un accu Efest purple IMR 2250 35A. En effet il faut absolument utiliser un accu capable de supporter le sub-ohm sans surchauffer voire pire. Pour la paix des ménages il faut quand même souligner l’effort de Aspire qui a prévu une batterie capable d’encaisser le sub-ohm et fournissant un courant max de 40 A.

Tous les mods n'acceptent pas forcément des résistances en dessous de 1ohm. Vérifiez que votre matériel est compatible.

Tous les mods n’acceptent pas forcément des résistances en dessous de 1 ohm. Vérifiez que votre matériel est compatible.

C’est en partie pour cette affaire de courant maximum nécessaire au sub-ohm pour ne pas faire surchauffer vos accus que je trouve la vulgarisation des résistances sub-ohm tout à fait limite même si il faut avouer que ce problème est le même avec les reconstructibles. Mais je crois pouvoir dire qu’un vapoteur qui choisit un reconstructible s’intéresse déjà depuis un moment à notre affaire de vapote et donc, de fait, a du nécessairement s’informer, non ?

Quoi qu’il en soit, et avec le bon accu cette résistance est somme toute incroyable car elle remplit à merveille sa fonction de créateur de nuage, on aime ou pas mais elle marche fort il faut ici le reconnaitre.

J’affirme aussi qu’elle ne marche pas mieux qu’un dripper ou un bon Lemo ouvert à fond qui ont quant à eux une plage d’utilisation beaucoup plus grande au sens où vous pouvez passer du sub-ohm à une résistance all day comme vous le sentez. Je me limite aussi par soucis économiques à la comparer à des atomiseurs entrant dans la même catégorie de tarif. Car entre nous elle ne tient pas 3 secondes en comparaison d’un Taifun GT2. C’est vous qui voyez mais si vous voulez faire des nuages mais aussi avoir un rendu gustatif digne de ce nom optez plutôt pour un reconstructible.

La bague d'airflow ici réglée au minimum

La bague d’airflow ici réglée au minimum

En revanche je vais être sévère avec son rendu gustatif que je trouve, et c’est bien logique, très mauvais. En effet plus il y a d’air moins les goûts sont fins, mais là franchement c’est pauvre ! Même si sa conception est proche des cartomiseurs Bodge on est très loin de la restitution des saveurs qu’ils offraient.

Je vais aussi être sévère avec son airflow. Il est vrai qu’il est techniquement bon quand on utilise les deux plus grosses fenêtres en ellipse qui procurent l’arrivée d’air nécessaire à l’objectif réduit de cet Aspire, à savoir faire de gros nuage de vapeur. Mais ne comptez pas utiliser les petits trous ronds de 2 et de 2.8 mm car pour le coup ils ne servent à rien, ils sont excessivement bruyants et vont faire cramer très vite votre résistance à prix d’or.

Pour le reste, vous le savez désormais, le remplissage de ces clearomiseurs à résistance dans le fond se fait par le bas en dévissant la base, ce qui est pratique car on peut changer de résistance sans devoir jeter tout le liquide. Pour l’Atlantis c’est beaucoup plus difficile à remplir que le Nautilus du fait d’un espace très réduit entre le verre et le grosse cheminée intérieur venant accueillir la résistance. Encore une raison supplémentaire de mon étonnement de ne pas avoir directement prévu un réservoir plus gros.

Usage limité au power vaping mais gare au shoot de nicotine

Un drip tip version pot d'échappement. Il faut bien ça pour faire du power vaping.

Un drip tip version pot d’échappement. Il faut bien ça pour faire du power vaping.

Cet Atlantis ne manque pas sa cible à savoir celle du power vaping mais ne comptez pas l’utiliser pour autre chose en particulier pour un all day sauf bien sur si vous travaillez en extérieur à la campagne et que vous avez dans le dos une réserve de liquide et le temps de faire des pleins à la cadence d’une formule 1. Je plaisante qu’à moitié !

Si jamais j’ai l’honneur d’être lu par des nouveaux venus dans la vape, sachez que pour apprécier au mieux cet Atlantis vous devrez au préalable réinventer votre façon de vapoter car pour faire de gros nuage il faut passer par une aspiration directe. Pour ma part je ne vape plus que de cette façon. Au lieu comme avec feu votre cigarette de faire une première aspiration puis une seconde pour faire descendre le diable dans vos poumons vous devez faire entrer directement votre aspiration dans vos poumons comme si vos respiriez normalement en fait. De cette façon vous pourrez faire passer un grand volume d’air au travers de votre résistance et par conséquent dégager le brouillard voulu.

L'Atlantis ici au milieu de ses confrères moins musclés.

L’Atlantis ici au milieu de ses confrères moins musclés.

De cette manière, Il marche donc très fort mais certainement trop pour les débutants qui vapent encore sur des liquides à 12/18mg de nicotine. Sachez-le, à ces valeurs de nicotine dans votre liquide vous ne pourrez pas exploiter les capacités de cirque de cet Atlantis tant le hit sera trop fort presque violent vous poussant à retourner vos poumons. Entre nous cette information n’apparait malheureusement jamais sur les sites de ventes mais est à mon sens capital. En effet l’utilisation de cet Atlantis et l’achat en vue de craner avec de belles grosses volutes « cigarienne » doit être accompagnée d’achat de liquide à zéro de nicotine ou max à 6 mg sinon c’est horrible.

Entre nous, et j’en profite pour tous vous remercier au passage de votre fidélité à ma-cigarette.fr et de votre gentillesse et compréhension à mon égard, si vous m’avez lu jusque-là et que vous êtes totalement réfractaire à l’idée de fabriquer vos résistances cet Atlantis pourrait peut-être le moyen que vous cherchiez pour définitivement arrêter le tabac. Dans ce seul objectif et avec le respect des consignes je vous conseillerais cet atomiseur.

En résumé

Points positifs

  • Power vaping assuré / volume de vapeur énorme
  • Résistance BVC sub-ohm très aboutie
  • Démontable et lavable
  • Réglage d’air bien adapté à l’aspiration directe pour les deux plus grandes entrées

Points négatifs :

  • Vulgarisation dangereuse du power vaping
  • Prix
  • Usage limité à sa cible
  • Nécessite un mod/batterie acceptant le 0.5 ohm
  • Nécessite une puissance importante largement supérieure à 20 w
  • Nécessite des accus procurant une grande intensité supérieure à 30 A
  • Prix des résistances de rechange (environ 3€)
  • Montage et remontage du tank trop résistif sur la partie haute
  • Consommation dantesque
  • Contenance trop juste

Conclusion

Note de 2/5 pour l’ensemble politiquement incorrect et 4/5 pour le volume de vapeur.

Cet Aspire Atlantis marche très fort certes mais dans la limite de sa cible de power vaping. Pour moi les restrictions d’emploi et les précautions à l’usage sont beaucoup trop importantes et impérieuses au regard de ce qu’il apporte réellement vis-à-vis de la concurrence des reconstructibles de tous poils. Je le qualifierais ni plus ni moins de gadget de la vape pour débutants ! Ce n’est pas une critique du produit en lui-même, qui est pour le coup très bien pensé, mais une critique de la vulgarisation du power vaping qui en découle inévitablement. Et ceux qui pensent que cet Aspire Atlantis évite de passer aux reconstructibles se trompent lourdement par ignorance !

L’Aspire Atlantis en images

Rating Value: 3 Review Author:Review Date: