Vous êtes ici : Vaping Post » Politique » USA : le nouveau commissaire de la FDA est désormais connu

USA : le nouveau commissaire de la FDA est désormais connu

    Annonce

Suite à un vote du Sénat, Stephen Hahn, directeur en chef de l’un des trois grands centres de lutte contre le cancer aux USA, a été élu à la tête de la FDA. Un homme peu connu du grand public, mais qui a réussi à obtenir de nombreux soutiens politiques, et notamment celui d’un des sénateurs les plus anti-vape.

Une mauvaise nouvelle pour la vape ?

En mars dernier, à la surprise générale, Scott Gottlieb, commissaire de la FDA, annonçait sa démission. Il était remplacé au pied levé par Ned Sharpless, directeur du National Cancer Institute, de façon temporaire. Depuis quelques jours, le nom du nouveau commissaire permanent est connu. En effet, élu par le Sénat avec 72 votes pour et 18 votes contre, le docteur Stephen Hahn a été placé à la tête de l’organisme de santé.

Agé de 59 ans, Hahn est connu pour son poste de directeur médical en chef du centre médical MD Anderson, l’un des trois centres de lutte contre le cancer aux Etats-Unis. Lors de son audition de confirmation au Sénat, il a assuré que toutes ses décisions à la tête de la FDA seraient prises en fonction de « données » et de « preuves scientifiques conformes à la loi ».

Lorsqu’il a été interrogé sur le vapotage, le docteur est resté très évasif dans ses réponses.

Par exemple, lorsqu’une sénatrice lui a demandé s’il comptait appuyer l’interdiction des arômes, il s’est contenté de répondre qu’il avait « hâte de prendre connaissance de toutes les données à ce sujet, en tant que scientifique, chercheur et médecin », sans toutefois oublier de préciser que de par sa fonction au MD Anderson, il a pu « voir les ravages des cancers liés au tabac ».

Plus préoccupant, le sénateur Dick Durbin fait partie des plus grands soutiens du nouveau commissaire de la FDA. Dick Durbin, qui déclarait en 2018 que « les e-cigarettes peuvent mener à une vie de dépendance au tabac » et qui se disait « convaincu » que « le vapotage représente la réinvention du tabagisme préparée par Big Tobacco pour accrocher une nouvelle génération ».

Des positions anti-vape qu’il tenait à Washington, au moment de présenter un projet de loi qui, s’il avait été validé, aurait vu une interdiction des arômes promulguée.

USA : un sénateur remet à nouveau les arômes en question

Annonce