Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Kits » Test : Diamond VPC Kit – iJoy

Test : Diamond VPC Kit – iJoy

  • Par , le 11/11/2018 à 14h00
    Annonce

iJoy, toujours prompte à inventer des outils de vape improbables, propose une sorte de pod, enfin non, un kit composé d’une mini box électronique, associée à un réservoir de pod, qui peut aussi recevoir d’autres pods… C’est pas clair ? C’est normal, c’est du iJoy, il faut lire l’article 😉

Pod musclé

Au premier abord, le kit VPC ressemble à un kit classique avec une box et un clearomiseur.

Mais, le clearomiseur n’en est pas un : c’est un pod. La partie métallique verte n’est en fait qu’un connecteur, qui permet de visser le pod sur la box associée ou sur n’importe qu’elle box en fait, même une Reuleaux triple accus, ce qui donnerait une autonomie équivalente à… une cartouche de clopes.

Il suffit de tirer sur le drip tip pour sortir le réservoir de son connecteur.

Le réservoir se comporte alors comme celui d’un pod classique : la résistance est intégrée, il faudra changer le réservoir quand elle sera usée. Le remplissage se fait par le côté, après avoir retiré le bouchon en silicone noir.

Contrairement à la plupart des pods, la vape du VPC n’est pas très serrée. Il est possible de vaper en inhalation directe restreinte ou en inhalation indirecte assez ouverte. C’est un compromis intéressant, mais ceux qui aiment les tirages très serrés seront frustrés.

Puissance réglée sur 14 W, les saveurs sont correctes, le hit satisfaisant et la production de vapeur est assez faible mais agréable.

Ce n’est pas le meilleur pod que je connaisse, mais il est honorable et surtout, il offre une autonomie importante. Avec 1400 mAh, on peut tirer plus de 300 bouffées, soit l’équivalent de plus d’un paquet de clopes. L’ensemble reste discret, le look est assez mignon, les gens ont de la sympathie spontanée pour ce set et il est agréable en main.

Un pod peut en cacher un autre

iJoy a conçu cette box pour accueillir son pod mais a aussi eu l’idée de donner la possibilité d’accueillir d’autres réservoirs de pods.

Dans le sachet d’accessoires, on trouve une sorte de cylindre en mousse.

Il se place dans le connecteur en prenant soin de le positionner pour que les deux tétons de contact électrique soient dans l’axe. Pour le ressortir, ce n’est pas évident. La mousse accroche, il vaut mieux s’armer d’une pince à épiler pour l’attraper.

Une fois la mousse en place, il devient alors possible de glisser un réservoir, par exemple celui d’un pod Lynq de UD. Esthétiquement, on a vu mieux, ça fait bricolage, mais ça marche et en effet, ça peut dépanner quand la batterie de son pod habituel est à plat.
iJoy référence ainsi 3 pods adaptables, les JWell, Myle et Juno. Mais la plupart des pods dont les réservoirs ont globalement cette forme peuvent fonctionner, il suffit de vérifier que leurs connecteurs correspondent aux tétons.

Du coup, ce kit est à la fois un pod à part entière et une sorte de power bank pour les petits pods au format bâton dont l’autonomie est souvent limitée. Avec le réservoir du Lynq testé ici, l’autonomie est même assez impressionnante, puisqu’il fonctionne à une puissance moindre, entre 8 et 10 W. Nous pouvons tirer plus de 500 bouffées, l’équivalent de plus de 2 paquets de clopes.

 

Une mini box polyvalente

L’un des intérêts de la conception un peu alambiquée de ce kit, c’est que, contrairement aux pods habituels, la batterie est une vraie box électronique équipée d’une connexion 510 standard.

Il est donc possible de visser dessus n’importe quel atomiseur, en tenant simplement compte de ses limites en termes de capacité (1400 mAh) et de puissance maximum (45 W). Il est donc peu pertinent d’utiliser un gros clearomiseur subohm, mais on peut sans souci utiliser des atomiseurs qui fonctionnent entre 8 et 15 W avec une bonne autonomie, voire autour de 30 W avec une autonomie réduite (150 bouffées).

La box se recharge par le port usb et, chose curieuse, il n’est pas possible de vaper pendant la charge. C’est clairement un défaut sur ce genre de matériel.
Elle dispose, sous son gros bouton de mise à feu, d’un écran et d’un double bouton + et – pour les réglages.
Elle peut fonctionner selon 2 modes :
– Mode contrôle de la tension (pod), entre 2,5 et 3,8 V.
– Mode contrôle de la puissance (power), entre 1 et 45 W.

On sélectionne ces modes avec les boutons + et – après avoir cliqué trois fois sur le bouton de mise à feu. Trois modes supplémentaires sont aussi disponibles, qui sont nommés Jewel, Myle et Juno. Il s’agit en fait de modes de contrôle de la tension, comme le mode “pod”, réglés d’avance pour les réservoirs de ces pods, respectivement à 3,1, 3,6 et 3,7 V. Ils ne nous concernent pas, puisque ce sont des pods fermés américains (les réservoirs sont pré-remplis), dont le taux de sel de nicotine est plus élevé que ce qui est autorisé en Europe :  de 18 à 48 mg/ml. Nous nous contenterons donc ici des modes puissance et pod.

Bref, c’est une toute petite box, simple, bien construite et agréable à utiliser. Capable aussi bien d’alimenter de petits atomiseurs que le pod fournit ou des pods alternatifs.

Sur le côté, une barre métallique permet de fixer la box à une lanière pour la tenir autour du coup.

Revue technique

Le kit est présenté dans une boite en medium, accompagné d’un mode d’emploi, d’un câble USB, d’une lanière et de l’adaptateur en mousse. Il manquerait un deuxième réservoir.

Les caractéristiques essentielles du Diamond VPC Kit d’iJoy

Type de matériel kit débutant
Dimensions mod 60 mm sur 34 sur 27
Batterie intégrée, 1400 mAh
Diamètre max. de l’atomiseur 22 mm
Dimensions atomiseur 19 mm sur 37
Capacité du réservoir 2 ml
Plage d’utilisation 1 à 45 W
Poids du kit 122 g

Petites observations iJoyeuses

iJoy est une marque un peu bizarre, animée d’une frénésie de production de matériels innovants mais improbables, souvent clinquants, rarement cohérents, parfois au détriment de la qualité de fabrication.

Mais cette box est intéressante. On peut l’utiliser comme un pod, avec des réservoirs interchangeables, ou simplement comme une box pour animer un petit atomiseur.
L’utilisation avec des pods alternatifs me semble un peu anecdotique mais elle peut dépanner.

 

En résumé

On aime

  • L’ergonomie et la simplicité de la box
  • La capacité de 1400 mAh
  • Le vape très correcte du pod
  • La connexion 510 universelle.
  • La fonction power bank pour d’autres pods

On n’aime pas

  • L’esthétique “bricolage” avec un pod alternatif.
  • L’impossibilité de vaper pendant la recharge

Conclusion

4 /5
 

Le kit Diamond VPC d’iJoy est intéressant par sa modularité. Il peut fonctionner comme un pod un peu gros mais très autonome, mais aussi comme power bank pour un pod bâton, ou simplement comme box électronique pour un atomiseur pas trop gourmand en énergie. Ses finitions sont bonnes, son ergonomie agréable et la box semble fiable.

Le Diamond VPC Kit d’iJoy en images

Les derniers articles sur la marque iJoy

Test : iVPC Pod – iJoy

  • Publié le 20/11/2018

L’IVPC Pod de Ijoy est très bien réalisé, mais sa vape est très décevante, son autonomie faible et ses menus inutiles. Un pod à éviter.

Test : AI Pod – iJoy

  • Publié le 13/11/2018

Le AI Pod d’Ijoy est sobre et bien réalisé, mais il déçoit à la vape par un net manque de vapeur, de saveurs et de hit.

Test : Diamond VPC Kit – iJoy

  • Publié le 11/11/2018

Pod musclé Au premier abord, le kit VPC ressemble à un kit classique avec une box et un clearomiseur. Mais, le clearomiseur n’en est pas un : c’est un pod. La …

 

 

Pour ne rien manquer de l’actualité de la vape, rejoignez les 6 500 abonnés à notre newsletter et recevez chaque semaine nos derniers articles !

Annonce

Name of Reviewed Item: Kit Diamond VPC de Ijoy Rating Value: 4 Image: https://fr.vapingpost.com/wp-content/uploads/2018/11/VPC-1-1.jpg Review Author:Review Date: