Vous êtes ici : Vaping Post » Guides » Pod

Pod

    Annonce

Parmi les types de cigarettes électroniques, les pods ont depuis quelques temps le vent en poupe. Compacts, légers et faciles d’utilisation, ils ne manquent effectivement pas d’arguments en leur faveur. Nous vous expliquons le fonctionnement de ces nouvelles cigarettes électroniques.

Un pod, c’est quoi ?


Les pods sont des cigarettes électroniques très simples d’utilisation qui ont en commun d’utiliser des réservoirs jetables. Contrairement aux clearomiseurs sur lesquels on ne change que la résistance quand elle est usée, celle des pods est intégrée au réservoir et on change le tout en même temps. C’est plus pratique, plus propre, mais cela s’accompagne également de quelques inconvénients comme la moindre souplesse d’utilisation ou un coût d’utilisation supérieur.

Nous allons faire le tour des quelques éléments à prendre en compte afin de vous permettre de savoir si c’est le bon système pour vous, et vous aider à choisir le modèle qui vous conviendra le mieux dans le cadre de votre transition vers la cigarette électronique. Tous les pods ont en commun d’être composés de deux parties : une batterie, et un réservoir qui vient s’insérer dedans.

La batterie

La batterie est l’élément non-jetable du pod. Comme sur toutes les cigarettes électroniques, son rôle principal est de stocker l’énergie nécessaire à l’utilisation, mais elle en assure aussi le bon fonctionnement.

Un accu intégré

Tous les pods fonctionnent avec un accu intégré, scellé à l’intérieur. Contrairement à la majorité des mods, qui utilise des accus amovibles que l’on peut remplacer aussi facilement que les piles sur une télécommande, l’accu des pods n’est pas accessible à l’utilisateur. On ne peut que le recharger, ce qui se fait à l’aide d’un cordon micro USB identique à celui de la plupart des téléphones portables. Vous l’aurez deviné, l’autonomie apportée par la batterie et de ce fait un critère de choix fondamental.

Tomber en panne de batterie ou de liquide est une cause possible d’échec, au moins temporaire, de passage complet à la cigarette électronique. Il est donc essentiel que votre pod offre une autonomie suffisante pour garantir une utilisation sur toute la journée, ou au moins entre deux possibilités de recharge. Les batteries de 350 mAh ne seront suffisantes que pour une utilisation ponctuelle au cours de la journée, celles de 650 mAh conviendront mieux pour une utilisation régulière et celles de 900 mAh ou plus pour les utilisations intenses. Le niveau de batterie disponible est toujours indiqué, le plus souvent par une LED indiquant par sa couleur ou son clignotement la charge restante de la batterie.

Un seul bouton

Le fonctionnement des pods est toujours très simple et se résume pour les plus « complexes » à l’appui sur un unique bouton. Le plus souvent, on clique 5 fois rapidement pour allumer ou éteindre on pod, et on maintient le bouton appuyé pour vaper. Toutes nos félicitations, vous venez d’obtenir votre doctorat ès Pods ! Cette facilité est sans conteste un atout des pods, autrement plus intuitifs que les box aux multiples réglages et affichages qui imposent de se plonger sérieusement dans le mode d’emploi avant toute utilisation.

Déclenchement à l’aspiration

Certain pods vont même jusqu’à n’avoir aucun bouton. Le déclenchement de la production de vapeur se fait automatiquement à l’aspiration. La batterie dispose d’un petit capteur qui détecte la dépression d’air créée lorsque l’on commence à inhaler, et fait chauffer la résistance jusqu’à ce que l’aspiration cesse. C’est encore plus simple et intuitif qu’avec le déclenchement manuel, mais l’agrément d’utilisation dépend de la qualité du système. Certains en particulier mettent un peu trop de temps à déclencher la production de vapeur et on n’aspire que de l’air au début de la bouffée, ce qui nuit considérablement à la satisfaction qu’on en tire. Les modèles n’ayant pas cette latence, c’est-à-dire qui déclenchent la production de vapeur immédiatement après le début de l’aspiration sont de loin à privilégier.

Les cartouches

Les cartouches, ou recharges, sont l’élément caractéristique des pods. Elles comprennent la résistance, la mêche de coton et le réservoir dans un unique élément que l’on change intégralement quand il est usé. La manipulation est toujours simple, il suffit de tirer dessus pour la séparer de la batterie et d’insérer la nouvelle à la place. On peut également avoir plusieurs cartouches avec soi pout disposer de différents arômes ou taux de nicotine selon l’envie du moment. Un liquide café léger en nicotine au réveil, un fruité intermédiaire dans la journée et pourquoi pas un liquide mojito plus nicotiné pour les sorties du samedi soir par exemple. Le changement prend 3 secondes, autant en profiter !

La plupart ont une capacité de 2ml de liquide, ce qui est la limite autorisée par la Directive Européenne « TPD ». Il existe tout de même deux types de recharges très différentes, les scellées et les rechargeables.

Les cartouches scellées

Les cartouches scellées sont vendues avec leur contenu de liquide, et se remplacent quand le réservoir est vide. Ce sont les plus simples à utiliser, puisqu’on n’a même pas à manipuler du e-liquide. Elles ont par contre un coût de revient plus élevé que les cartouches rechargeables, dans des proportions qui peuvent atteindre des sommets grotesques comme avec la Blu par exemple, ou être raisonnables comme sur l’AXS ou l’iQos Mesh. Il s’agit d’un coût récurent, pour ne pas dire quotidien, ne le sous-estimez pas.

Il est important de noter également que le choix en liquides, que ce soit pour les arômes ou les taux de nicotine, est alors limité à ceux disponibles pour le modèle considéré. On perd en choix de liquide ce qu’on gagne en facilité d’utilisation. Les options sont forcément limitées et vous choisissez alors une gamme de liquides en même temps qu’un modèle de pod. Une contrainte qui disparaît avec les cartouches rechargeables.

Les cartouches rechargeables

Elles sont vendues vides, et c’est l’utilisateur qui ajoute le liquide de son choix. Le plus souvent, on tire sur un petit bouchon en silicone pour dégager l’ouverture de remplissage, on insère l’embout de la bouteille que l’on presse jusqu’à ce qu’elle ait rempli le liquide, on replace le petit bouchon et c’est prêt. Certains pods ont un système de remplissage encore plus simple, comme l’EQ d’Innokin, avec lequel le bouchon est remplacé par un pivotement de la base du réservoir. D’autres alternatives au bouchon existent de la même manière. Certes, c’est toujours moins immédiat qu’avec les cartouches scellées préremplies, mais il n’y a pas de quoi le planifier des jours à l’avance non plus, l’opération prend moins d’une demie-minute quoi qu’il arrive.

Et les avantages sont sensibles. Le choix des liquides d’abord, puisqu’on peut utiliser n’importe quel liquide dans n’importe quels taux de nicotine parmi les milliers de références disponibles en bouteille de 10 ml. Le liquide lui-même revient considérablement moins cher dans ce format, et chaque cartouche peut être remplie un grand nombre de fois puisqu’on ne la remplace que compte la résistance elle-même est usée. Vous l’aurez compris, c’est sans hésiter la solution que nous vous recommandons, éventuellement une fois le cap de la découverte passé.

Choisir son Pod

Alors, pod ou pas pod ?

Avant de choisir son pod, il faut être certain que c’est effectivement le type de cigarette électronique qui vous convient le mieux. Et ce n’est pas forcément le cas.

La compacité est un réel avantage des pods, mais elle a pour contrepartie une limite de l’autonomie. Plus un accu est capable de tenir longtemps sans recharge, plus il est encombrant, c’est une contrainte physique incontournable. Et si vous êtes un gros utilisateur, vous pouvez avoir besoin de plus que ce que les pods peuvent fournir.

La simplicité est également un avantage, mais les réglages disponibles sur les modèles plus avancés ou les box offrent une souplesse d’utilisation appréciables. Certains pods comme le Zero de Renova proposent un réglage sommaire de la puissance, mais on peut aller beaucoup plus loin dans l’adaptation de la vape à ses envies avec les kits réglables.

Les pods représentent à ce propos un système fermé, au contraire des kits composés d’un clearomiseur et d’une box. Ces derniers permettent de remplacer l’un ou l’autre parmi les centaines de modèles disponibles sur le marché, et donc d’adapter parfaitement son matériel à ses besoins ou envies du moment.

Les critères essentiels

Tous les pods ne se valent pas, loin s’en faut, et nos tests sont là pour vous aider dans la sélection de celui qui vous conviendra le mieux. Le critère le plus important est la qualité de la vape offerte. Certains pods ont un rendu décevant des arômes, ce qui nuit nettement à l’agrément. Beaucoup ont également une tendance à atténuer le hit, c’est-à-dire la sensation en gorge provoquée par la nicotine qu’on a besoin de retrouver à un niveau équivalent à celui d’une cigarette. On peut compenser avec un taux de nicotine plus élevé, mais on peut alors rapidement atteindre la limite des 20 mg/ml autorisée sans avoir encore assez de hit. Les clearomiseurs sont dans ce cas à privilégier.

Second paramètre essentiel, l’absence de fuites. Il n’y a rien de plus énervant qu’une cigarette électronique qui fuit. La plupart sont désormais fiables sur cette question, mais il y a encore des exceptions que nos tests vous permettront de fuir comme ils le méritent.

Et pour étonnant que cela puisse paraître, nous classons les paramètres à priori secondaires comme l’encombrement, la forme, le design et même la couleur comme essentiels. Simplement parce que la vape permet une transition d’autant plus facile qu’elle apporte du plaisir. Et puisqu’on parle d’un objet que l’on est amené(e) à avoir en main et à utiliser à longueur de journée, tout ce qui améliore le confort et le plaisir d’utilisation compte. Plus vous aurez de plaisir à utiliser votre pod, ou votre cigarette électronique quelle qu’elle soit d’ailleurs, plus la transition sera facile et pereine.

Les critères annexes

Il y a quelques critères moins importants qu’il ne faut toutefois pas négliger au moment du choix. Et c’est volontairement que nous plaçons l’autonomie de la batterie dans cette section. Un rien provocant, je vous le concède, mais c’est pour la bonne cause. Tomber en panne de batterie, nous l’avons dit, est à éviter à tout prix, comme la panne de liquide. Et nous restons convaincus que le meilleur moyen de l’éviter et d’avoir deux pods. L’un recharge pendant que vous utilisez l’autre, ou vient en dépannage en cas de souci. La meilleure assurance d’avoir toujours une cigarette électronique disponible est d’en avoir deux, et la compacité des pods permet de le faire sans se surcharger ou s’encombrer. Choisissez un pod dont l’autonomie vous suffise, et ayez-en deux. Cela vous évitera de foncer sur un paquet de cigarette en cas d’oubli de recharge de batterie ou de liquide laissé à la maison.

Deux pods, c’est deux fois plus cher à l’achat, et pourtant nous n’hésitons pas à classer le prix dans les critères annexes, même en le doublant. Faites le calcul rapide au prix du paquet de cigarettes, les deux pods sont amortis en une poignée de semaines maximum. Regardez ensuite le coût mensuel des paquets et comparez-le à celui de l’utilisation d’une cigarette électronique. Ajoutez enfin la valeur que vous attachez au bénéfice sur votre vie de l’arrêt de la cigarette. Voila pourquoi les quelques dizaines d’euros de l’investissement de départ sont classées dans les paramètres annexes.

Choisissez le pod qui vous offre la transition la plus efficace et la plus durable vers la cigarette électronique, c’est le seul paramètre qui importe au moment de l’achat, et c’est le seul dont vous vous souviendrez quand il ne vous viendra plus à l’idée d’acheter un paquet de cigarettes !

Les meilleurs pod mods

Depuis son apparition il y a deux ans, les fabricants de cigarettes électroniques ont abreuvé le marché de dizaines de modèles. Leur qualité s’est amélioré au fil du temps et aujourd’hui l’offre répond aux attentes des vapoteurs.  Mais au moment du choix, il n’est pas évident de décider, c’est pourquoi nous vous proposons une sélection des meilleurs pod mods du moment en fonction des tests réalisés par notre équipe de testeurs.

Nos derniers tests de pod mods

Chaque mois, nos testeurs ont entre leurs mains les derniers modèles arrivés sur le marché. Nous vous proposons notamment des tests de pods afin de vous guider dans vos choix avant achat. Voici nos dernières publications sur ce sujet :

Test : Minifit – Justfog

  • Publié le 23/11/2018

Minifit, minipod, mais il fait le maximum Le Minifit est un pod traditionnel, composé d’une batterie et d’un réservoir interchangeable. Après avoir retiré la protection en silicone, il suffit d’insérer …

Test : iVPC Pod – iJoy

  • Publié le 20/11/2018

L’IVPC Pod de Ijoy est très bien réalisé, mais sa vape est très décevante, son autonomie faible et ses menus inutiles. Un pod à éviter.

Test : Cobble AIO Pod – Aspire

  • Publié le 19/11/2018

Le pod Cobble AIO d’Aspire offre une bonne autonomie dans un volume réduit, mais le hit est décevant et le réservoir agaçant à retirer.

Pour aller  plus loin : 

Annonce