Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » Parlons frenchement : et si on faisait de la résistance aux coils ?

Parlons frenchement : et si on faisait de la résistance aux coils ?

    Annonce

“J’ai refait mon coil, il marche du tonnerre !” formidable, me direz-vous, mais pourquoi que diantre utiliser ce vocable so british alors que nous avons un terme infiniment plus adapté, “résistance” ? De l’immense avantage de parler français dans la vape, chapitre 1.


Opinion

Vapez en français, please !

C’est quasiment obsessionnel dans la vape : l’utilisation des anglicismes et autres américanismes en lieu et place de bons mots français. Pourtant, il existe mille et unes raisons d’utiliser la langue de Victor Hugo plutôt que celle de Shakespeare.

D’abord, pour affirmer un peu plus les spécificités de la pratique vapologique de notre pays. Chaque nation développe en effet sa pratique de la vape d’une manière qui la rend reconnaissable entre mille. Si elle est surchargée d’arômes et délivrée dans un package dont la simple contemplation rend obèse, nul doute que c’est une vape américaines. Si elle est surchargée d’arômes fruités et brassée dans une baignoire, c’est de la vape malaisienne.

Si elle est libre, elle est anglaise. Et, malheureusement, si elle essaie désespérément de ressembler à une autre, elle est française.

Pourtant, notre pays ne manque pas de talents dans la vape, sur tous les plans, tant dans la fabrication de matériels que de e-liquides. Alors pourquoi ne pas essayer de s’approprier culturellement, non pas la vape, mais une vape bien spécifique, pour ensuite exporter à l’étranger cette french touch (“touche française”, you are incorrigible) ?

Ton coil est très spiralé

Premier exemple, le mot coil, abusivement traduit par “résistance”. C’est une erreur, une dramatique erreur. En anglais, le coil ne désigne pas la fonction résistive, mais la forme. Ainsi, le dictionnaire anglais nous apprend que le coil désigne aussi bien le serpentin festif du nouvel an que la spirale infernale lorsque on sombre dans une dépression.

C’est assez peu engageant. De plus, en ce qui concerne la vape, coil désigne autant la bobine de résistance elle-même qu’une spire. Et coil peut aussi désigner un anneau, même si on lui préfère le terme de ring, voilà pourquoi vous n’êtes pas à l’abri, surtout pour les atomiseurs à simple résistance, de voir neuf Nazguls sonner à votre porte avec un message de Sauron très désireux de récupérer son anneau unique.

En français, nous disposons de toute une gamme de mots infiniment plus précis et adéquats. Une résistance en bobine, par exemple : certes, c’est beaucoup plus long que coil, mais chacun de ces mots a sa valeur, résistance désignant la fonction et bobine la forme. Parce que je ne sais pas si vous avez déjà utilisé un Taifun BT, mais sa résistance est tout, sauf un coil. Bien au contraire : si elle est en forme de spirale, vous aurez des soucis.

D’un côté, donc, nous avons le coil anglophone, très court mais très vague, et de l’autre, nous avons une magnifique bobine de résistance à spires espacées. Certes, c’est plus long, mais après cela, inutile de faire une longue réponse sur le thème “et c’est quoi, ton coil ?”

De surcroît, alors que votre coil se contentera bêtement de vaporiser votre liquide, votre résistance aura une dimension symbolique : vos spires métalliques, en freinant le passage du courant électrique, crée la chaleur qui fait s’évaporer le liquide, sont une image de votre propre résistance aux adversaires de la e-cigarette qui vous permet de continuer de vaper.

Cet article d’opinion n’engage que le point de vue de son auteur et ne représente pas forcément l’avis de la rédaction.

Annonce