Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » Le souffre-douleur de la vape

Le souffre-douleur de la vape

    Annonce

Qui est la tête à claque de la vape ? L’oublié, le méprisé, cette catégorie systématiquement dénigrée ? Parce que ça existe. Ça existe partout. Même dans des catégories qu’on ne soupçonnerait pas. Et la cigarette électronique a atteint un âge où, elle aussi, doit s’en choisir un.

Tout le monde déteste tout le monde

Toutes les catégories constituées ont un souffre-douleur. C’est vrai.

Tenez, par exemple, les musiciens. Vous connaissez la blague « Comment appelle-t-on un type qui traîne avec des musiciens ? Un batteur ». Et c’est vrai que, dans tous les groupes, le batteur a toujours une place à part.

Tenez, une anecdote personnelle, une fois, j’étais à un concert d’Apocalyptica. Si vous ne connaissez pas, ce sont des types qui jouent du metal, mais avec des violoncelles. Et à un moment, le leader du groupe, en parlant avec le public entre deux morceaux, lâche comme ça « Ouais, croyez-moi, c’est dur, on joue du metal au violoncelle, on essaie d’introduire de la nuance, de la subtilité, et généralement, ça marche super les jours où le batteur est en retard aux répétitions ».

Le batteur a donné un coup de cymbale. Bref, si vous hésitez sur le choix de l’instrument, sachez que choisir la batterie demande beaucoup d’autodérision.

Interlude avec un batteur.

Mais il n’y a pas qu’en musique. C’est partout. Tenez, les scientifiques. Surtout les astrophysiciens. Tout le monde les prend pour des types posés, respectueux, d’une élévation d’âme à nulle autre pareille, et dénués du moindre sens de l’humour (ça, c’est faux. Les cosmologistes sont très marrants. C’est juste que leurs blagues sont totalement incompréhensibles).

Eh bien, si vous tombez sur une bande d’astrophysicien en goguette…

A quoi ça ressemble un astrophysicien en goguette ? Ben ça ressemble à un astrophysicien normal qui fait des calculs hyper compliqués, sauf que là, il les fait pour le plaisir, juste histoire de rire un peu.

Donc, si vous tombez sur des astrophysiciens en goguette et que vous avez un minimum d’amour-propre, ne leur dites surtout pas que vous aimez la géologie. Sinon, vous subirez sans doute la plus humiliante série de blagues de toute votre vie.

C’est assez curieux, d’ailleurs, cette tendance qu’ont les astrophysiciens à se moquer des géologues. Une fois, à une soirée, j’ai découvert que mon voisin de table était médecin biologiste. On discute de choses et d’autres, et à un moment, ça vient dans la conversation, je lui dis « c’est quand même marrant, cette manie que les astrophysiciens ont de se moquer des géologues ». Là, il s’exclame « les géologues ! » et il part dans un fou-rire. Cette anecdote est authentique.

Cycle émersif métrique (autocycle) entre deux lacunes de dépôt. Laminations algaires dolomitisées au sommet. Des cailloux, quoi.

J’en ai conclu que, dès que vous avez un diplôme en science, le simple mot « géologue » devient une excellente blague. Sauf si vous êtes géologue, évidemment, et encore moins si vous êtes géologue et susceptible.

Je n’ai jamais compris pourquoi on se moquait autant des géologues. Ce n’est pas que leur science à eux est fausse ou quoi que ce soit, c’est pas facile, la géologie. C’est juste que… A côté de la géologie, les cinquante pages de conditions en petit caractère à la fin d’un contrat d’assurance deviennent palpitantes.

Attendez, il me vient une idée un peu tordue. Oui, d’accord, une de plus, mais je vous dispense de vos commentaires. J’imagine un cosmologiste masochiste qui se rendrait dans le donjon de Maîtresse Sévère, pour qu’elle l’humilie en le forçant à s’habiller en géologue (un géologue, c’est un type habillé comme n’importe quel autre universitaire, mais avec des chaussures de randonnée Quechua) et à réciter en boucle les trois principes de la stratigraphie pendant qu’elle lui jette des petits cailloux.

D’ailleurs, j’ai posé la question à une Maîtresse SM « et chez vous, il y a des gens que vous méprisez particulièrement ? ». Elle a réfléchi un instant, et elle m’a répondu « Oui, plein, mais vu qu’ils paient pour ça, je sais pas si ça compte ». Elle m’a d’ailleurs confié être devenue Maîtresse SM parce qu’elle voulait devenir pâtissière, mais qu’elle était exécrable dans ce domaine. Comme quoi, c’est pas parce qu’on sait manier le fouet qu’on sait battre correctement les œufs en neige.

Et la vape, me demanderez-vous, alors ? Eh bien, c’est là que réside la surprise de l’article. Parce que, d’habitude, le vendredi, j’essaie de deviner les questions improbables que vous me poseriez pour leur donner des réponses plus improbables encore, mais aujourd’hui, c’est différent. Aujourd’hui n’est pas un vendredi comme les autres. Aujourd’hui, c’est un vendredi interactif.

Parce que c’est moi qui vous pose la question : si la vape devait avoir une catégorie souffre-douleur, qui ce serait, et pourquoi ? La zone de commentaires est à votre disposition. En respectant les règles de bienséance, évidemment. Sinon, Maîtresse Sévère vous attends dans son donjon, elle vous fera un clafoutis à la cerise.

Voilà. De rien. A vous maintenant.

Le présent article d’humour a été écrit sur une formation de socle composée de schistes, de granites et de gneiss. Si quelqu’un sait ce que ça veut dire…

Annonce

Les commentaires sont fermés.