Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » La vape est une symphonie (et toi tu joues faux)

La vape est une symphonie (et toi tu joues faux)

    Annonce

Ce petit mod amusant qui permet d’écouter de la musique en vapant m’a fait me poser une question fondamentale : et si la vape devait être un style musical ? Voire un groupe ? Non, mais non, ne rigolez pas, c’est très sérieux. A certains égards, les fans de vape présentent de nombreux points communs avec les fans de certains genres musicaux.

Analogies musicales et musique analogique

Si l’on y réfléchit bien, la vape et la musique, chacun dans son univers respectif, présentent de nombreuses similitudes. Tenez, par exemple, vous connaissez Norbert, le créateur de l’Origen Dripper et de l’Origen Tank ? Oui, bien sûr, de nom. Ce créateur a su s’approprier les éléments connus de la vape, le dripper et le génésis, pour leur apporter son style propre avec un immense succès public. 

Et pourtant, personne n’a jamais vu son visage. On ne sait pas à quoi ressemble Norbert. On ne sait même pas, au final, si Norbert existe, ou si c’est juste une bande de geek qui trollent. 

En un mot, Norbert, c’est les Daft Punk à lui tout seul.

Un autre exemple moins sympathique, c’est le power vaping, aussi dite vape en sub-ohm ou aérienne. Bref, c’est le TFV12. Ce style de vape ne sert à rien : il massacre les arômes comme un mauvais artiste massacrerait une bonne chanson. Il n’est pas du tout efficace dans le sevrage tabagique, comme écouter un mauvais artiste ne permet pas à l’oreille musicale de s’éduquer et d’évoluer.

Et surtout, le power vaping remplit de vape les endroits où se trouvent des gens qui n’en ont rien à fiche et que ça gêne, comme un imbécile se sent obligé de mettre à fond le volume de son baladeur ou de son autoradio pour en faire profiter tout le monde. Ajoutons que cette vape est principalement pratiquée par des gamins qui ne connaissent rien à la vie mais sont persuadés de tout savoir mieux que les autres.

Bref, le power vaping, c’est Jul.

La vape remplit les stades

Dans l’univers du reconstructible, il est des atomiseurs délicats à maîtriser mais qui, une fois qu’on a fait des efforts, que l’on a insisté, que l’on s’est acharné, que l’on a persévéré, que… Où est-ce que j’ai foutu mon dictionnaire des synonymes ? Bref, que l’on a enfin réussi à en tirer la substantifique moelle, se révèlent être des joyaux intemporels et indétrônables. Un peu comme le déchiffrage d’un texte mystique particulièrement abscons pour le théologien.

Note pour les fans de Jul : non, « abscons », ce n’est pas un gros mot.

Par exemple, le Keras, d’Atmizoo. Selon moi le meilleur atomiseur du monde, et ce, depuis deux ans. Pourtant, les six premiers mois ont été compliqués, et il a passé beaucoup de temps dans un tiroir, jusqu’à ce que, lors d’un essai fructueux, j’arrive enfin à comprendre.

Comme Pink Floyd à Pompéi. Vous avez déjà écouté le concert Pink Floyd à Pompéi ? Le concert de Pink Floyd à Pompéi, c’est leur meilleur concert. Et comme Pink Floyd est un des meilleurs groupes du monde, c’est un des meilleurs concerts du monde. Pourtant, l’écouter demande une certaine forme d’entraînement. Il n’est pas facilement accessible.

Ben le Keras, c’est pareil.

Les petits malins qui passent leur temps à chercher la petite bête me demanderont “hey, Guillaume, si le Keras est l’équivalent du concert de Pink Floyd à Pompéi, tu fais quoi du Wave ?” Ah ah, je me gausse. Le Wave, c’est à peu près aussi beau et hermétique que “Songs of the dead” de Isa. Et comme je suis le seul à connaître, je me comprends, et vous cloue le bec.

D’ailleurs, si tu vapes sur un wave, que tu aimes le black metal et que tu connais Isa, c’est la preuve que tu es moi. Imposteur. 

Génésis avec ou sans Peter Gabriel

Le cas du génésis est assez particulier. Vraiment. Parce qu’avant d’être un montage, le génésis, c’est une communauté. Et avant d’être une communauté, c’était un groupe de rock progressif. 

Et cette communauté se voit un peu comme les adeptes de la musique classique, ou plus précisément de la “musique savante occidentale”, parce que la musique classique, c’est cinquante ans, entre Mozart et Beethoven. Bach, par exemple, c’est de la musique baroque, Wagner, de la musique romantique.

Oui, je sais, mais le “Tin-tin, tin-tin-tin-tiin, tiin tin-tin tiiiin (etc.)” de la Chevauchée des Walkyries, c’est romantique. Non, moi non plus, je ne voyais pas le romantisme comme ça. Mais bon, une mitrailleuse dans un hélico qui mitraille la jungle, finalement, c’est un peu comme le cœur brisé au sortir d’une une histoire d’amour qui finit mal. Et quoi de plus romantique qu’un amoureux au cœur brisé ? Je vous sens pas convaincus-convaincus, sur ce coup-ci. Mais ce n’est pas le sujet.

Les fanatiques du montage génésis, donc, à ne pas confondre avec le groupe, qui était beaucoup mieux avec Peter Gabriel au chant et Phil Collins à la batterie, oh diantre, il faut vraiment que je cesse ces digressions. Reprenons.

Les fanatiques du montage Génésis disais-je, avant d’être grossièrement interrompu par moi-même malgré mes remarque réitérées (merci Desproges, qui n’aimait pas Indochine, ce n’est pas une digression, c’est une parenthèse) se voient comme les adeptes de la musique classique. Éduqués, cultivés, certains de la supériorité de leur art de prédilection sur tous les autres, voyant la vape en génésis comme une symphonie parfaitement interprétée, mélange de thèmes puissants et de subtiles variations. Leur vape est un art qui laisse le béotien de marbre parce qu’il ne comprend pas ou a eu la fainéantise de s’initier.

Ils n’ont pas totalement tort : un élève musicien qui se vautre au violon, c’est aussi désagréable qu’un dry hit en génésis.

Le problème, c’est que le reste de la communauté de la vape considère que le génésis, c’est plutôt comme le black métal norvégien : personne ne comprend comment c’est fichu, quel intérêt ça présente, et c’est fait par des types hirsutes et sectaires qui restent entre eux au fond des bois en faisant peur aux gens.

Voilà. Evidemment, comme d’habitude, personne ne sera d’accord et vous allez encore me crier dessus, on connaît la chanson.

Cet article d’humour sera, nous l’espérons, douce musique à vos oreilles. 

Annonce