Vous êtes ici : Vaping Post » Opinion » Faut-il interdire la vape mécanique ?

Faut-il interdire la vape mécanique ?

    Annonce

Éditorial à forte teneur en polémique : Et si on interdisait les mods mécaniques ? Après de nombreux incidents, toujours repris par la presse, la question peut être sérieusement posée. D’autant que ce type de vape ne présente plus réellement d’intérêt. Exercice de simple provocation avec du fond derrière.

Incompétence rime avec inconscience

Comme nous vous le relations il y a quelques mois, un Américain est mort, tué dans l’explosion de sa vape. Nous en reparlons ici parce que régulièrement, dans la presse, l’incident est cité.

Mettons les choses au clair, si vous n’avez pas l’envie d’aller lire l’article : c’est presque entièrement sa faute. Il vapait sans s’y connaître sur un mod mécanique, donc sans aucune sécurité, après avoir été informé par un patron de boutique que la marque qu’il utilisait était connue pour avoir des problèmes.

Presque entièrement sa faute, donc, parce qu’il vapait sur un matériel expert défectueux sans connaissances techniques et qu’il a persisté après avoir été informé des risques que cela lui ferait encourir.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, s’il n’y avait pas eu ce “presque” dans “presque entièrement sa faute”. Le problème, c’est qu’il ait pu acheter ce mod. Simplement, pour ceux qui ne s’y connaissent pas trop, un mod mécanique, c’est un contacteur +, un contacteur -, et un truc au milieu pour tenir en place l’accumulateur, ou les accumulateurs si il y en a plusieurs. Je dis “truc au milieu”, parce que ça peut être n’importe quoi : un tube métallique, une boîte en plastique, voire même des Lego si ça vous amuse.

L’accumulateur, c’est une pile électrique à forte capacité, dont la chimie est dangereuse si poussée au-delà de ses limites. Elle peut dégazer, voire exploser si le dégazage se passe mal.

Les mods mécaniques ne sont pas dangereux, si on sait les utiliser. Un spécialiste vérifiera que son exemplaire soit doté de trous pour le dégazage de l’accu, que les contacts avec les accus ne se font pas en permanence, il connaîtra les limites desdits accus et la façon dont il peut utiliser son matériel pour rester en deçà du seuil acceptable, avec une marge de sécurité suffisante.

Jean Kevin fait boum !

Bref, l’expert a un bon bagage de connaissances pratiques et théoriques, parmi lesquelles la loi d’Ohm. Elle fait partie des connaissances indispensables dans certaines situations, comme par exemple vaper sur un mod mécanique.

Il y a des connaissances dispensables. Par exemple, vous pouvez regarder Interstellar sans avoir la moindre notion de la théorie de la Relativité Générale, ça ne vous empêchera pas d’apprécier le film. Au contraire, vous l’apprécierez d’autant plus que vous serez moins critique. De même que vous pouvez apprécier une vidéo de vape trick sur YouTube sans pour autant connaître la Loi d’Ohm.

Vaper sur un mod méca uniquement après avoir regardé une vidéo de vape trick sur YouTube, c’est un peu comme piloter un vaisseau spatial près d’un trou noir après avoir regardé Interstellar (si telle chose était possible). Dans le film, ils oublient de vous dire qu’ils ont procédé à quelques aménagements pour que ce soit plus cinématographique, et qu’en vrai, vous êtes morts au bout de trois secondes à plusieurs millions de kilomètres de l’horizon des événements, réduits en cendres par la température du disque d’accrétion. Comme les pros du vape trick qui ne font pas une vidéo de trois heures pour montrer comment ils ont sélectionné leurs accus, testé leur matériel et refait leurs montages pour que tout soit safe.

Le problème, c’est que le vapoteur imprudent, la plupart du temps, est jeune, et, comme tous les jeunes, il a tendance à se croire immortel. Celui qui l’avertit d’un quelconque danger passera inévitablement pour un rabat-joie trop peureux et probablement trop âgé.

Sans généraliser, force est de constater que les vapoteurs imprudents sont plus nombreux que les articles et vidéos mettant en garde contre le danger, dont il y a pourtant pléthore.

C’est à partir de là que l’on se fâche

Alors, que faire ? Limiter la vente des mods mécaniques aux vapoteurs experts ? Dans ce cas, qui les jugerait, qui déciderait, et surtout, est-ce que vous connaissez un assez bon avocat pour faire avaler à un juge cette violation des règles du commerce ?

Savez-vous, par exemple, qu’un vendeur de voitures n’a pas le droit de vous empêcher d’acheter un véhicule si vous n’avez pas votre permis de conduire ? La seule chose qu’il peut exiger de vous, au moment de la livraison, c’est d’exiger une assurance en règle, et que vous payiez votre véhicule, bien entendu.

Une jardinerie ne peut pas non plus vous interdire d’acheter une tronçonneuse. Pourtant, il y a 300 accidents graves par an rien qu’en France. Et un accident grave avec une tronçonneuse… Laissez gambader votre imagination. Et notez au passage que les accidents bénins avec ce genre d’engins n’existent pas.

Un permis existe depuis 2017 pour utiliser un de ces engins… Sur un chantier. Ce qui signifie, pour faire court, qu’un bûcheron professionnel devra avoir un permis tronçonneuse, mais qu’un particulier inexpérimenté pourra en utiliser une sans soucis. Enfin, sans soucis légaux, s’entend.

Expliquer à la presse ? Même pas. La plupart des lecteurs glisseront sur la partie de l’article qui expliquera qu’il y a une bonne raison à l’explosion de la e-cigarette, principalement l’imprudence.

Les solutions ? Elles existent (ou pas)

Nous sommes d’accord : interdire la vape sur un mod mécanique serait profondément injuste pour ceux qui savent s’en servir et prennent du plaisir à ce mode de consommation. Demander aux autorités une réglementation serait inciter un législateur pas forcément compétent à se mêler de choses qu’il ne comprend pas, et ne serait pas forcément positif. Demandez aux tireurs sportifs ce qu’ils pensent des réglementations sur les armes, pour rire un peu.

Et même une réglementation stricte sur la vape sans protection électronique n’empêcherait pas les candidats d’aller acheter des mods dans des pays moins regardants sur la réglementation. Et au passage, sur la qualité.

Alors, il n’y a pas de solutions pour éviter que ces incidents isolés et non représentatifs de la réalité de la vape fassent les gros titres ? Si, il y en a une, et une seule : imposer le vapotage pour ce qu’il est, c’est-à-dire un moyen d’arrêter de fumer qui fait beaucoup, beaucoup de bien à la prévalence tabagique, et s’armer de patience.

Avec un peu de chance, d’ici quelques années, la vape sera devenue un objet du quotidien, le public aura intégré le fait que, normalement utilisée, elle n’est pas dangereuse, et que les quelques accidents de vape, quoique beaucoup plus rares, sont le fait d’imprudents, comme les utilisateurs de tronçonneuse à qui l’on fiche une paix royale. 

Mais le problème, au final, ne vient pas de la vape, ni des vapoteurs, ni des mods mécaniques, ni même des imprudents. Le problème vient de la société qui ne veut pas comprendre que tout objet, même le plus anodin, peut être dangereux d’une façon ou d’une autre. Des personnes qui veulent croire à un monde sûr qui n’existe pas et n’existera jamais, que la fatalité n’existe pas et qu’il faut un coupable. Et ça, malheureusement, est insoluble. 

Cet article d’opinion n’engage que le point de vue de son auteur et ne représente pas forcément l’avis de la rédaction.

Annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *