Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Étude : des cigarettes électroniques gratuites pour multiplier leur potentiel

Étude : des cigarettes électroniques gratuites pour multiplier leur potentiel

Mis à jour le 12/12/2019 à 15h00
    Annonce

Selon une récente étude Britannique, proposer gratuitement des cigarettes électroniques aux fumeurs permettrait à 30 % d’entre eux d’arrêter leur consommation de tabac.

Calculer les potentiels bénéfices de la vape si elle était proposée gratuitement

Il y a quelques jours paraissait une nouvelle étude [1] conduite par des chercheurs du Centre for Substance Use Research, et dirigée par le docteur Neil McKeganey, expert de renommée mondiale dans le domaine de la lutte contre le tabagisme.

Baptisée “The Value of Providing Smokers with Free ECigarettes : Smoking Reduction and Cessation Associated with the Three-Month Provision to Smokers of a Refillable Tank-Style E-Cigarette“, le but de cette dernière était de déterminer l’effet que pourrait avoir une potentielle mesure politique qui conduirait à fournir gratuitement, des cigarettes électroniques aux fumeurs souhaitant arrêter leur consommation de tabac. 

Plus d’un fumeur sur 3 a totalement arrêté de fumer

Pour les besoins de l’étude, 72 fumeurs quotidiens ont été recrutés, tous habitant la ville de Glasgow ou ses alentours, et consommant entre 2 et 30 cigarettes de tabac par jour. 

Après une première réunion destinée à comprendre l’histoire que chacun d’entre eux entretient avec le tabagisme, ce qui les a poussé à commencer à fumer, et le goût et la quantité de nicotine dont ils estiment avoir besoin au quotidien, il leur a été demandé à tous d’arrêter leur consommation de tabac, et de la remplacer par une cigarette électronique.

Ainsi, chacun des 72 fumeurs est alors reparti sans son paquet de cigarettes, mais en compagnie d’une vapoteuse et de toutes les instructions nécessaires à son bon fonctionnement, son entretien, mais également une demande de la part des chercheurs, de revenir au centre d’études afin de faire un contrôle des résultats tous les 30 jours, pendant une durée de 3 mois. 

Suite aux 90 jours d’expérience, 87 % des participants ont été capables de fournir des résultats complets. 

Ainsi, après analyse de ces derniers, les chercheurs ont pu conclure que 36,5 % des fumeurs auraient complètement arrêté de fumer, et que le taux de fumeurs déclarant consommer du tabac tous les jours, qui était de 88,7 % avant de découvrir la cigarette électronique, était tombé à seulement 17,5 % à la suite de cette période de 3 mois. Le nombre médian de cigarettes fumées chaque jour étant également passé de 15 à seulement 5. 

Plus intéressant encore, l’étude a également mis en lumière que sur l’ensemble des fumeurs participant à cette étude, plus de 52 % déclaraient avoir déjà essayé d’arrêter de fumer au cours de l’année passée, sans succès. 

Les chercheurs concluent ainsi : 

“À la lumière de nos résultats positifs, il y a de solides arguments en faveur de l’intégration de systèmes alternatifs de fourniture de nicotine dans les services de sevrage tabagique existants”.


[1] McKeganey, N.; Miler, J.; Haseen, F. The Value of Providing Smokers with Free E-Cigarettes: Smoking Reduction and Cessation Associated with the Three-Month Provision to Smokers of a Refillable Tank-Style E-Cigarette. Preprints 2018, 2018080148 (doi: 10.20944/preprints201808.0148.v1).

Les dernières études sur la vape

19 % de risques supplémentaires d’insuffisance cardiaque pour les vapoteurs...

  • Publié le 9/04/2024

Une nouvelle étude, non publiée dont seul le communiqué de presse a été rendu public, affole déjà la presse internationale.

Vapoter aiderait à arrêter de fumer, même les vapofumeurs

  • Publié le 4/04/2024

Une étude américaine démontre que les vapofumeurs ont plus de chances d’arrêter de fumer que les fumeurs exclusifs.

Nouvelle étude alarmiste (et incomplète) sur les effets du vapotage

  • Publié le 28/03/2024

Ses auteurs ont publié un communiqué au titre volontairement catastrophiste malgré l’utilisation de données qualifiées de « grossières ».