Vous êtes ici : Vaping Post » Santé » Cannabis thérapeutique en France : lancement d’une première expérimentation

Cannabis thérapeutique en France : lancement d’une première expérimentation

    Annonce

L’Agence nationale de sécurité du médicament a officiellement autorisé le lancement d’une expérimentation de prescriptions de cannabis thérapeutique en France, mais selon des conditions très strictes.

Pas de joints sur ordonnance

Pourra-t-on un jour vaper du cannabis légalement en France ? Voilà une question que se posent de nombreux consommateurs réguliers qui ont, bien souvent, beaucoup de mal à comprendre l’aversion que semble avoir le pays pour une plante dont les vertus médicinales sont régulièrement reconnues à travers diverses études scientifiques.

Et si la France ne semble toujours pas prête à légaliser la plante si controversée, elle vient cependant de faire un pas en avant il y a seulement quelques jours. En effet, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a validé jeudi dernier, 11 juillet, le cadre proposé quelques mois auparavant par un groupe d’experts, proposant des prescriptions de cannabis dans un cadre médical.  Une proposition d’experts autour duquel elle juge « pouvoir travailler », et remplit de « bonnes propositions ».

Qui pourra bénéficier de ce nouveau type de prescription ?

Que les fumeurs du dimanche et autres adeptes de la légalisation se contiennent, non, le cannabis ne sera pas légalisé en France, et non, tous les médecins ne pourront pas en prescrire à qui bon leur semblera.

En effet, le cadre accepté par l’ANSM est très précis. Seules « 1 500 à 3 000 personnes » devraient ainsi pouvoir en bénéficier.

Seront concernés, les patients en « impasse thérapeutique », qui souffrent de « certaines formes d’épilepsies résistantes aux traitements, de douleurs neuropathiques (…) non soulagées par d’autres thérapies, d’effets secondaires des chimiothérapies ou encore pour les soins palliatifs et les contractions musculaires incontrôlées de la sclérose en plaques ou d’autres pathologies du système nerveux central ».

Les produits qui pourront être prescrits ne prendront pas la forme de « pétards », mais plutôt d’huiles ou de fleurs séchées, ainsi que de solutions ingérables telles que des recettes buvables ou des gouttes.

De plus, seuls quelques médecins « exerçant dans des centres de référence (centres anti-douleur, centres experts de la sclérose en plaques, etc.) » seront autorisés, après avoir suivi une formation spécifique, à prescrire ces nouveaux produits.

Nos derniers articles sur la santé

La méthode du retrait contre la reproduction des études

  • Publié le 22/07/2019

Deux scientifiques demandent, preuves à l’appui, le retrait de l’étude de Stanton Glantz sur le lien entre vape et infarctus. Et là, fini de rire.

Selon une étude, la vape serait mauvaise pour le coeur (mais non)

  • Publié le 7/06/2019

Une étude démontrerait que vaper est mauvais pour le système cardio-vasculaire. Mais, là encore, la méthode reste discutable.

Étude sur les substituts nicotiniques : la vape victorieuse par K.O

  • Publié le 31/01/2019

Une nouvelle étude démontre que la vape est deux fois plus efficaces que les autres substituts nicotiniques pour l’arrêt du tabac.

Annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *