Vous êtes ici : Vaping Post » La boîte à questions » Débutant » Bien débuter avec la cigarette électronique reconstructible

Bien débuter avec la cigarette électronique reconstructible

Mis à jour le 29/09/2022 à 13h26
    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Innokin
  • Vaporesso
  • Geekvape
  • VDLV
  • Dlice

En tant que vapoteur, peut-être avez-vous déjà entendu le terme « reconstructible », ou encore d’autres utilisateurs de cigarettes électroniques expliquer qu’ils font leurs résistances eux-mêmes. Si tout ça peut paraître un peu déroutant au premier abord, sachez qu’il s’agit en fait d’un sujet plutôt simple, que nous allons tenter de vous expliquer aujourd’hui.

Quels sont les avantages de faire soi-même ses résistances ?

La cigarette électronique reconstructible permet tout d’abord une économie d’argent substantielle. Elle offre également la possibilité de personnaliser son vapotage au plus près de ses besoins et envies.

Que signifie « reconstructible » ?

Dans le domaine du vapotage, le terme « reconstructible » est utilisé afin de désigner le fait de fabriquer soi-même sa résistance. On l’adopte afin de parler des atomiseurs, que l’on appelle le plus souvent, « atomiseurs reconstructibles ».

Les atomiseurs reconstructibles s’opposent aux clearomiseurs. En effet, tandis que les clearomiseurs fonctionnent avec des résistances (également appelées coils) usinées par les fabricants eux-mêmes, les atomiseurs reconstructibles fonctionnent avec des coils que le vapoteur doit fabriquer lui-même.

Pas de panique ! Fabriquer sa résistance est un jeu d’enfant et ne nécessite que quelques secondes une fois le coup de main pris. 

Quels sont les avantages du reconstructible ?

Des résistances faites à la main

Se lancer dans le reconstructible, c’est-à-dire privilégier l’utilisation d’un atomiseur plutôt que d’un clearomiseur, possède de nombreux avantages.

En effet, puisqu’il incombe au vapoteur de fabriquer lui-même sa résistance, celui-ci peut faire en sorte d’en fabriquer une qui corresponde parfaitement à son style de vape. Ainsi, l’utilisateur d’un atomiseur reconstructible aura la possibilité de se créer un coil pouvant fonctionner à très faible puissance (5-7 watts) comme à des puissances folles (200 watts).

Il aura également le choix du type de fil utilisé afin de fabriquer sa résistance, qui réagira alors de manière différente. Alors que certains types de fils seront particulièrement efficaces afin d’être utilisés en mode contrôle de température (TC) par exemple, tels que l’inox, d’autres ne fonctionneront que lors d’une utilisation plus classique, c’est-à-dire en mode puissance variable. C’est notamment le cas du kanthal ou du ni80.

Le second avantage, et non des moindres, est financier.

Alors qu’il faut généralement débourser entre 9 et 20 € pour un lot de 5 résistances destinées à être utilisées avec un clearomiseur, soit une moyenne de 3 € par coil, le prix de revient d’une résistance fabriquée par le vapoteur lui-même est bien moindre ! Comptez en effet (pour un fil de type Kanthal A1, très classique, en bobine de 4,5 mètres), environ 12 centimes par résistance, soit 60 centimes le lot de 5.

Quels sont les outils indispensables pour bien démarrer le reconstructible ?

Femme tenant une caisse à outils

Démarrer dans le domaine du reconstructible demande un petit investissement financier. En effet, faire sa résistance soi-même, c’est facile, mais encore faut-il pouvoir le faire dans les meilleures conditions.

Ainsi, tout bon vapoteur adepte du reconstructible possède généralement une liste d’outils indispensables :

  • une pince coupante, destinée à couper le fil avec lequel la résistance sera fabriquée : comptez entre 6 et 10 € ;
  • une pince coudée, afin de pouvoir tirer la fibre à travers la résistance lorsqu’elle sera faite : comptez entre 4 et 7 € ;
  • une tige microcoil, qui servira d’axe afin de donner à la résistance, le diamètre de votre choix : comptez entre 5 et 10 € ;
  • un petit ciseau, nécessaire afin de couper le coton à la longueur qu’il convient : comptez entre 4 et 10 € ;
  • un petit tournevis, destiné à réaliser les serrages/desserrages des vis qui tiennent la résistance dans l’atomiseur : comptez entre 4 et 7 €.

Au total, il sera nécessaire de débourser entre 25 et 45 € afin de vous fournir tout l’outillage nécessaire pour prendre un bon départ dans le monde du reconstructible. Une somme que vous pouvez toutefois diminuer puisque s’agissant du ciseau, du tournevis, ou de la pince coudée par exemple, il est tout à fait possible d’utiliser de l’outillage que vous possédez déjà.

Sachez aussi qu’il existe de petits coffrets tout faits contenant tous les outils nécessaires, et qui peuvent être un excellent point de départ afin de se lancer dans la fabrication de résistances maison. Ils contiennent en effet tout le matériel indispensable à cette activité, et sont bien souvent proposés à des prix intéressants.

Un petit coffret tout prêt ? Chouette, ça m’intéresse ! Acheter le coffret.

Enfin, il sera également indispensable de posséder… un atomiseur. Et pour connaître les meilleurs atomiseurs du moment, suivez le guide !


Le Vaping Post est soutenu par son audience. En achetant via des liens sur notre site, nous pouvons percevoir une commission qui n’affecte en rien votre prix d’achat.

Envie de vous essayer au reconstructible ?

Atomiseur reconstructible : comment bien préparer son coton ?

Nous vous expliquons comment bien préparer et installer le coton sur vos montages avec un atomiseur reconstructible.

Comment faire une résistance microcoil

Comment faire sa résistance de cigarette électronique ? La réponse avec cette vidéo réalisée par les experts de la rédaction.

C’est quoi le coil dans une cigarette électronique ?

Mais quel est donc ce mot barbare que l’on entend dans le domaine de la cigarette électronique ? C’est en fait très simple.

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.