Vous êtes ici : Vaping Post » Santé » Vers de nouveaux médicaments créés grâce au tabac ?

Vers de nouveaux médicaments créés grâce au tabac ?

    Annonce

Pour la première fois, une équipe de chercheurs canadiens a réussi à produire de grandes quantités d’une protéine humaine anti-inflammatoire à l’aide de plants de tabac.

Et si le tabac pouvait bientôt être utilisé afin de sauver des vies ?

Le tabac peut être utilisé de bien des façons. Si la plus répandue est naturellement de le fumer, il est depuis de nombreuses années reconnu comme étant une plante particulièrement nocive et responsable de nombreux cancers lorsque consommé de cette manière. Toutefois, la plante de tabac peut également être utilisée à d’autres fins. Le fabricant français VDLV le cultive par exemple afin d’en extraire sa nicotine vapologique.

Ce tabac ne sera jamais fumé

Mais le végétal pourrait bien également avoir une toute nouvelle utilité.

Création d’une protéine humaine à partir de tabac

Il y a quelques jours, plusieurs chercheurs du Western University and Lawson Health Research Institute, établissement situé au Canada, ont réussi à utiliser des plants de tabac comme « bioréacteurs verts » afin de fabriquer une protéine humaine appelée Interleukine 37 ou IL-37.

Qu'est-ce que l'IL-37 ?

L’interleukine-37 (IL-37) est une cytokine de la famille des IL-1 découverte au cours de ces dernières années et qui présente 5 isoformes différentes.

Naturellement produite en infime quantité dans le rein humain, elle agit en tant que facteur immunosuppresseur et peut ainsi supprimer une réponse immunitaire excessive. Elle joue un rôle dans la protection de l’organisme contre les chocs dus aux endotoxines, les lésions d’ischémie-reperfusion, les maladies auto-immunes et les maladies cardiovasculaires. De plus, l’IL-37 a un effet antitumoral potentiel.

Elle permet notamment de traiter certaines maladies telles que le diabète de type 2, les AVC, la démence ou encore l’arthrite.

Source : National Center for Biotechnology Information / ScienceDaily

Si les atouts de cette protéine ont déjà été démontrés, le principal problème concernait jusqu’à présent sa production. En effet, elle ne pouvait être produite qu’à partir de la bactérie E.Coli, en très petite quantité et à un coût clinique très élevé.

Mais grâce aux plants de tabac, les chercheurs de l’institut canadien ont réussi à la produire dans des cellules végétales.

Shengwu Ma, professeur auxiliaire au département de biologie, explique :

« Les plantes offrent la possibilité de produire des produits pharmaceutiques d’une manière beaucoup plus abordable que les méthodes actuelles. Le tabac est à haut rendement, et nous pouvons transformer temporairement la plante pour commencer à fabriquer la protéine d’intérêt en deux semaines ».

Les chercheurs ont d’ores et déjà fait part de leur découverte à la communauté scientifique par le biais d’un rapport [1] publié dans la revue Plant Cell Reports.

Pour le docteur Jevnikar qui étudie les nombreux effets de l’IL-37, la protéine pourrait notamment être utilisée dans le cas d’une transplantation d’organe, afin d’éviter l’inflammation qui survient lorsque le flux sanguin est rétabli dans le corps du receveur.

Il ajoute :

« J’espère que ce travail changera la façon dont les gens perçoivent les plantes et que cette approche sera un moyen de fournir aux patients des traitements efficaces et abordables ».


[1] Alqazlan, N., Diao, H., Jevnikar, A.M. et al. Plant Cell Rep (2019) 38: 391. https://doi.org/10.1007/s00299-019-02377-2

Les dernières études scientifiques

La méthode du retrait contre la reproduction des études

  • Publié le 22/07/2019

Deux scientifiques demandent, preuves à l’appui, le retrait de l’étude de Stanton Glantz sur le lien entre vape et infarctus. Et là, fini de rire.

Selon une étude, la vape serait mauvaise pour le coeur (mais non)

  • Publié le 7/06/2019

Une étude démontrerait que vaper est mauvais pour le système cardio-vasculaire. Mais, là encore, la méthode reste discutable.

Étude sur les substituts nicotiniques : la vape victorieuse par K.O

  • Publié le 31/01/2019

Une nouvelle étude démontre que la vape est deux fois plus efficaces que les autres substituts nicotiniques pour l’arrêt du tabac.

Annonce